Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

Quel avenir pour le métier d’agent immobilier en France ? La digitalisation du secteur, une opportunité à saisir !

Publié le
Publié le
Réagir 4 réactions
7 591
Evaluer cet article

A l’occasion du salon RENT 2019 et face à l’émergence de la PropTech en France, Meilleurs Agents a confronté les points de vue des particuliers et des agents immobiliers sur la digitalisation du secteur, au travers d’une étude réalisée en partenariat avec OpinionWay.

photo : AdobeStock_275285388

Le constat est clair : les Français ne souhaitent pas la disparition des agents immobiliers. La digitalisation apparaît comme une véritable opportunité d’évolution, facilitant le travail au quotidien des agents tout en apportant plus de confiance et de valeur ajoutée pour les particuliers.

La confiance des Français, un enjeu majeur pour les agents immobiliers

Dans le contexte actuel de digitalisation des marchés, les particuliers deviennent de plus en plus exigeants envers les prestataires de services, qu’il s’agisse de transparence, de capacité à innover, de tarifs ou même de confiance. L’immobilier n’échappe pas à cette règle. Il est ainsi intéressant de constater que, si les Français ont une meilleure image des agents immobiliers que ne le pensent ces derniers (55% contre 32%), seul un français sur deux a confiance en eux et seul un français sur trois les trouve innovants. Ce dernier point met également en avant un décalage de perception puisque 45% des agents interrogés se considèrent comme innovants.

L’image de la profession est notamment pénalisée par la perception d’un manque de proactivité, selon 54% des particuliers, et par le montant des honoraires, jugés « excessifs », selon 72% des sondés. Face à ces enjeux d’innovation et de réduction des coûts, de nouveaux acteurs se sont développés avec l’essor de la PropTech.

Agences hybrides low-cost, iBuyers, de futures menaces pour la profession ?

Depuis 3 ans, la PropTech française s’est très fortement développée avec la création de plus de 400 startups. Parmi elles, Agences hybrides low-cost, iBuyers sont de nouveaux acteurs dont le cœur de métier est la vente immobilière. Si ces nouveaux services sont encore relativement méconnus des particuliers (40% des sondés connaissaient l’existence des agences hybrides low-cost, 23% pour les iBuyers), ils sont tous perçus comme une menace par les professionnels du secteur. Les agences hybrides low-cost représentent la principale menace pour la profession selon plus de deux tiers des agents immobiliers (67%). Ce risque est notamment confirmé par leur attractivité : Plus de 4 particuliers-vendeurs sur 5 seraient prêts à les utiliser (83%) et pensent qu’elles sont amenées à se développer (78%).

En revanche, les iBuyers sont moins connus des particuliers et inspirent donc plus de méfiance que les autres services. Toutefois, 47% des agents immobiliers interrogés perçoivent les iBuyers comme une future menace. Il est cependant impératif de nuancer les inquiétudes des agents immobiliers. Les Français sont catégoriques. 85% d’entre eux ne veulent pas que le métier d’agent immobilier disparaisse. De plus, aucun de ces nouveaux services n’apparaît aujourd’hui en mesure de remplacer les agences. « Entre des clients de mieux en mieux informés et l’émergence de nouveaux acteurs, les agents immobiliers doivent plus que jamais démontrer leur valeur ajoutée et faire évoluer leur profession en s’appuyant sur de nouveaux outils digitaux», commente Sébastien de Lafond, Président et co-fondateur de Meilleurs Agents.

Baisse des honoraires et transparence, deux attentes fortes des particuliers

L’attente principale des particuliers reste aujourd’hui liée aux honoraires des agents immobiliers, jugés trop hauts par une grande majorité des particuliers. En effet, 88% d’entre eux souhaiteraient une baisse. Les taux de commission constituent notamment la principale raison de ne pas passer par une agence pour près d’un vendeur sur deux (45%). Ces attentes vont dans le sens d’une évolution du métier. 44% des agents immobiliers interrogés s’attendent en effet à une baisse d’ici 5 ans. La baisse attendue semble par ailleurs réaliste.

Un consensus serait possible autour d’une diminution de 20% des honoraires, à condition pour les agents immobiliers que le marché soit plus fluide. 66 % des professionnels sont d’ailleurs prêts à diminuer leurs honoraires sous réserve de la fluidification du marché. Hormis la baisse des honoraires, les particuliers attendent plus de transparence dans leur relation avec les agents immobiliers (83%). Près de 3 français sur 4 estiment notamment que cela devrait passer par une plus grande utilisation de solutions numériques, tant pour leur permettre de suivre les ventes (75%) que pour les aider à vendre (74%).

Il apparaît que les agents immobiliers ont tout intérêt à se concentrer sur des actions à plus grande valeur ajoutée. En effet, les attentes des particuliers en matière d’accompagnement ne sont pas toujours bien identifiées par les professionnels. Au-delà de la détermination du prix, les vendeurs attendent de l’agent de trouver des acheteurs et de négocier avec eux (pour 80% des Français / 36% des agents ont conscience de ce besoin) ainsi qu’un soutien logistique et juridique sur la vente (pour 57% des Français / 20% des agents ont conscience de ce besoin).

Les agents immobiliers peuvent s’appuyer sur les acteurs de la PropTech

Afin de répondre à ces nouvelles attentes, les agents immobiliers peuvent s’appuyer sur les acteurs de la PropTech afin de renforcer la transparence et la confiance des particuliers.

  • 62% des vendeurs font notamment confiance aux comparateurs d’agences
  • 64% des vendeurs font confiance aux services d’estimation en ligne Les professionnels peuvent également se tourner vers des outils de suivi et d’aide à la vente, perçus par les particuliers comme complémentaires des agents (79%).

«La digitalisation est une formidable opportunité pour la profession de gagner du temps dans la prospection des vendeurs, d’apporter plus de transparence aux Français et ainsi, d’obtenir leur confiance. Ces leviers permettront de baisser les honoraires et d’augmenter la part des mandats exclusifs pour au final gagner des parts de marché sur les ventes entre particuliers”, ajoute Sébastien de Lafond.

Les grands enseignements

  • Les agents immobiliers ont une meilleure image auprès des Français (55%) qu’ils ne le pensent (32%). Cette image positive reste néanmoins à consolider : 1 français sur 2 estime faire confiance aux agents immobiliers et seulement 1 sur 3 les trouvent innovants
  • Les nouveaux acteurs de la PropTech liés à la vente (agences hybrides low-cost, iBuyers) sont encore relativement méconnus des particuliers qui ne les considèrent pas capables de remplacer les agents immobiliers
  • Parmi ces nouveaux acteurs, ce sont les agences hybrides low-cost qui représentent la « menace » la plus immédiate pour les agents immobiliers. Plus de 4 vendeurs sur 5 déclarent qu’ils pourraient y avoir recours (83%)
  • Les Français sont, par ailleurs, catégoriques : pour 85% d’entre eux, le métier d’agent immobilier ne va pas disparaître
  • En revanche, en plus de la baisse des honoraires, souhaitée par 88% des particuliers, ces derniers attendent des professionnels plus de transparence (83%)

Méthodologie : L’étude OpinionWay pour Meilleurs Agents, a été menée, entre le 5 et le 16 septembre 2019, via une série d’interviews sur un échantillon de 3 324 personnes, composé de particuliers vendeurs (2 764) et d’agents immobiliers (560).

Du même auteur

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Sur le même thème

Vos réactions

  • Par MOUSSION, il y a 9 jours

    Bonjour. Effectivement, les honoraires d’agences sont élevés. En revanche, les agents commerciaux et immobiliers n’ont pas de salaire à la fin du mois et l’état leur prend 50% de leur chiffre d’affaire de l’année. Donc si l’agent souhaite vivre, il doit faire au moins 2 ventes par mois pour espérer être à 2 000€ de revenu. Malheureusement, les particuliers ne connaissent pas tous les problèmes qui se cachent derrière ce métier. Les particuliers se font tellement d’idées fausses. Après, il faut savoir faire confiance au bon professionnel…

  • Par Stéphanie COCOZZA, il y a 9 jours

    Je dirais C’est parce qu’il y a un manque de transparence et de proposition de valeur que le particulier attend une baisse des honoraires.
    Il est donc important de travailler sa relation client, l’expérience du client et réellement définir le service apporté 🙂

  • Par baggio, il y a 9 jours

    d’accord avec vous, 1 à 2 % suffirait à faire vivre correctement les agences, ce que font les anglais et les italiens, gens très pragmatiques…….

  • Par MALDI, il y a 11 jours

    Bonjour,

    Je reviens sur le fait de baisser les honoraires d’agences.

    Si l’intégralité des ventes immobilières devaient obligatoirement passer par un agent immobilier(comme pour les notaires) les honoraires baisseraient de facto. D’une moyenne qui doit être dans les 5% aujourd’hui, il serait aisé de passer à une moyenne d’honoraires de l’ordre de 1 à 2%.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne