Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

Statut IOB, le malaise des professionnels

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
915
Evaluer cet article
photo :

Le renouvellement de l’immatriculation à l’ORIAS des intermédiaires en opérations de banque interviendra début 2014. A la veille de la Convention Patrimonia, La CNCIOB vient d’adresser un questionnaire à ses membres pour faire le point. Résultats éloquents sur le malaise des professionnels. Des emplois pourraient disparaître. Explications.

Dans 3 mois, tous les intermédiaires en opérations de banque et services de paiement devront renouveler leur immatriculation auprès de l’ORIAS.

La CNCIOB a adressé un questionnaire à ses membres pour faire le point. « Les résultats sont éloquents, ils ne sont pas étonnants et traduisent le malaise des professionnels vis-à-vis de la réglementation » explique Florence Brau-Billod, Président de la CNCIOB.

Plus de 400 membres ont répondu à cette enquête qui prenait en compte l’environnement global des intermédiaires en opérations de banque (cabinets, clients, fournisseurs, pouvoirs publics). La grande majorité d’entre eux n’a vu aucune amélioration apportée dans leur relation avec leurs partenaires suite à la nouvelle réglementation (55%)

De plus, 1 IOB sur 2 éprouve des difficultés à faire valoir son diplôme ou son expérience professionnelle lui permettant de s’inscrire à l’ORIAS. En cause notamment, une liste trop restrictive établie par l’arrêté du 26 juin 2012 et des partenaires refusant de signer les attestations de compétences.

Les clients ne sont pas en reste. 75 % des sondés assurent que leurs clients ne comprennent pas la multiplication des documents réglementaires à signer lorsqu’ils confient une mission à leur intermédiaire en opérations de banque.

L’immense majorité des professionnels contestent ce « millefeuille ». 80% des sondés pensent que les pouvoirs publics ne comprennent pas leur activité.
« Mais ce qui est le plus préoccupant est sans doute les répercussions qui vont intervenir sur l’emploi » déplore Florence Brau-Billod.

En effet, l’accroissement de la réglementation pourrait entrainer une baisse d’activité des cabinets avec pour conséquence des licenciements. Voire dans le pire de cas, une cessation d’activité selon 60 % des interrogés).

Dans le même esprit et pour les mêmes motifs, la CNCIOB vient d’écrire au Trésor afin de demander une audience dans les plus brefs délais. ©LeFilDeLimmo/BazikPress

La Chambre Nationale des  Conseils Intermédiaires en Opérations de Banque, présidée par Florence Brau Billod  regroupe tous les professionnels qui effectuent, à titre habituel, contre une rémunération ou toute autre forme d’avantage économique, l’intermédiation en opérations de banque et en services de paiement, sans se porter ducroire. C’est-à-dire sans se porter garant. Ils interviennent dans le conseil pour la mise en place de crédits pour les particuliers et pour la recherche de financements pour les entreprises. Elle est abritée par la CNCEF, syndicat professionnel des conseils experts financiers.

Du même auteur

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne