Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

Immobilier de prestige : suite à la Covid-19, un intérêt jamais vu pour les résidences secondaires

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
1 962
Evaluer cet article

Suite au déconfinement, le réseau Sotheby’s International Realty France – Monaco avec ses 53 agences dans l’Hexagone a constaté une véritable vague d’intérêt pour les résidences secondaires, en particulier celles avec du terrain, des jardins, des terrasses et des balcons.

photo : AdobeStock_55602548

Alexander Kraft, PDG de Sotheby’s International Realty France – Monaco, explique : « La France est déjà un des pays avec le plus grand nombre de résidences secondaires car les Français adorent leur pays et, contrairement à d’autres nationalités, préfèrent souvent y passer leurs vacances plutôt qu’à l’étranger. Le confinement a souligné l’intérêt d’avoir un endroit protégé où l’on peut se réfugier et se ressourcer. Il semble que beaucoup de Français se soient rendus compte pendant le confinement qu’une telle résidence secondaire n’offre pas seulement une autre qualité de vie mais qu’elle est souvent aussi beaucoup plus abordable qu’ils ne l’avaient anticipée. Et le télétravail a montré qu’il est parfaitement possible de poursuivre ses activités professionnelles à distance. Nous avons donc constaté – et c’est toujours le cas aujourd’hui – un intérêt jamais vu jusque-là pour les résidences secondaires françaises, avec des budgets allant de moins de 500 000 € à +10 M €. Cette demande se manifeste partout en France, y compris sur les marchés secondaires préférés des Français tels que le golfe du Morbihan, le bassin d’Arcachon ou la Côte basque, mais également dans les terres préservées comme en Normandie, dans la Vallée de la Loire, dans le Languedoc-Roussillon, la Provence et les Hautes-Alpes. »

Cet intérêt s’est manifesté déjà pendant le confinement via des contacts virtuels avec des échanges par SMS, emails ou visioconférences, suivis par l’envoi des photos, des vidéos et des tours virtuels.

Une partie des transactions en attente va enfin pouvoir se conclure

« Suite au déconfinement, il s’est avéré qu’il ne s’agissait pas d’une distraction temporaire mais d’un véritable intérêt, intérêt qui s’est confirmé par la prise de rendez-vous et des visites « physiques » suite au déconfinement. Nous avons donc un nombre étonnant de nouvelles transactions en négociations et/ou même déjà sous offre ou sous contrat. Ne restait, pour certains acquéreurs français (Parisiens notamment), que le frein des 100 km pour visiter des biens. Le Premier ministre ayant fait sauter cette limite lors de son allocution du 28 mai, une partie des transactions en attente va enfin pouvoir se conclure », rapporte Alexander  Kraft.

Golfe du Morbihan et La Baule

  • Type de bien le plus recherché : bien à la campagne avec jardin et au calme, moulin, corps de ferme, bien avec des terres, belle propriété (petit manoir ou château) avec 4-5ha de terrain, peu importe l’emplacement, pourvu que budget respecté
  • Budget : beaucoup entre 300 000 € et 600 000 €, mais aussi des clients avec +5 M€
  • Profil acheteurs : 80% Français, 20% étrangers (versus 70-30 habituellement)

Bassin d’Arcachon

  • Type de bien le plus recherché : villa de style basque au Pyla-sur-Mer, villa traditionnelle à Arcachon, construction en bois dans un style cabane de luxe au Cap-Ferret. Critères : vues sur le Bassin, plage à pieds, proximité des commerces, calme et un extérieur
  • Budget : entre 1 M€ et +5 M€ (pour des biens en première ligne)
  • Profil acheteurs : 85% Français dont env. 60% Parisiens, 15% étrangers (pays limitrophes et Europe centrale surtout : Belgique, Allemagne, Suisse, Hollande). Souvent à 10-15 ans de la retraite, leur résidence secondaire deviendra principale, surtout au Pyla-sur-Mer et au Cap-Ferret

Ile de Ré et La Rochelle

  • Type de bien le plus recherché : maison sur l’île de Ré, appartement en centre-ville historique et maison à La Rochelle
  • Budget : entre 1 et 1,2 M€ pour une maison sur l’île de Ré, entre 700 000 et 900 000 € pour une maison à La Rochelle, entre 500 000 et 700 000 € pour un appartement à La Rochelle
  • Profil acheteurs : essentiellement Parisiens et Franciliens. Historiquement très peu d’étrangers sur La Rochelle. Belges, Irlandais et Anglais sur l’île de Ré.

Côte basque

  • Type de bien le plus recherché : maison avec jardin, et dans l’idéal pour un mode de vie tout à pied, ou appartement en première ligne avec une vue océan
  • Budget : +/- 1,5M€
  • Profil acheteurs : mixte. De région parisienne mais aussi de province, des étrangers (surtout de Belgique, Suisse, Luxembourg, Grande-Bretagne), et des expatriés

Vallée de la Loire

  • Type de bien le plus recherché : maison avec jardin, à la campagne ou en ville (Orléans, Tours)
  • Budget : entre 300 000 et 600 000 € en campagne avec de beaux terrains, entre 400 000 et 800 000 € pour des maisons de ville avec jardin à Tours ou Orléans
  • Profil acheteurs : des Franciliens mais aussi des habitants de Tours et Orléans qui souhaitent un extérieur, pas d’étrangers en ce moment à cause de la Covid-19 mais ils étaient revenus depuis 1 an

Provence et Languedoc-Roussillon

Type de bien recherché :

– bien de caractère avec jardin dans le Languedoc-Roussillon,
– bien au calme, avec un extérieur et des vues dominantes sur la vallée dans le Luberon,
– bien avec jardin (critères : nature, tranquillité, authenticité) dans le Var

Budget :

– entre 800 000 € et 2M € dans le Languedoc-Roussillon,
– entre 1 M€ et 1,5 M€ mais aussi à +5 M€ dans le Luberon,
– autour de 1M€ dans le Var

Profil acheteurs :

– Parisiens, Français d’ailleurs (Toulouse beaucoup, Lille, Lyon), étrangers de Grande-Bretagne, du Luxembourg, d’Allemagne, des USA… dans le Languedoc-Roussillon,
– 70% de Parisiens en ce moment, 20% de Français d’ailleurs, 10% d’étrangers dans le Luberon
– Dans le Var 30% de Français versus 10% avant, de plus en plus de Parisiens et de clients de la côte d’Azur ou Monaco

« Tout le monde a pu constater la valeur d’une résidence secondaire pendant le confinement, les bénéfices d’un endroit calme, vert… Certaines personnes ont fait pour la première fois des recherches sur ce type de biens et étaient agréablement surpris de voir des prix accessibles sur les différents marchés français qui offrent des biens pour tous les goûts et budgets : petit manoir en Normandie pour 500 000€, petit château en Bretagne pour 700 000 €, maison proche de la mer dans le sud-ouest à partir de 600 000 €… », conclut Alexander Kraft.
 

Du même auteur

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne