Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

The Door Man, le réseau en toute franchise

Publié le
Publié le
Réagir 1 réaction
439
Evaluer cet article

Le réseau de mandataires permet aux professionnels de se développer en prenant en main une concession dans leur secteur.

photo : the door man

Après une phase de test et de calage de son offre dans la commune de Boulogne-Billancourt, The Door Man, fondé par Pascal Beuvelet, président d’In&Fi Crédits, et Pierre Arnaud Mazzanti, directeur du fichier AMEPI de 2011 à 2015, change son fusil d’épaule. L’enseigne mue et devient un réseau de mandataires immobiliers. Mais, un réseau d’un genre nouveau, dans lequel mandataires et agents immobiliers travaillent main dans la main.

Un modèle de concession de territorialité exclusive

En une décennie, avec des frais fixes a minima, des rémunérations plus élevées, des moyens promotionnels de vente comparables, les mandataires immobiliers se sont taillé une belle part du lion sur le marché. Sur la base d’une prévision de croissance de 25 % par an, ils devraient atteindre les 36 % de parts de marché dans les cinq ans. « Le problème, c’est que, dans ces réseaux qui se développent suivant un système hiérarchique multi-niveaux “parrain-filleul“, l’accompagnement des filleuls est quasi inexistant, explique Pascal Beuvelet. Aussi, livrés à eux-mêmes, beaucoup baissent les bras, d’où un important turnover. »

The Door Man propose un maillage territorial inspiré des franchises immobilières. Pour se déployer sur le territoire national, le réseau s’appuie sur des concessionnaires franchisés (un droit d’entrée : 1 centime d’euro par nombre d’habitants dans leur secteur), rompus au recrutement et à l’animation d’équipes commerciales, et qui connaissent parfaitement la réglementation immobilière.

Un maillage national de 50 à 60 concessions

Epaulés par les équipes de la tête de réseau, les concessionnaires sont chargés de recruter les mandataires The Door Man en régions, de les animer et de les assister. L’originalité du concept ? Un agent immobilier, qui possède une agence vitrée, peut bénéficier de la double appartenance et devenir aussi le concessionnaire The Door Man de sa région. Il pourra ainsi développer son business, d’avoir un complément de revenus et lutter contre l’évasion des négociateurs immobiliers qui se redirigent vers les réseaux de mandataires. Pascal Beuvelet l’assure : il cherche  d’ailleurs plutôt ce type de profils qui connaît la loi Alur, la loi Hoguet…

100 % des mandats exclusifs Premium partagés

Si l’enseigne évolue, le principe fondateur, lui, ne bouge pas : le partage des mandats exclusifs avec tous les professionnels de l’immobilier est toujours sa raison d’être. Avec cette innovation, chaque mandataire The Door Man dispose d’un formidable outil de conquête commerciale puisqu’il apporte à chacun de ses clients vendeurs la plus grande force de vente possible. « Pierre- Arnaud et moi croyons en l’efficacité de ce système, reprend Pascal Beuvelet. Confier une exclusivité à un seul professionnel ou, par son intermédiaire, à un groupe local organisé mais très minoritaire, c’est s’interdire de bénéficier  des capacités de tous les autres confrères, tout aussi qualifiés à réaliser cette mission de vente. »

Un produit d’appel à 2 000 euros

Pour les vendeurs « Agence s’abstenir » qui n’envisagent pas le recours à un professionnel de l’immobilier, principalement pour des questions de coût, The Door Man propose un produit d’appel : le mandat Access à 2 000 euros. À ce tarif-là, le vendeur se charge des visites, quels que soient la superficie et l’emplacement de son bien. The Door Man prend tout le reste en charge jusqu’à la signature de la vente, y compris les frais de publicité.

 

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Du même auteur

Sur le même thème

Vos réactions

  • Par Philippe Petit, il y a 2 mois

    Ils n’ont rien inventer, proposer un tarif très bas et ne pas faire les visites d’autres ont essayé.. Ce qui est lamentable c’est qu’une fois de plus le cœur de notre métier est une fois de plus bafoué, piétiné je veux parler de l’accompagnement du client en effectuant les visites. C’est à ce moment là que le client se découvre complètement et que nous pouvons, nous agents immobiliers, comprendre quel est le véritable ressort psychologique qui lui fera acheter tel ou tel bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne