TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

« La huitième édition du forum annuel l’association Trampoleen : Proptech made in France a été une véritable réussite », Stéphane Scarella

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
315
Evaluer cet article

L’association Trampoleen : Proptech made in France, anciennement baptisée FF2I, a organisé les 7 et 8 juillet derniers, au sein des locaux de La Boite Immo son désormais traditionnel forum annuel. L’occasion de réunir les adhérents et de faire le point sur les dernières tendances. Stéphane Scarella, son président, nous dresse le bilan de l’évènement.


JDA : Comment se sont déroulées les deux journées du forum annuel ?

Stéphane Scarella : L’évènement a réuni 76 participants qui se sont retrouvés pendant deux jours, à Hyères, dans les locaux de La Boite Immo, qui nous a fait la gentillesse de nous accueillir pour la deuxième année consécutive. Ces derniers ont pu assister à des tables rondes, à des pitchs de startup, à des débats sur un certain nombre de sujets et partager évidemment des moments de convivialité. Il existe aujourd’hui peu de momentum comme celui-là où la Proptech et l’innovation peuvent se retrouver dans le cadre d’une association sans qu’il n’y ait de tabous, ni de barrières.

JDA : Quels ont été les temps forts de l’évènement et quel bilan pouvez-vous en tirer ?

SS : Ce forum est l’occasion, chaque année, de réunir nos adhérents et de nous poser pour faire un bilan de la saison passée, des grandes tendances et des nouveaux modèles que l’on a vus apparaitre au cours des mois précédents. L’un des points forts de cette huitième édition a été la qualité du casting que nous avons réussi à réunir sur le forum et qui a pris plaisir à y participer : des patrons de l’écosystème Proptech, que ce soit les CEO de portails comme Bien’ici, Figaro Immo, SeLoger, leboncoin, mais aussi de fonds d’investissements et d’éditeurs de logiciels tels que DL Software, ICS, La Boite Immo ou encore Septeo.
Le deuxième élément fort a été la qualité des contenus et des belles thématiques proposées dans le cadre des conférences menées de main de maître par les administrateurs. Enfin, le troisième temps fort a été l’alchimie qui s’est créée entre les acteurs majeurs de la Proptech et les startups qui sont venues pitcher. Ce nouvel opus a été une véritable réussite.

JDA : Quels seront les prochains rendez-vous de Trampoleen ?

SS : Nous allons poursuivre nos afterworks de l’innovation qui se déroulent tous les deux mois et qui sont l’occasion de faire pitcher 4 startups et de créer des conditions de networking pour faciliter les mises en relation avec les industriels et les investisseurs. La prochaine édition devrait avoir lieu à la rentrée. Fin septembre, nous allons également organiser une Learning Expedition au Maroc autour d’un événement baptisé Immotech qui est organisé par Mubawab, un portail immobilier marocain. Nous souhaitons également reprendre nos voyages d’études qui avaient été stoppés en raison de la crise sanitaire. Le dernier avait été organisé au Japon en 2019. La destination est encore à définir mais le prochain voyage devrait probablement avoir lieu en mars 2023 et a pour but d’aller à la rencontre de la Proptech de l’étranger.

Focus

Le point de vue d’Olivier Bugette, administrateur de l’association Trampoleen : Proptech made in France et président de La Boite Immo qui a accueilli l’évènement au sein de ses locaux.

« Le forum annuel est un évènement que nous attendons toute l’année car c’est un peu le point d’orgue de notre organisation. En ma qualité d’administrateur, c’est une grande fierté et un honneur d’accueillir ainsi au sein des locaux de La Boite Immo tous les acteurs que composent la Proptech. Comme l’an passé, le bilan de cette nouvelle édition est très positif. Il y a eu beaucoup d’échanges, de belles rencontres et de cartes de visite distribuées. Les participants ont assisté à des conférences de belle qualité avec des intervenants très pointus dans leur domaine d’expertise et qui ont pu s’exprimer et aborder des sujets qui nous touchent directement dans notre quotidien. Tous les protagonistes ont été également ravis de partager des moments de convivialité. »

 

Zoom sur…

Retour sur ce qui a été dit dans le cadre des cinq tables rondes organisées pour l’occasion :

  • « Le métaverse et l’immobilier : vraie tendance ou phénomène ? »

« Le métaverse est depuis quelques mois le nouveau grand fantasme de l’immobilier. La conférence a permis de déconstruire son évangélisation, de poser les enjeux et de bien comprendre ce qu’est réellement le métaverse. Force est de constater en effet qu’à l’instar de la blockchain il y a quelques temps, tout le monde en parle sans réellement savoir ce que c’est. Cette table ronde a ainsi permis de s’interroger sur les possibles trajectoires immobilières dans ce domaine et quel peut être le rôle des agents immobiliers. Aujourd’hui si des initiatives fortes ont d’ores et déjà été réalisées, personne ne peut encore s’imaginer jusqu’où pourra aller le métaverse », résume Stéphane Scarella, président de Trampoleen : Proptech made in France.

  • « Etat du marché du financement des startups de la Proptech avec NCI et Anaxago »

« Si la Proptech profite aujourd’hui encore à plein du financement des fonds d’investissement, nous commençons tout de même à assister à l’arrivée de quelques signaux faibles qui évoquent si ce n’est un ralentissement, tout au moins un coup de frein. Certes la Proptech, par rapport à d’autres secteurs comme la Fintech, devrait encore avoir de belles années devant elles, mais elle devra également s’adapter à une nouvelle ère. Le temps où la présentation de trois slides permettait de lever plusieurs millions d’euros est en effet révolu. Les fonds d’investissement sont aujourd’hui plus frileux, font attention et regardent de près les projets, le management et la pérennité des business models. C’est plus compliqué, mais cela est peut-être aussi plus sain ainsi », analyse Stéphane Scarella.

  • « Regards croisés des géants des logiciels immobiliers avec DL Software, Septeo, La Boite Immo et Salvia »

« Non seulement, cette table ronde a mis en évidence le fait que l’on pouvait être concurrents, tout en ayant une relation courtoise et saine, mais également le fait que les modèles ont beaucoup évolué et que les acteurs du marché des logiciels prennent des options et des directions qui ne sont pas toujours identiques. Les sociétés indépendantes deviennent aujourd’hui très clairement une exception face à toutes celles qui sont désormais détenues par des fonds de financement. Ces derniers ont été en effet très actifs ces dernières années en avançant leurs pions et en prenant beaucoup de positions », souligne Olivier Bugette, président de La Boite Immo.

  • « L’international, nouveau terrain de jeu des startups »

« L’objectif de cette table ronde a été de s’interroger sur les raisons pour lesquelles les startups souhaitaient partir à l’international et pour quelles réalités au final. Des startups comme PriceHubble, Papernest ou encore Masteos sont ainsi venues témoigner pour l’occasion. Force est de constater que les fonds d’investissement poussent souvent les startups à partir à l’international au bout de quelques mois, mais est-ce toujours à bon escient ? L’objectif est-il d’augmenter la valorisation de la jeune pousse ? La conférence nous a permis de constater que partir à l’international n’est pas forcément la sinécure et ne doit en aucun cas être considérée comme le Graal. Les startups doivent au préalable étudier parfaitement le pays, s’y rendre avec des acteurs locaux et surtout vérifier que le concept est bien duplicable ailleurs. Une rencontre doit avoir lieu entre une promesse de valeur et les attentes du marché local. Devant une telle complexité, la jeune pousse doit y aller pour de vraies bonnes raisons et pas seulement parce que les fonds d’actionnaires la poussent », constate Stéphane Scarella.

  • « Les innovations prioritaires dans le neuf »

« Le marché du neuf vit aujourd’hui un moment un peu plus compliqué, en raison d’un contexte de marché qui est difficile, notamment avec les difficultés de financements, la rareté des terrains, les nombreuses règles de législation auxquelles il est soumis, la longueur des cycles de vente ou encore la nécessité de construire à des coûts moindres. Malgré toutes ces difficultés, c’est un secteur qui se doit d’innover massivement car l’innovation sera déterminante dans les années à venir. Ainsi construire un immeuble dans 3, 5 ou 10 ans sera totalement différent et intégrera encore de nouvelles normes », conclut le président de Trampoleen : Proptech made in France.

 

 

 

 

 

Ne manquez pas aussi
A lire également
Ma Gestion Locative

Du même auteur

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne