Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

KEYMEX, un centre d’affaires pour mandataires !

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
2 595
Evaluer cet article
photo : Frédéric Simon 2

Début février, Frédéric Simon a lancé Keymex, un concept qui lui tient à coeur, à mi-chemin « entre les réseaux de mandataires et les agences traditionnelles. » Du cousu-main, pour les agents commerciaux. Alors Keymex, qu’est-ce que c’est ? Un centre de formation basé à Taverny, dans le Val-d’Oise, doublé d’un centre de transactions et d’affaires. Le tout sur 500 m². Et son ambition, c’est de faire des petits. De développer ce concept, inspiré des États-Unis, en franchise dans toute la France. En tout cas, c’est bien parti. Déjà huit agents commerciaux ont intégré le centre. Une vaste campagne de recrutement est prévue en mars.

L’envie de transmettre un savoir-faire

« Je viens de l’immobilier traditionnel. Mon idée, c’est de faire profiter les indépendants  du savoir-faire des agences, explique-t-il. Je connais bien le sujet. Avant, j’étais multi-franchisé chez Avis et actionnaire du réseau. Et mon agence phare à Herblay a été 1ère du réseau en France pendant 3 ans. En 2014, j’aurais bien voulu racheter l’enseigne, mais la vie en a décidé autrement. J’ai  mis à profit cette période pour réfléchir à d’autres pratiques de la transaction immobilière. Aujourd’hui, je ne crois plus au modèle actuel de franchises immobilières. J’ai compris qu’en France, il pouvait être mûri et adapté. »

Les avantages du statut d’indépendant

C’est évidemment une longue réflexion qui a conduit Frédéric Simon a changé son fusil d’épaule. Il a fini par «admettre que les réseaux de mandataires se sont professionnalisés, alors que les agences, elles, ne se remettaient pas en  question.» « Je me suis dit qu’il y avait là une opportunité extraordinaire pour permettre à ce métier de redevenir un beau métier, en recréant un équilibre entre vie privée et professionnelle, précise-t-il. Le problème, lorsqu’on travaille en agence, c’est que la qualité de vie en pâtit. Et la rémunération n’est pas à la hauteur de l’investissement.»

La formation au cœur du projet

Si Frédéric Simon veut changer les choses, pas question pour autant de faire l’impasse sur la formation. «Ancien joueur de tennis professionnel,  j’ai toujours baigné dans la culture de la performance, précise-t-il. Pour apporter une qualité de service aux clients, il faut que les agents commerciaux soient hyper bien formés et coachés afin  qu’ils puissent faire  la différence sur le terrain. »

 

Du même auteur

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne