Le nouveau ministre de la cohésion des territoires, Jacques Mézard, a réalisé une de ses premières interventions publiques lors du congrès annuel de la FPI. Alexandra François-Cuxac, présidente de la FPI se dit confiante concernant les axes tracés par le ministre.

photo : Alexandra François-Cuxac

Le 47e congrès annuel de la Fédération des Promoteurs Immobiliers au Quai Branly à Paris, s’est clôturé le 6 juillet par un discours du nouveau ministre de la cohésion des territoires du gouvernement Philippe, Jacques Mézard. Une intervention qui a permis d’observer que le logement serait au coeur de l’action du ministère. « Le ministre a donné deux messages forts, auxquels nous souscrivons évidemment, et qui faisaient partie de notre livre programme L’immobilier au coeur«  commente Alexandra François-Cuxac, présidente de la FPI France.

Deux messages forts livrés par Jacques Mézard : construire conformément aux besoins démographiques et simplifier

Le premier message concerne la construction de logement. « Construire conformément aux besoins et telle que la démographie et problématiques liées au logement nous y conduisent ». Alexandra François-Cuxac, la présidente de la FPI France, a beaucoup appelé à « bâtir mieux », être plus polyvalent et s’adapter aux changements de la société et des modes de vie. Aujourd’hui elle déclare : « Nous avons produit quelques 400 000 mises en chantier ces douze derniers mois en France, c’est important de garder ce rythme qui semble être le bon pour répondre à la pression démographique ».

Le deuxième message est celui de la simplification, fer de lance qui était déjà celui du quinquennat de François Hollande. Ici, la présidente de la FPI émet plus de réserves, « nous attendrons les annonces sur la méthode. Force est de constater que depuis de longs mois la méthode qui est mise en place pour simplifier dans ce pays est insuffisante ».

Retrouvez ici l’intégralité du discours de Jacques Mézard.

Le gouvernement doit surfer sur une dynamique déjà présente

« Je suis confiante dans ce gouvernement, pour conduire le mandat que lui ont donné les français. C’est à dire le mandat d’aller vite, de soutenir la croissance » affirme Alexandra François Cuxac. Concernant la loi Pinel sur la défiscalisation immobilière, pour la FPI il ne devrait pas y avoir de bond en arrière, car le dispositif fonctionne. « J’imagine mal un gouvernement animé par de si bonnes intentions en arriver à casser la dynamique et la croissance en supprimant un dispositif qui fonctionne extrêmement bien ». Néanmoins, il ne faut pas s’arrêter là, or le dispositif Pinel coûte cher.

Ce qu’espère la présidente de la FPI, c’est que la disette budgétaire qui frappe le gouvernement  ne soit pas un frein : « Ce serait bien légitime qu’un gouvernement qui prend ses fonctions se repose la question des outils et de leur efficacité, je crois que c’est en cela que les équipes travaillent, je ne suis pas inquiète ».

Ces contraintes ne doivent cependant pas empêcher l’action pour Alexandra François-Cuxac, qui estime que la rapidité est essentielle. « Le temps politique doit se rapprocher du temps économique, ça doit être un temps plus court que ce qu’on a l’habitude d’avoir, il faudra donc très rapidement que ce gouvernement nous fasse des propositions précises, fasse des annonces et fasse connaître ses arbitrages ». La confiance est là, en attendant les preuves…

Retrouvez ci dessous l’interview d’Alexandra François-Cuxac, présidente de la FPI par Ariane Artinian au musée du quai Branly à la clôture du 47ème congrès annuel de la Fédération des promoteurs immobiliers.

©byBazikPress/Andréane Meslard©Christophe Lebedinsky

Cet article vous a été :
Newsletterinscrivez-vous dès maintenant

Je m'abonne

VOIR LES NEWSLETTERS

ariane artinianAlexandra François-CuxacJacques Mézard
FPI
Réagissez
Réagir
0
réaction
Dans la même rubrique
Soyez le premier à réagir sur cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *