Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

Loyers, le retour au calme se confirme

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
392
Evaluer cet article

Pour Michel Mouillart, professeur d’économie à l’Université de Paris X-Nanterre et auteur de l’étude Clameur sur l’évolution des loyers, «le retour au calme se confirme. Le temps des hausses rapides est désormais terminé».

La hausse des loyers ne devrait pas dépasser les 2% en 2008. En septembre, le loyer moyen s’établit à 12 euros du m2.

Paris affiche toujours le prix le plus élevé avec 21,6 euros du m2 avec 27,3 euros du m2 dans le Vème, 25 euros dans le VIIème, 21,8 % euros dans le XIVème et 18,2 euros dans le XXème.

Par ailleurs l’Ile-de-France reste la région la plus chère avec 17,4 euros du m2 en moyenne et en queue de peloton, la Franche Comté avec 6,7 euros du m2 en moyenne.

Il faut compter environ 12 euros du m2 pour la région Provence Alpes Cote d’Azur, Entre 10,5 et 11 euros du m2 pour le Nord Pas de Calais, Le Languedoc-Roussillon, la Basse Normandie, entre 10 et 10,5 euros par m2 en Alsace, Haute Normandie et Midi-Pyrénées, entre 9 et 9,5 euros par m2 en Pays de Loire, Bourgogne, Centre, Bretagne, mais aussi 8 euros du m2 dans le Limousin…

Outre ces disparités régionales, l’étude montre également une distorsion entre les villes qui affichent une augmentation inférieure ou supérieure à la moyenne et celles dont les loyers fléchissent.

Dans trois quarts des villes (76,40 %), les loyers sont orientés à la hausse qui peut dépasser les 5 % pour 17 % d’entre elles comme Biarritz, Caen, Bourges, se situent entre 2,5 et 5 % pour 25 % d’entre elles comme Paris, Reims, Toulouse ; 21,2 % des villes comme Montpellier, ou Chambéry connaissent une hausse de 1 à 2 %, mais quelques-unes telles Grenoble, Rennes, Mulhouse restent cantonnées dans une hausse inférieure à 1 %.

Enfin, plus du quart des villes étudiées dans l’enquête montrent une baisse qui s’échelonne entre -1 et – 5 %. Par ailleurs, l’étude met en exergue la variation des augmentations de loyers en fonction de la caractéristique des logements.

« Les loyers des petits logements progressent le moins rapidement, à peine 1 %, la demande pour les studios et une pièce ayant été fortement pénalisée par la non revalorisation des aides personnelles au logement » commente Michel Mouillart.

Les deux et trois pièces progressent de 2,7 % et les quatre pièces de 2,7 %. Les grands gagnants, les cinq pièces et plus, trop rares qui se sont fortement appréciés : + 3,5 % (contre 2,7 % les précédentes années).

Du même auteur

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Sur le même thème

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne