Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

Moins de mandats mais plus de résultats avec Effectimmo !

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
305
Evaluer cet article

Moins de mandats et plus de résultats : c’est le crédo du réseau de mandataires lancé il y a 5 ans par Christophe Vander Meeren ! Un concept qui cartonne puisque le réseau affiche un taux de transformation de 2 mandats sur 3 et 80 % d’exclusivités !

photo : DSC_2052

Après une longue expérience dans l’immobilier, Christophe Vander Meeren a souhaité, comme beaucoup d’autres, lancer son propre réseau. C’est chose faite en 2014 avec Effectimmo, un réseau de mandataires ! Son crédo ? Moins de mandats, plus de résultats. Cela peut paraître une drôle d’idée d’obliger ses négociateurs à limiter leur nombre de mandats, donc potentiellement, leur nombre de ventes, et pourtant, ça ne l’est pas tant que ça ! 5 ans après, Effectimmo remplit tous ses objectifs. Et Christophe Vander Meeren est un homme heureux : ses collaborateurs s’épanouissent et ses client sont satisfaits  !

Une alternative à ce qui existe déjà

«Quand on construit pendant longtemps des produits pour l’immobilier, que l’on manage une équipe de commerciaux sur le terrain, on s’aperçoit du décalage qu’il peut éventuellement y avoir entre ce que l’on est capable de proposer et ce qu’attendent les clients, explique-t-il. J’ai créé Effectimmo pour apporter un service plus personnalisé au client. Limiter le nombre de mandats sert à tout le monde de façon cohérente, à la fois aux agents immobiliers et aux clients : le taux de transformation est de 2 sur 3 et le nombre d’exclusivités de 80 %.»

En limitant le nombre de mandats de ses conseillers, Effectimmo garantit ainsi à ses clients plus de disponibilité. Souvent les vendeurs reprochent aux négociateurs immobiliers en transaction le « forcing » qu’ils font pour décrocher des mandats et ce, d’autant plus qu’après, ils ont le sentiment qu’ils sont beaucoup moins présents. Cette méthode agressive, cette boulimie de mandats, Christophe Vander Meeren, n’en voulait pas. Chez lui, un négociateur ne peut pas travailler plus de 10 mandats en même temps. C’est écrit, c’est contractuel. En venant chez Effectimmo, les conseillers immobiliers s’engagent à jouer le jeu. A eux de mettre tout en œuvre pour vendre leurs mandats s’ils veulent en rentrer d’autres. Et les clients apprécient car c’est mis noir sur blanc : ils savent que l’agent assis en face d’eux ne va pas s’éparpiller et qu’il va se consacrer entièrement à leur logement !

« Mes négociateurs savent très bien où ils mettent les pieds en venant chez moi, reprend Christophe Vander Meeren. Ils ont compris l’intérêt de ce concept qui rassure les clients et leur facilite la prise de mandats en exclusivité. D’ailleurs, ils viennent pour ça : ils savent qu’ils travailleront en plus dans un contexte serein, avec moins de pression.»

Evidemment, pour appliquer cette philosophie du métier très différente de ce qui se pratique habituellement, les négociateurs ne sont pas seuls. Christophe Vander Meeren a mis au point une méthodologie très précise. Ils les accompagnent. Ils les aident à rectifier le tir si la commercialisation du bien est mal engagée…

Un cercle vertueux …

Et pour réussir ce pari fou, pas question d’être trop complaisant avec les vendeurs et de les laisser fixer n’importe quel prix ! « C’est un cercle vertueux, reprend-il. Comme on prend peu de mandats de vente, on prend ceux auxquels on croît et cela nous oblige à être suffisamment persévérants. Cela nous empêche également de promettre des choses aux clients que l’on ne pourra pas tenir ! Mais c’est aussi intéressant car cela rééquilibre les choses. Parfois, les clients sont un peu directifs. Avec cette méthode, ils n’ont pas de raison de ne pas nous faire confiance.»

Bien sûr,  tous les agents immobiliers n’adhèrent pas à ce concept et continuent de s’accrocher aux statistiques qui disent que l’on vend 1 ou 1,5 mandats sur 10 … «J’ai traité le problème différemment : je me suis demandé comment améliorer mon taux de transformation. Aujourd’hui, il est de 2 sur 3 et j’en suis très fier ! », conclut Christophe Vander Meeren.

 

 

 

Du même auteur

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne