Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

La menace d’une remontée des taux de crédit écartée pour les mois à venir

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
1 210
Evaluer cet article

La BCE a laissé ses taux inchangés et fait comprendre que la conjoncture en Europe n’était pas propice à une remontée à court terme… Dans le même temps, les OAT 10 ans sont revenus à leur plus bas niveau depuis juillet 2018. Tout ceci devrait permettre aux banques de continuer à mener une politique de taux de crédit attractifs !

photo : AdobeStock_59610720

L’idée s’impose peu à peu. Non, il ne faut pas s’attendre à une remontée des taux de crédit en 2019. D’ailleurs, en ce début du mois de janvier, malgré la forte production de l’année 2018, les banques n’ont pas « fermé le robinet du crédit ». Les emprunteurs profitent donc de taux toujours très bas, qui sont même encore à la baisse (- 0,10% en moyenne sur 15, 20 et 25 ans par rapport au mois de décembre selon Cafpi).

« La conjoncture et les stratégies des banques sont véritablement porteuses en ce début d’année, un signal positif pour les emprunteurs, primo-accédants, secundo-accédants ou investisseurs, indique Cécile Roquelaure, Directrice de la communication et des études d’Empruntis. Si le 1er trimestre devrait être en-dessous des attentes des acteurs du marché, il devrait offrir, comme toute l’année 2019 des conditions très favorables aux emprunteurs. »

La BCE a réaffirmé qu’une hausse n’était pas envisagée avant cet été

De son côté, lors de sa première réunion de l’année, la Banque centrale européenne a laissé ses taux inchangés et fait comprendre que le contexte économique n’était pas propice à une remontée à court terme… C’est le discours de Mario Draghi, président de l’institution, qui a évolué. En ce début d’année, il a fait part de ses incertitudes sur la conjoncture en Europe et des risques pesant sur la croissance.

« Compte tenu des prévisions de croissance à la baisse dans la zone euro, on peut s’attendre à une poursuite sur un horizon plus long de la politique accommodante de la BCE qui a contribué depuis plusieurs années à maintenir d’excellentes conditions de crédit en Europe et notamment en France, explique Jérôme Robin, président de Vousfinancer.com. C’est l’un des éléments aujourd’hui qui nous laisse penser que les taux de crédit ne vont pas remonter significativement en 2019.»

Les OAT 10 ans au plus bas

Dans le même temps, les taux d’emprunt d’Etat à 10 ans sont revenus à leur plus bas niveau depuis juillet 2018 à moins de 0,6 % (0,59 % ce jour), contre 0,80 % fin 2018 et 0,90 % il y a un an… « Ce maintien des taux d’emprunt d’Etat à un niveau historiquement bas devrait permettre aux banques de continuer à mener une politique de taux de crédit attractifs sans trop rogner sur leurs marges, d’autant que, tant que les taux directeurs de la Banque centrale européenne n’augmenteront pas, elles continueront à obtenir d’excellences conditions de refinancement », reprend Jérôme Robin.

Les taux de crédit resteront attractifs …

Dans ce contexte, les taux auxquels se financent les banques devraient se maintenir ce qui permettra de protéger le pouvoir d’achat des ménages. D’autant que les objectifs de crédit immobilier pour 2019 sont équivalents à ceux de 2018. Pour l’emprunteur cela signifie beaucoup : selon le courtier Empruntis, en 4 ans, le coût d’un financement d’un logement de 150 000 € a baissé de près de 60 % et la mensualité, elle, de 16% (taux en janvier 2014 compris entre 2,95 et 3,5% selon les profils, taux en janvier 2019 entre 1,24 % et 1,6%).

… et malgré tout, s’ils devaient remonter

Les taux d’usure seront un garde-fou : la baisse de ces derniers est une protection pour les emprunteurs. Ils leur garantissent un taux de financement global en cohérence avec les taux pratiqués en moyenne par les établissements. Bien que leur méthode de calcul nécessite de profondes modifications pour ne pas exclure les emprunteurs les plus fragiles, leur baisse au 1er trimestre 2019, à 3,01% par exemple sur 20 ans et plus, contraindra les banques à maintenir les taux bas et à adapter les frais et taux d’assurance, si elles veulent maintenir le cap de la conquête… La mise en concurrence de l’assurance emprunteur peut offrir des solutions dans certains cas également !

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Du même auteur

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne