TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

« Le logement est transpartisan : il mériterait d’être érigé en cause nationale » Bernard Cadeau

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
244
Evaluer cet article

En matière de politique du logement, l’État est-il stratège ou pompier ? Poser la question revient à y répondre ! Depuis plus de 20 ans, les différentes politiques du logement inclinent à questionner la réalité d’une stratégie mise en œuvre au plus haut de l’État.

photo : Abstract Image of Business People Walking on the Street and cityscape background

Le rang protocolaire des ministres est révélateur. Il faut remonter à 2007 pour retrouver un titulaire de plein exercice, numéro trois du gouvernement ! C’était Jean-Louis Borloo. Depuis, nous avons assisté à la valse des ministres délégués ou des secrétaires d’État. Cela est significatif d’une ambition, ou de son absence.

Les politiques semblent ignorer que le logement concerne tous les citoyens et reste le premier poste de dépenses contraintes des ménages. Le logement est transpartisan par nature et mériterait d’être érigé en cause nationale.

Mais il est sans doute victime de son propre cycle économique ; il a besoin de temps long, dix à quinze ans, alors que nous retournons aux urnes tous les trois ans en moyenne. Ce devrait être le rôle de l’État de garantir une stabilité propice à fixer la meilleure stratégie possible. Ne dit-on pas que gouverner c’est prévoir et ne rien prévoir, c’est courir à sa perte ? Gouverner c’est décider. Seul l’État représentant de l’intérêt collectif peut et doit poser le cadre. Le logement est le premier marqueur social des Français mais il a été oublié dans les réflexions du Haut-commissariat au Plan depuis 2020.

L’État doit relever a minima cinq défis.

1) Permettre de produire des logements partout où c’est nécessaire, pour toutes les catégories et besoins, à un prix abordable. C’est un effort capital, touchant à la rénovation, la construction, la mise en œuvre de nouvelles technologies, de nouveaux matériaux, etc. Il doit favoriser l’investissement locatif des Français, sans oublier de séduire les investisseurs institutionnels. Il doit enfin resolvabiliser les ménages.

2) Gagner la bataille de la transition énergétique. Il est temps d’agir, tant en zone urbaine que rurale, pour une rénovation massive des bâtiments et une agilité autour des nouvelles techniques de construction.

3) Aménager les territoires. Il s’agit de construire là où existe le besoin aujourd’hui et demain. Les priorités devront être : loger, loger bien, loger vert.

4) Réindustrialiser notre pays. L’objectif se réduira à une vaine incantation si les entreprises ne peuvent pas loger leurs forces vives. Combien de projets ont avorté ou sont différés de ce fait ? La mobilité économique et éducative est indispensable, mais elle se nourrit de logements. C’est un vecteur de croissance qui rapporte deux fois et demie sa contribution au budget de l’État !

5) Simplifier à tous les étages ! On ne peut plus tolérer une administration chaotique et contradictoire du logement, ni une politique erratique et illisible. L’État pompier agit au coup par coup. Les injonctions contradictoires font florès. On annonce un calendrier rigide pour la rénovation énergétique, mais on révise à plusieurs reprises le dispositif ; ce même dispositif basé sur Ma Prime Rénov’ oublie le reste à charge du propriétaire. Mais rigueur budgétaire oblige, il faut raboter d’un milliard et demi le dispositif ! L’annonce de la construction de 30 000 nouveaux logements en trois ans ne rassure pas, alors qu’il en faudrait 200 000 par an. Le logement a depuis trop longtemps été traité comme une variable d’ajustement budgétaire.

Pour terminer, quelques chiffres mettent en exergue les écarts entre stratégie et incendie : la perte de TVA liée au logement en 2023, c’est 5 milliards d’euros. Ajoutons le manque à gagner en matière de DMTO et on arrive à près de 8 milliards. Voilà ce que coûte l’absence de stratégie !

Répondre au besoin élémentaire de logements, c’est renforcer le pacte social de notre pays. Ne pas y répondre, c’est le fragiliser.

Bernard Cadeau

Bernard Cadeau a débuté une carrière d’agent immobilier en 1979 en achetant une agence membre du réseau Orpi. Après avoir occupé différentes fonctions locales et nationales, il a dirigé Orpi France durant 18 ans dont 12 en qualité de président national.
Au cours de ces années, il s’est attaché à faire progresser la notoriété de la marque Orpi, sa performance commerciale, l’élargissement des métiers ainsi que son influence médiatique.
Homme de projets et de convictions, il s’est toujours attaché à raisonner globalement et dans l’intérêt de la profession. Il est ainsi Co fondateur du système de partage de mandats AMEPI, du portail Bien ici ;il a siégé au CNTGI .
Passionné par les sujets économiques, politiques et sociétaux, il intervient dans de nombreux débats ; il est le référent logement de l’Institut Sapiens.
Il est reconnu comme l’un des spécialistes du logement et de l’immobilier en France.
Il est également chroniqueur et conseil.
Il est enfin, à ce jour, Délégué général de Partage+, association dont l’ambition est de fédérer l’ensemble des systèmes de partage de mandats exclusifs ainsi que tous les professionnels qui ne partagent pas encore leurs mandats.
La veille des professionnels de l'immobilier !
En savoir plus

A lire également
Du même auteur
Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Sur le même thème
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne Abonnez-vous
Découvrez nos formules d'abonnement