Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

Les relations se compliquent entre les courtiers et les banques !

Publié le
Publié le
Réagir 1 réaction
3 421
Evaluer cet article

Alors que le marché du crédit immobilier est florissant, rien ne va plus entre les banques et les courtiers ! Les banques semblent vouloir « sortir du jeu » les intermédiaires en opérations de banque et en services de paiement (IOBSP) pour restaurer leurs marges, bien entamées avec la baisse des taux ! Explications …

photo : AdobeStock_159259974

Pour obtenir un prêt immobilier, près d’un français sur deux passe aujourd’hui par un courtier en crédit : une solution simple qui lui permet d’économiser temps et argent ! Ce chiffre grimpe même à deux sur trois en région parisienne. Et le rôle des courtiers en immobilier est désormais tellement bien intégré dans le processus d’achat d’un bien immobilier que leur part devrait normalement approcher les 50% sur le marché à l’horizon 2022. Mais les choses en seront peut-être autrement ? Et si les banques ne l’entendaient pas de cette oreille ?

Les banques déclarent la guerre aux courtiers

Alors que les taux d’intérêt sont au plus bas et qu’elles sont confrontées à un poids réglementaire et financier de plus en plus lourd, les banques cherchent aujourd’hui à restaurer leurs marges. Comment ? En limitant le rôle des courtiers ! En supprimant donc cet intermédiaire qui perçoit une commission de 1% environ sur chaque dossier qu’il apporte ! Récemment, certaines ont fait officiellement le choix de refuser de nouveaux clients obtenus par l’intermédiaire des courtiers. Un message clair adressé aux courtiers…

Défendre la liberté de choix du consommateur

Face à cette attitude qui ne va pas dans le sens du consommateur,  les associations représentatives de l’intermédiation bancaire se sont réunies pour faire entendre leur voix dans le but de défendre la concurrence et la liberté de choix des emprunteurs. L’AFIB, l‘ANACOFI IOBSP, la CNCEF Crédit, la CNCGP, La Compagnie IOBSP viennent en effet de publier une tribune commune pour agir collectivement auprès de toutes les instances et demander le respect de leur statut et de la loi. 

Car ce qui est en jeu est ni plus ni moins que la capacité pour les emprunteurs d’avoir accès à la totalité de l’offre du marché et de pouvoir faire jouer la concurrence, en crédit et en assurance du crédit. En cherchant à exclure les courtiers par lesquels passent aujourd’hui 40% de la production de crédit, c’est la liberté de choix des consommateurs qui est menacée. Plus de 10 000 professionnels, sur le terrain, guident et accompagnent ainsi les clients dans le maquis des offres.

Le HCSF appelle à prévenir une dynamique excessive de l’endettement des ménages

Dès 2020, les ménages pourraient avoir plus de mal à obtenir un crédit immobilier. Cette guerre intervient dans un contexte déjà plus compliqué : le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) réuni pour sa vingt-troisième séance, sous la présidence de Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances, recommande aux banques une prudence accrue dans l’octroi de prêt. Il appelle en effet les banques à prévenir une dynamique excessive de l’endettement des ménages, estimant que les risques pour la stabilité financière tendent plutôt à s’accentuer à partir d’un niveau déjà élevé. Concrètement, le HSCF préconise de limiter la durée des prêts à 25 ans au maximum et les mensualité de remboursement à un tiers de revenus. Il devrait adopter très prochainement une recommandation à cet effet. Evidemment, les courtiers en crédit ne l’entendent pas non plus de cette oreille…

Du même auteur

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Sur le même thème

Vos réactions

  • Par joly, il y a 2 mois

    bonjour, si les gens font appel aux courtiers c’est simplement parce-que les banques leur on laisser une place, la différence de taux entre deux organismes bancaire pouvant être très étonnante, je ne crois pas que le métier disparaisse de si tôt .
    Quant à l’endettement de 33% , il ne veut pas dire grand, il prendre en compte le comportement bancaire et le reste à vivre après crédits

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne