Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

« Non, nous ne voulons pas devenir agent immobilier », Bertrand Gstalder, SeLoger

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
5 129
Evaluer cet article

Dans un entretien exclusif au JDA, le président de SeLoger répond aux critiques qui lui sont faites sur sa stratégie de développement.

photo : Bertrand Gstalder

JDA : Certains acteurs vous reprochent de vouloir concurrencer les agents immobiliers. Ont-ils raison ?

Bertrand Gstalder : Ces critiques sont totalement infondées. Nous sommes le partenaire indéfectible des agents immobiliers depuis plus de vingt-cinq ans, notre ligne de conduite a toujours été de leur apporter plus de valeur et de services. Pourquoi concurrencer nos clients alors que 97 % de nos revenus viennent des services que nous offrons à la profession ? L’ADN de SeLoger, de Logic-Immo et de MeilleursAgents est d’aider les professionnels à être plus convaincants, plus performants et de participer au développement de leurs parts de marché. NON, nous n’avons pas de volonté de devenir agents immobiliers en France, n’en déplaise à ceux qui brandissent cette menace tacticienne !

JDA : Vos adversaires dénoncent l’ouverture de vos annonces aux particuliers…

B. G. : La profession a pourtant largement basculé sur LeBonCoin et autres plateformes mixtes,décloisonnant de facto les marchés immobiliers du particulier et du professionnel. Et la tentation de Facebook, de Google non sans risque pour les agents ne fait qu’amplifier cela. Dans ce contexte nous sommes sans doute la digue la plus crédible, indé pendante et la plus effi cace pour consolider les agents immobiliers face au particulier.

JDA : Pourquoi avoir ouvert vos annonces aux particuliers pour la location ?

B. G. : C’est la conséquence directe du décloisonnement provoqué par la profession. Nous proposons le dépôt d’annonces de particuliers sur la location depuis 3 ans. Le locataire cherche aujourd’hui à capter l’offre la plus large. Pour continuer à progresser dans la performance apportée à nos clients, ce dont nous sommes fi ers, il nous fallait, nous aussi proposer cette offre qui d’ailleurs existe sur d’autres sites tel Figaro Immo. Mais là encore notre philosophie, à l’inverse des plateformes de particuliers, est de promouvoir l’offre de service du pro auprès du bailleur particulier.

JDA : Vous envisagez d’ouvrir les annonces de ventes aux particuliers ?

B. G. : Non, pas en l’état actuel du marché. Aujourd’hui, la majeure partie de l’offre disponible vient des agents, et il y souvent des doublons entre pro et particuliers sur les mandats simples. Si les conditions de marché devaient évoluer significativement, nous pourrions être contraints de réévaluer cette position. Je ne le souhaite pas mais les agents immobiliers ont aussi leur rôle à jouer par exemple auprès de plateformes telles Facebook ou LeBonCoin. Les plébisciter sur la vente, c’est acter que le particulier n’est plus un sujet et dévaloriser leur service.

JDA : Quelle est la mission du Groupe SeLoger aujourd’hui sur le marché immobilier ?

B. G. : Nous cherchons à simplifier la vie des français et des professionnels de l’immobilier dans la réalisation de tous les projets immobiliers : ancien, neuf, construction de maison, luxe, bureaux & commerce, vacances… Pour cela nous bousculons parfois les codes, nous apportons de la transparence et de la confiance entre pro et particuliers, nous inventons de nouveaux services. L’exemple du vendeur en est une il lustration parfaite. Depuis 2 ans nous proposons aux
propriétaires des services leur permettant de mieux appréhender leur projet de vente, et de les mettre efficacement en relation avec les agents immobiliers. Avec MeilleursAgents nous allons amplifier cette démarche. Aujourd’hui le vendeur est devenu résolument digital. Et ceux qui nous décriaient il y a peu, cherche aujourd’hui à nous imiter. SeLoger est d’ailleurs la marque qui se détache de loin en terme de notoriété auprès des vendeurs. Nos investissements croissants notamment en publicité, nous permettent de positionner nos marques comme référentes et appréciées des français.

JDA : Dans ce contexte, la data devient essentielle…

B. G. : Il y a quatre ans j’en avais fait un pilier stratégique du Groupe SeLoger et, aujourd’hui, nous avons acquis une expertise très puissante en ce domaine, au service des utilisateurs de nos portails et des agents immobiliers. Mais la data ne se suffit pas, il faut aussi la magnifier à travers la science que l’on utilise. C’est beaucoup d’investissements et de savoir. Le rapprochement avec MeilleursAgents, acteur référent des services autour de la data et de la science immobilière, est un pas important et passionnant pour le groupe que nous représentons pour progresser et apporter plus de services, de transparence et de confiance sur le marché.

JDA : Que répondez-vous à ceux qui vous reprochent aussi d’exploiter LEURS data ?

B. G. : Ceux qui le clament haut et fort oublient de dire qu’ils essayent de nous copier sur leur portail. Revenons toutefois sur cette notion de « propriété de la donnée ». S’il est un propriétaire de la donnée, c’est le propriétaire du bien lui-même ! C’est par le biais du propriétaire que
l’agent immobilier dispose de l’information qui lui sert à valoriser son propre savoir-faire local et à apporter in fine son service. En tant que portail, nous disposons de données d’an nonces mutualisées mais aussi d’usage de nos portails par nos utilisateurs, dont nous faisons profiter les agents immobiliers au travers de notre science et de nos nombreux services. Les agents qui embrassent cette philosophie moderne sont ceux qui en profitent et ils sont nombreux.

JDA : Quelles sont les ambitions du Groupe SeLoger ?

B. G. : Nos 800 collabora teurs œuvrent à la simplification de chaque projet immobilier, à travers par exemple notre application spécialisée n°1 du marché. Nous poursuivons le déploiement de nos nouveaux services DUO sur l’ancien et de nos offres de captation de mandats en forte croissance depuis deux ans. Et parmi nos grands projets pour 2020,il y a l’accélération sur les bureaux et commerces, avec AgoraBiz-SeLoger Bureaux&Commerces, première plateforme nationale ainsi que notre nouvelle gamme NEO à destination des promoteurs.

Ariane Artinian

Après des études à Dauphine et à Sciences Po, elle opte pour le journalisme. Après avoir piloté les dossiers immobiliers de magazine grand-publics tels Capital ou Challenges, elle fonde BazikPress, agence de production de contenu éditorial spécialisée dans l'information pratique et dans l'immobilier. Elle dirige aujourd'hui la rédaction du Journal de l'Agence.

Du même auteur

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne