TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

Un taux de refus record en lien direct avec le taux d’usure : les courtiers alertent sur un risque de blocage du marché

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
549
Evaluer cet article

Les 6 associations professionnelles d’intermédiaires en opérations de banque et en services de paiement (IOBSP) – CNCEF, Afib, Anacofi, Apic, CNCGP, La compagnie des CGP – ont réalisé un sondage Opinion System auprès d’intermédiaires en crédit afin de chiffrer et mettre en exergue les freins à leur activité que sont notamment les taux d’usure et les normes HCSF.

photo : Female accountant or banker making calculation of finance and ec

L’objectif de ce sondage* est de faire remonter, aux acteurs du marché mais aussi aux ministères du Logement et de l’Économie, des statistiques  représentatives sur les refus de crédit afin de déclencher une prise de conscience des difficultés de la profession  mais aussi et surtout de ceux et celles qui souhaitent actuellement accéder à la propriété, avec un risque de blocage  du marché si rien n’est fait pour lever les contraintes qui pèsent actuellement sur l’octroi de crédit.

Pour 40% des intermédiaires en crédit, plus de 4 dossiers sur 10 sont refusés

Le 1er enseignement de ce sondage  concerne le taux de refus observé par les IOBSP depuis le début de l’année. «Nous n’avions jamais été confrontés à  autant de refus sur nos dossiers présentés aux banques. Pour 40% de nos intermédiaires, 40% des dossiers sont  refusés, et pour 85% le taux de refus dépasse 20%. Des résultats criants sur les problèmes rencontrés par les  emprunteurs, dans l’accès au financement pour leur projet immobilier », observe Bruno Rouleau, Président de l’APIC.

Premier motif de refus : le taux d’usure pour 36 % des dossiers suivi des normes HCSF pour 31 % d’entre eux, deux  freins majeurs à l’accès au crédit depuis le début de l’année, qui représentent ainsi près de 7 refus sur 10 !

Du côté des banques, les raisons principales invoquées pour expliquer la non prise en charge des dossiers  présentés par les IOBSP sont le dépassement du taux d’usure également pour 39 % des dossiers, ou le fait que  l’emprunteur ne corresponde pas à leurs critères pour 27 % des dossiers. A noter que seuls 15 % des dossiers  refusés par les banques, sont liés au fait que le dossier vienne d’un courtier en crédit.

Le taux d’usure touche tous les emprunteurs

Concernant les dossiers les plus touchés par les refus liés au taux d’usure, on retrouve à 71% les acheteurs d’une  résidence principale, suivi des investisseurs avec 24%. Tous profils confondus, ce sont les emprunteurs âgés de 30  à 55 ans qui sont les plus impactés selon 51 % des courtiers, soit l’essentiel du marché… « Le taux d’usure est  devenu le problème majeur pour l’accès au financement, et il concerne tous les emprunteurs, quel que soit leur âge  ou leur projet, c’est pourquoi nous souhaitons alerter, avec l’ensemble de la profession, sur le risque d’exclusion d’un nombre croissant d’acquéreurs avec pour conséquence un blocage du marché immobilier »,  déplore Bruno Rouleau.

« Il ne faut pas se laisser berner par les statistiques de production de nouveaux crédits du 1er quadrimestre de  l’année, qui embarquent essentiellement des dossiers acceptés fin 2021 ou tout début 2022. Le coup de frein brutal  que nous connaissons va se transposer dans les chiffres à l’automne, avec une inertie forte avant un  éventuel redémarrage en 2023 et qui s’étalera sur plusieurs mois. Et ce d’autant que l’appétence des candidats à  l’accession a englué les services bancaires dans le traitement des projets, souvent repoussés désormais par  l’évolution des conditions de marché », constate encore Bruno Rouleau. « Il est urgent de mieux coller à la réalité  de la situation des taux, de redonner une marge de manœuvre aux banques, dont on a salué la capacité à maitriser  leurs risques auprès des ménages en de nombreuses circonstances, pour leur permettre d’amortir ce coup d’arrêt.

Enfin il faut reconsidérer la pertinence des recommandations du Haut Conseil à la Stabilité Financière, dont les  effets accentuent le coup d’arrêt. Avec plus de 20 % de montant d’apport moyen sur les projets, les clients ne pourront pas faire davantage, et il n’existe pas d’alternative suffisante quant à l’offre locative disponible, elle-même lourdement impactée par l’inflation » conclut-il.

*Sondage réalisé par OPINION SYSTEM entre le 8 juillet 2022 et le 22 juillet 2022 – 1471 répondants