Recruter en interne une personne destinée à assurer le travail d’un clerc de notaire afin de rédiger les compromis de vente et de garantir les transactions, il fallait y penser… C’est ce qu’a fait le groupe BHI. Avis à ceux que cela pourrait intéresser.

photo : Fotolia_112265111_Subscription_Monthly_M

Pour remédier à l’allongement des délais de vente lié à la loi Alur, ce texte fleuve bien souvent décrié par les professionnels, Bruno Hermabessiere et Damien Orts, associés du groupe BHI qui possède 6 agences Orpi entre Nîmes et Montpellier, ont créé il y a moins de deux ans un pôle compromis. Ils ont donc engagé une personne qui, par ses diplômes, se destinait à travailler dans le droit immobilier pour rédiger les compromis de vente et assurer le suivi clients jusqu’à la signature de l’acte définitif. Une idée originale mais efficace qui leur permet de garantir les transactions à leurs clients vendeurs comme acheteurs. Et de gagner en rapidité d’exécution !

Augmenter la satisfaction en gagnant en réactivité

« En fait, Camille était en stage chez nous et, peu à peu, l’idée a germé qu’il nous fallait quelqu’un pour sécuriser les compromis de vente et sécuriser nos clients par la même occasion, explique Damien Orts. A mon sens, signer les compromis et réaliser les transactions, dans les délais impartis et sans bavure, fait partie du métier d’agent immobilier. C’est donc l’occasion qui a fait le larron. Il faut dire également que nous étions tributaires des délais de plus en plus longs imposés par les notaires pour obtenir un rendez-vous pour signer un avant-contrat. Nous nous sommes dit qu’en intégrant une personne capable de monter les dossiers pour les notaires, nous pourrions gagner en réactivité mais aussi améliorer la satisfaction clients. Et c’est ce qui s’est passé : avec ce service unique et pointu, nos clients se rendent bien compte que nous sommes capables de maîtriser tous les aspects de notre métier. Nous assurons « le service » jusqu’à la signature de l’acte de vente définitif. Notre satisfaction client a très nettement augmenté.»

95% des compromis signés aujourd’hui en agence dans le groupe BHI

Après une licence professionnelle de notariat et deux ans à l’Institut de la Construction et de l’Habitat à la faculté de droit de Montpellier, Camille Hermabessière, 23 ans et jeune diplômée, a donc intégré l’équipe de 26 collaborateurs en transaction des agences du groupe BHI. Et les résultats sont là. Si, autrefois, il fallait 15 jours pour obtenir un rendez-vous chez le notaire, aujourd’hui, en 24/48 heures, le compromis est signé. Et tout se fait ou presque à l’agence de Codognan, au sein du pôle compromis. Un gain de temps en amont qui a, du coup, raccourci les délais de vente. Et une solution qui permet aux négociateurs de se concentrer sur la partie prospection et commerciale de leur métier. La partie juridique étant entièrement, elle, gérée par Camille. « Avec la loi Alur, c’est de plus en plus compliqué pour les négociateurs de signer les compromis : il y a des aspects juridiques mais également de la jurisprudence, reprend le co-dirigeant. En copropriété, les documents à réunir sont nombreux. Grace à Camille, on peut dormir sur nos deux oreilles.»

Responsable du pôle compromis, Camille Hermabessière prépare le dossier pour le notaire mais elle assure aussi tout le back-office du compromis de vente. Chaque client bénéficie ainsi d’un suivi personnalisé jusqu’à la signature de l’acte de vente. Elle s’assure, par exemple, que les acheteurs fournissent bien en temps et en heure leur attestation d’accord de prêt. « C’est un travail de clerc de notaire, d’ailleurs c’est sûrement ce que j’aurais fait si je n’avais pas intégré le groupe BHI, mais j’ai toujours voulu travailler dans l’immobilier, précise la jeune femme. En quoi consiste mon travail ? Je récupère les pièces requises pour la rédaction du compromis, je le rédige, je reçois les clients pour la signature, je m’occupe ensuite de purger le droit de rétractation, je monte le dossier que j’adresse au envoyer au notaire choisi par les parties et après je fais tout le suivi juridique jusqu’à la signature de l’acte. Je suis le lien avec le notaire.» Un lien précieux que ne remettrait pas en question le patron du Groupe !

©Olivia Delage/byBazikPress © Dan Kosmayer – Fotolia.com

 

Cet article vous a été :
Newsletterinscrivez-vous dès maintenant

Je m'abonne

VOIR LES NEWSLETTERS

Réagissez
Réagir
11
réactions
Dans la même rubrique
11 réactions pour cet article
  • Par S DURAND, il y a 3 mois - 23 juin 2017 à 19 h 18 min

    ah bon ! quelle innovation … on découvre qu’un agent immobilier doit également savoir rédiger un acte (avant contrat ou autre) ce qui sous entend un minimum de culture juridique !

    Mais pour se démarquer du troupeau on clame haut et fort qu’un clerc de notaire (notaire … ça rassure) va désormais s’occuper de l’administratif !
    A qui le tour du prochain effet d’annonce ? marketing oblige

  • Par Simpson, il y a 3 mois - 23 juin 2017 à 10 h 43 min

    Bonjour,
    rédiger un compromis de vente n’est pas si compliqué à 3 conditions :
    1) BONNE COLLECTE DES INFOS : lors de la prise de mandat et dans les jours qui suivent toutes les informations nécessaires doivent être collectées auprès du vendeur (titre de propriété, règlement de copropriété, diagnostics, contrôles, changement éventuel de situation maritale, etc) et plus tard auprès de l’acquéreur (état civil et marital, simulation du financement).
    2) FORMATION INITIALE ET CONTINUE : la réglementation évolue constamment et il ne faut surtout pas se contenter de l’acquis, mais suivre des formations, échanger avec ses confrères, avoir la curiosité de rechercher sur les sites juridiques sérieux les nouveautés, les jurisprudences, organiser en agence ou en groupe d’agence des discussions sur la réglementation, sur les situations inhabituelles. Consulter son service juridique pour ceux qui en disposent.
    3) LA PRATIQUE : plus on fait de compromis, plus on acquiert de l’expérience. A titre personnel, en 12 années, je n’ai renoncé qu’à 3 compromis de vente (mais je n’avais pas le choix). Avant, lorsque j’étais négociateur, je participais largement à la rédaction du compromis de vente qui était contrôlé, rédigé et signé sous la responsabilité du titulaire de la carte de transaction.

    Tout négociateur immobilier doit s’intéresser et s’investir personnellement dans le suivi de sa vente jusqu’à la signature de l’acte authentique : sa rémunération en dépend et c’est plus valorisant. Dans mon agence, une fois le compromis signé, nous purgeons le droit de préemption s’il y a lieu et nous faisons une demande de CU afin de communiquer un dossier complet au notaire.

    Il me paraît inutile, dans mon organisation, de cloisonner les fonctions car je souhaite que mon personnel maitrise l’ensemble de son travail (le commercial comme le juridique) même si j’en garde la responsabilité et que j’ai le dernier mot. Ainsi le personnel se préparera à évoluer vers plus de responsabilités.

    Je pense que l’expression « garantir les transactions » est inappropriée et que lorsque les éléments requis sont collectés en amont, un compromis peut être prêt en 24 à 48 heures, sans embaucher du personnel spécialisé.

    Confraternellement

  • Par Martial cettour-meunier, il y a 3 mois - 23 juin 2017 à 8 h 24 min

    QUEL NON EVEMENEMNT, une bonne agence immobilière doit être capable de faire elle même ses compromis
    même si c’est de plus en plus compliqué,
    comment peut on prendre des honoraires et faire son métier sans établir le compromis

    • Par thomas, il y a 3 mois - 23 juin 2017 à 12 h 14 min

      dans mes agences cela fait 15 ans que nous rédigeons nos compromis que nous suivons les dossiers avec le notaire
      que nous nous adaptons aux nouvelles règles (loi alur) et on a l’impression que certains viennent de découvrir qu’ils pouvaient agir de même

  • Par Hulo, il y a 3 mois - 23 juin 2017 à 7 h 39 min

    Et alors….?
    Rien d extraordinaire, dans une profession qui s uberise, le fait de signer un compromis en agence par l agent immobilier lui même devient un acte innovant?
    Nous faison cela depuis plus de 20 ans à la seule diffèrence que notre collaboratrice ne s appelle pas Camille.
    Cet article n à aucun intérêt… mis à part user du papier
    Bonne journée
    Serge HULOU

  • Par Loiseau, il y a 3 mois - 23 juin 2017 à 7 h 17 min

    Bonjour Marjorie Tout à fait d’accord avec vous . Autrefois pour obtenir la carte professionnelle il fallait un niveau BAC + 3. Beaucoup d’entre nous étions diplômés en droit avec au minimum une licence. Notre culture juridique nous permettait et nous permet de réaliser des sous seing privés à l’agence, comme Le font beaucoup de nos confrères. Alors pour moi aucune nouveauté . Un agent immobilier se doit de parfaitement maîtriser les lois et se former régulièrement pour suivre l’évolution des juridique et jurisprudentielle . Bonne journée à tous

  • Par Goliot Xavier, il y a 3 mois - 23 juin 2017 à 0 h 17 min

    Bonjour

    Je dirige l’agence Club House Immobilier en Seine et marne, et suis surpris par cette article !
    L’idée est très bonne, mais rien d’extraordinaire, sachant que c’est la première chose que j’ai développé lorsque j’ai créer mon agence en 2015.
    Chez moi la personne en charge dès dossier se nomme Leslie !!!!!
    Si JOURNAL DE L’AGENCE souhaite me rencontrer pour un article, mes portes sont grandes ouvertes !!!

  • Par ORTS DAMIEN, il y a 3 mois - 22 juin 2017 à 15 h 04 min

    Cher client,
    Vous apportez la meilleure réponse à nos confrères sceptiques de tous le process que nous avons mis en place autour de ce pôle compromis de vente .
    Votre satisfaction reste notre moteur et notre motivation pour toujours développer de meilleurs services à nos clients.
    Excellente journée
    ORTS Damien

  • Par MICHAUT, il y a 3 mois - 22 juin 2017 à 9 h 02 min

    Nous avons bénéficier des services de Camille en tant que vendeur en deux mois l’acte de vente était signé sans surprise , nous l’en remercions ainsi que tous les négociateurs qui se sont occupés de la vente de notre bien.

    • Par ORTS DAMIEN, il y a 3 mois - 22 juin 2017 à 15 h 03 min

      Cher client,
      Vous apportez la meilleure réponse à nos confrères sceptiques de tous le process que nous avons mis en place autour de ce pôle compromis de vente .
      Votre satisfaction reste notre moteur et notre motivation pour toujours développer de meilleurs services à nos clients.
      Excellente journée
      ORTS Damien

  • Par Marjorie FRUHAUF, il y a 3 mois - 21 juin 2017 à 14 h 22 min

    Bonjour,
    L’article est bien fait mais de nombreuses agences recrutent des personnes qui ont une base juridique suffisante pour établir les compromis de vente et apporter un dossier complet au notaire (rassemblement des pièces, purge du délai de rétractation, attestation de financement etc…). Cela ne me semble pas être une innovation folle de la part du groupe BHI qui est ici mis en avant, tandis que d’autres agences font cela depuis longtemps mais ne profitent pas de cet article…
    Immobilièrement, Marjorie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *