TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

« Concurrence, compétition et émulation », Bernard Cadeau

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
505
Evaluer cet article

Nous avons inventé la coopétition : nous sommes en compétition permanente, mais nous acceptons de coopérer sans nous renier !

photo : bernard cadeau

Je ne pouvais entamer cet article sans rendre un nouvel hommage à Laurent Vimont. Tout a sans doute été dit et  écrit pour vanter les qualités humaines et professionnelles de Laurent, son charisme et son franc parler. Il incarnait  une entreprise et une marque puissantes. Concurrents, nous l’étions et le sommes toujours, plongés dans une  compétition inhérente à nos métiers et aux attentes de nos clients, mais nous n’avons jamais été adversaires. Nous  avons compris que le marché de particulier à particulier demeurait notre cible unique. Que chacun puisse méditer cet  enseignement. Les moins de 40 ans ne peuvent s’en souvenir : j’étais là à l’arrivée de CENTURY 21 au détour des  années 80-90 et me remémore les réactions dans notre microcosme ! Petits sourires et moqueries devant les vestes  jaunes, méfiance face à un concept américain leader de son marché à cette époque, interrogations quant à la  franchise… Nous ne savions pas comment appréhender cette situation nouvelle. Avec le recul, l’arrivée de la marque  a ouvert un formidable champ des possibles et a contribué à élever les services fournis par notre communauté  professionnelle.

Certes, ce n’était pas le néant avant et je peux témoigner que le réseau Orpi avait déjà pris le chemin  de la formation, de la compétence et du service client. Mais la compétition qui s’est ouverte et le challenge permanent nous ont  poussé dans nos retranchements. Méthode, formation, rigueur, stratégie, politique commerciale, fierté  d’appartenance, identité visuelle, communication, tout a été scruté et sans doute revisité.

Concurrence et compétition, créatrices d’émulation

Avancer, s’adapter à la réalité, s’inspirer des challengers, progresser encore et toujours ! Cette émulation s’est par  définition avérée vertueuse ; elle a permis d’élever le niveau et d’aborder différemment les changements  technologiques fondamentaux tels que l’Internet pour ne citer que lui. Il a fallu réagir à cette vague qui pouvait  désintermédier totalement notre marché (dixit les premiers apôtres du web) ! L’émulation issue de la compétition a engendré le respect et l’estime basés sur la loyauté.

Traduit autrement, nos fondamentaux sont identiques et même si la compétition est acharnée, ce qui nous réunit est  supérieur à ce qui nous divise. Nous avons un plus petit commun dénominateur ! Celui-là même qui nous a permis  d’inventer le fichier AMEPI, de créer Bien’ici. Celui-là même qui doit nous rendre incontournables auprès des clients.  Pardonnez ce néologisme mais oui, nous avons inventé la coopétition ; nous sommes en compétition  permanente, mais nous acceptons de coopérer sans nous renier ! Comparaison n’est pas raison, mais il n’est pas  interdit de faire certains parallèles. L’arrivée des méthodes de la franchise américaine dans notre écosystème il y a  plus de 30 ans a fait bouger les lignes, avec les conséquences vertueuses que nous venons d’évoquer. Alors, comment  analyser l’émergence des nouveaux modèles d’organisation et de distribution des biens à vendre ? Que dire de ces  entreprises à la croissance si forte que les financiers n’hésitent pas à miser sur leur succès ?

Quelles leçons en tirer ?

La première est que plusieurs modèles coexistent mais qu’aucun ne peut prétendre préempter toute l’industrie.  Soyons pragmatiques : le reconnaître ne signifie pas pour autant « changer de religion » et brûler ce que nous  avons adoré.  La seconde est de respecter les mêmes règles du jeu et de se plier aux mêmes contraintes, puisque tout le monde  s’adresse aux mêmes clients.  La troisième est de ne surtout pas ignorer ou mépriser ces nouveaux modèles, dans un entre-soi protectionniste.

Ceci étant posé, interrogeons-nous avec le  recul nécessaire et toute l’objectivité dont nous sommes capables. Ces  nouveaux acteurs seront-ils à l’origine de changements profonds dans notre industrie ? L’avenir le dira. Notre agilité  collective, donc notre capacité à nous adapter, seront interrogées. N’oublions pas ce fameux dénominateur commun,  gage de notre survie, qui nous fait nous retrouver sur l’essentiel : le meilleur service pour notre client. Il sera, in fine,  le seul arbitre !

 

 

Ne manquez pas aussi
A lire également

Bernard Cadeau

Bernard Cadeau a débuté une carrière d’agent immobilier en 1979 en achetant une agence membre du réseau Orpi. Après avoir occupé différentes fonctions locales et nationales, il a dirigé Orpi France durant 18 ans dont 12 en qualité de président national.
Au cours de ces années, il s’est attaché à faire progresser la notoriété de la marque Orpi, sa performance commerciale, l’élargissement des métiers ainsi que son influence médiatique.
Homme de projets et de convictions, il s’est toujours attaché à raisonner globalement et dans l’intérêt de la profession. Il est ainsi Co fondateur du système de partage de mandats AMEPI, du portail Bien ici ;il a siégé au CNTGI .
Passionné par les sujets économiques, politiques et sociétaux, il intervient dans de nombreux débats ; il est le référent logement de l’Institut Sapiens.
Il est reconnu comme l’un des spécialistes du logement et de l’immobilier en France.
Il est également chroniqueur et conseil.
Il est enfin, à ce jour, Délégué général de Partage+, association dont l’ambition est de fédérer l’ensemble des systèmes de partage de mandats exclusifs ainsi que tous les professionnels qui ne partagent pas encore leurs mandats.

Ma Gestion Locative

Du même auteur

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

ORPI

Sur le même thème

SNPI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne