Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

De La Cour Au Jardin migre sur le web !

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
312
Evaluer cet article

De La Cour Au Jardin fait peau neuve sur le web avec le lancement d’un nouveau site fidèle à sa philosophie, ses valeurs et son savoir-faire.

photo : pho

De La Cour Au Jardin était une agence immobilière parisienne spécialisée dans la vente de biens de charme (avec deux points de vente : une aux Abbesses, dans le 18e, et une dans le 17e) : maisons, lofts, lieux insolites, ateliers d’artistes avec cour, terrasse ou jardin…, c’est aujourd’hui une plateforme en ligne et un réseau d’agents immobiliers indépendants (qu’Isabelle Larochette, l’une des cofondatrices, appelle affectueusement ses ambassadeurs), répartis sur toute la France et qui partagent cette même philosophie : proposer des prestations axées sur l’humain et l’art de vivre.

Architecture, design, histoire de l’art…

« Plus qu’une agence immobilière, la nouvelle version de De La Cour Au Jardin est une communauté d’art de vivre autour de l’immobilier, explique Isabelle Larochette. Il y a 4 ans, je me suis rendu compte que la recherche immobilière était en train de changer. Aujourd’hui, on sait que le 1er réflexe des acheteurs est de se connecter sur Internet afin de se faire une idée sur les tendances du marché. Ils ne viennent plus à l’agence. J’ai donc eu envie de tourner la page de De La Cour Au Jardin avec une vitrine et de me lancer dans un nouveau projet. Evidemment, je suis très à cheval sur tout ce qui est juridique, sur la réglementation, la déontologie mais, sur la plateforme, il n’y a pas que les biens à vendre, on parle aussi d’architecture, d’histoire de l’art, des tendances déco, de nos collaborateurs, de Feng shui, des ateliers de cuisine ou de jardinage que j’organise pour nos clients… L’idée, c’est d’échanger, de créer du lien.»

3 femmes mues par la même ambition

Après 18 ans dans l’immobilier et forte d’une solide expérience, Isabelle Larochette a donc fait la synthèse de tout ce qui avait fonctionné, de ce qui faisait l’ADN de De La Cour Au Jardin. Ainsi, est né le nouveau concept. Pour se réinventer, Isabelle Larochette s’est associée à 2 femmes : Isabelle Weill (ancienne associée et co-fondatrice du Groupe CCM Benchmark) et Michèle Lourdelle (ex-directrice de la communication du groupe M6 et fondatrice de l’agence 1R2com) qui partagent la même envie de transmettre et de partager.

Une approche tournée vers l’humain

Déjà, à l’époque, Isabelle Larochette avait une approche décalée. Dans ses agences, il y avait des tables rondes autour desquelles elle recevait les clients, une cheminée, des tapis, des tableaux… « Le fait de s’installer autour d’une table et d’une tasse de café changeait tout, reprend-elle. Au bout de dix minutes, le client était détendu. Cela fait des années que je travaille sur l’écoute, l’approche humaine. J’ai toujours pris le temps de rencontrer mes clients, d’apprendre à les connaître. Chez De La Cour Au Jardin, on a gardé cette approche spécifique. On a donc vraiment une oreille, une écoute. On prend le temps, on s’investit, on accompagne nos clients… D’ailleurs, je ne veux pas que mes collaborateurs traitent plus de 4 à 5 affaires à la fois.»

Une présentation élégante et raffinée des biens

Sur la plateforme De La Cour Au Jardin, résolument, on ne parle pas de m² mais de lieu, de ressenti, d’endroits où ils se passent quelque chose. Evidemment, Isabelle Larochette n’interdit pas à ses collaborateurs de rentrer des mandats pour des biens lambda (ils doivent bien gagner leur vie) mais ceux-là elle ne les met pas en avant sur le site. Elle veille toutefois à recruter des collaborateurs qui partagent la même approche du métier qu’elle : l’éthique et la rigueur, la qualité, l’esprit de service, la capacité d’écoute, le dynamisme, la sensibilité artistique… et la volonté de performance. « Je suis très sélective : je veux des personnes cultivées, bien dans leur basket, qui ont envie d’apprendre, qui sont curieux…, poursuit Isabelle Larochette. Ils sont tous en portage salarial et j’en suis fière. Ils ont ainsi un vrai statut de salarié, ils sont protégés, cotisent à la caisse des cadres, ce qui est important pour leur retraite. On ne sera jamais une armée mexicaine mais je veux un réseau qualitatif et que mes collaborateurs gagnent bien leur vie. Et je suis contente : je n’ai que des personnalités qui collent à mon concept décalé.»

Une formation des ambassadeurs très éclectique

A côté de la formation juridique et réglementaire incontournable dont bénéficie chaque ambassadeur lorsqu’il rejoint le réseau, le stage d’intégration accueille des intervenants sur des domaines bien spécifiques :

  • Architecture intérieure et extérieure : de 1800 à nos jours.
  • Histoire de l’art, Design et Mobilier à partir des années 1930 au Vintage.
  • Art de vivre éco-responsable et Feng shui.
  • Prises de vue et ressenti des lieux.
  • Équipements de confort (domotique, économie d’énergie…).
  • Habitat adapté au handicap.

Olivia Delage/ByBazikPress

 

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Du même auteur

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne