Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

Il faut que l’ère internet soit au service de la relation agence/client final

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
339
Evaluer cet article

Au moment où SeLoger.com prend un nouveau départ avec Axel Springer, son fondateur revient sur la révolution Internet.

photo : Amal Amar

Créateur de l’un des fleurons du Net français (3,5 millions de visiteurs uniques par mois), vous venez de céder votre  participation à Axel Springer. Pourquoi ?

Depuis deux mois, le groupe de média allemand détient en effet 100 % du capital de SeLoger.com. Cette cession correspond à notre volonté de nous adosser à un actionnaire industriel avec qui nous partageons une vision à long terme de la stratégie de développement du groupe et des moyens associés.

Grâce à la stabilité de actionnariat,  SeLoger.com va pouvoir à la fois poursuivre son développement en France, dans toutes les composantes de résidentiel, commerce, mais également dupliquer son modèle à international. il y aura immobilier sur Internet, équivalent à SeLoger, dans ici quelques années.

Pour cela, les opportunités de développement se situent dans les pays matures au  niveau du marché de y a pas encore de leader installé. Il y a encore beaucoup à faire,  notamment dans les pays émergents. De plus, cette cession est également faite dans la continuité du management actuel de la société sous le direction de son Président Roland Tripard.!

De la création de SeLoger en 1992 à aujourd’hui, quelles ont été les recettes du succès ? 

abord, un positionnement a jamais changé : simplifier la recherche immobilière en étant aux côtés des professionnels. Nous avons toujours privilégié la fraîcheur et la exhaustivité du nombre de biens et la rapidité de publication des informations.

Cette triple vision nous a permis de construire une relation forte avec les professionnels dans la durée. Or, le temps est une donnée primordiale en matière d’immobilier ! Nous avons aussi  toujours mis un point d’honneur à innover. En 1996, nous étions les premiers à nous lancer sur le Net, en 1997, les  premiers à créer l’alerte e-mail. Aujourd’hui, nous envoyons plus de 6 millions de push mails par mois sur les  smartphones des personnes en recherche, et le mobile représente 20 % de notre audience.

Quel a été l’impact d’Internet pour les professionnels de l’immobilier ?

Notre modèle économique a toujours été de faire sonner le téléphone de nos clients. C’est l’objectif premier de tout  média. Ce qui compte pour l’agence c’est le nombre mais aussi la qualité des contacts qu’elle reçoit, pas le canal d’où ils proviennent. Le vrai changement, avec le développement d’Internet, c’est la vitesse. Avant, il s’écoulait une semaine  entre le moment où l’agent signait un mandat, publiait l’annonce sur un support papier et avait les premiers retours. En moins d’une heure aujourd’hui l’annonce peut être sur la Toile et les clients potentiels alertés en temps réel grâce au push mail. Indéniablement, Internet a fluidifié le marché !

En quoi cette révolution change-telle le métier d’agent immobilier ?

Pour compenser cette accélération du temps et justifier ses honoraires, l’agent immobilier doit se distinguer par un plus grand professionnalisme. En plus d’être un spécialiste de son marché, du droit immobilier, de la négociation voire de la psychologie, il doit se familiariser avec les nouvelles technologies qui bouleversent encore la relation client. Plus que  jamais, son entreprise doit être une société de services tournée vers le client final.

Comment voyez-vous l’évolution de la profession?

Les débats et les initiatives actuelles sont nombreux, que ce soit sur le mandat exclusif, le montant des honoraires, les  agences low cost, les outils d’évaluation des biens, les agents commerciaux et enfin les agences en ligne. Ils tendent tous vers un objectif unique : prendre des parts de marché aux particuliers, seule garantie de pérenniser la profession.

Ariane Artinian

Après des études à Dauphine et à Sciences Po, elle opte pour le journalisme. Après avoir piloté les dossiers immobiliers de magazine grand-publics tels Capital ou Challenges, elle fonde BazikPress, agence de production de contenu éditorial spécialisée dans l'information pratique et dans l'immobilier. Elle dirige aujourd'hui la rédaction du Journal de l'Agence.

Du même auteur

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne