Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

Bilan 2017 Century 21 : Record sur les ventes mais pas sur les prix, décrue en vue

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
1 340
Evaluer cet article

Le dynamisme du marché comme la hausse des prix se sont essentiellement concentrés sur le premier semestre. L’analyse du réseau d’agences immobilières Century 21 France.

photo : Laurent Vimont

Record en termes de transactions réalisées, record en termes de montant moyen investi par les Français pour acquérir un logement, record en termes de superficie achetée, 2017 aura été une belle année pour l’immobilier. Même si, après le dynamisme observé au premier semestre, le second semestre a vu une décélération de la hausse des prix.

Les acheteurs toujours plus nombreux

Pour la troisième année consécutive, le réseau Century 21 a enregistré une progression du nombre de ses ventes (+6,5 % en 2017). Laurent Vimont, président de Century 21 France, souligne que « tous acteurs confondus, sur le plan national le seuil historique des 850 000 ventes enregistrées en 2011 en France est littéralement explosé et les estimations tablent sur 950 000 transactions en 2017 ».

En 2017, le prix moyen au mètre carré a augmenté de +1,2 % pour s’établir à 2 552 euros, encore loin du plus haut atteint en 2011 avec 2 665 euros. Les acheteurs ont profité des conditions très favorables du crédit et allongent la durée de leur emprunt pour acheter le plus grand possible : la surface moyenne d’un bien acheté est de 86,2 m², en augmentation par rapport à l’année dernière. Ces acquisitions concernent principalement la résidence principale, alors que la part des transactions destinées à l’investissement locatif recule de 4,9 %.

Sur l’année, le marché reste dynamique, les délais de vente – 91 jours en moyenne – sont en diminution, mai encore très loin de la frénésie observée en 2004, où les délais de vente moyens avaient atteint le seuil plancher de 64 jours, relève Laurent Vimont.

Paris en surchauffe

En 2017, la capitale a définitivement franchi le cap des 9 000 euros le m2, avec 9 084 euros, soit une augmentation de + 7,5 % en un an et 43,5 % en dix ans. Ce qui porte le montant moyen d’une transaction à 452 545 euros, soit 200 000 euros de plus qu’il y a onze ans ! Cette hausse des prix essentiellement concentrée sur le 1er semestre, a eu pour effet immédiat un ralentissement de l’activité à -8,7 % par rapport à 2016. Qui à son tour a provoqué une légère décélération de la hausse des prix au second semestre.

L’encadrement des loyers ainsi que l’éventuel élargissement du dispositif à la banlieue parisienne continuent de dissuader les propriétaires bailleurs. La part consacrée aux investissements locatifs en 2017 chute de -16,7 % pour ne plus représenter que 21,4% des transactions parisiennes (30,1 % en 2011).

Même évolution pour le marché francilien

En Ile-de-France, le président de Century 21 France observe que le marché possède les mêmes caractéristiques que sur le plan national : hausse du prix moyen au m² (+1,4 % en 2017), hausse notable du montant moyen d’une transaction (253 516 euros tous types de biens confondus ) pour une superficie également record (80,2 m² en moyenne), hausse du volume des ventes (+4,7 %), diminution des délais de vente de 8 jours en moyenne pour s’établir à 79 jours en moyenne.

Dans le détail, les prix progressent dans tous les départements sauf dans les Yvelines (-0,4 %, 3 179 euros le m² ). La progression la plus importante touche les Hauts-de-Seine (+8,7 %), où les prix sont les plus élevés d’Ile-de-France (5 802 euros le m²), avec pour corollaire une chute de l’activité de -7 % sur un an.

Huit régions en progression

En Province, les disparités sont toujours aussi fortes selon les régions. Si huit régions voient leur prix augmenter, ces hausse n’ont pas toutes la même envergure : plus de 3 % pour le Centre-Val-de-Loire, le Grand-Est, la Nouvelle-Aquitaine et moins de 3 % pour l’Auvergne-Rhône-Alpes, la Bourgogne-Franche-Comté, la Normandie, les Pays-de-la-Loire. L’Occitanie est stable. A l’inverse, trois régions voient leur prix moyen au m² baisser en 2017 : la Bretagne, Paca, les Hauts-de-France. Les différences sont moins prégnantes quand il s’agit des volumes de ventes. Seuls les Pays-de-la-Loire voient leur activité reculer de -1,6 % sur l’année. Pour Laurent Vimont « une donnée importante pourrait expliquer à elle seule la bonne tenue du marché en régions : à l’exclusion de l’Ile-de-France et de Paca, dans toutes les régions, le montant moyen d’une transaction est inférieur au montant qu’un ménage peut emprunter sur 20 ans avec 2 00 euros de mensualités. En d’autres termes, les Français peuvent acheter sans nécessairement avoir d’apport personnel. ».

Et 2018 ?

Pour Laurent Vimont, l’année 2018 devrait être bonne sans toutefois connaître les records de 2017. « En deux ans, la plupart des personnes qui pouvaient acheter grâce aux taux bas ont sauté le pas. Les conditions de crédit, déjà extrêmement favorables, pourront difficilement l’être davantage, il faut donc s’attendre à ce que la progression de l’activité continue sa décrue dans les prochains mois, sans pour autant générer une atonie du marché. Ce dernier pourrait en revanche se bloquer si les prix ou les taux augmentaient vite, mais les indicateurs ne semblent pas pointer dans cette direction », conclut le président de Century 21.

Du même auteur

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne