Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

Immobilier neuf : le marché repart tout doucement selon la Fédération des Promoteurs Immobiliers de France

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
559
Evaluer cet article

Pour le 3ème trimestre consécutif, l’Observatoire de la Fédération des Promoteurs Immobiliers de France (FPI) enregistre une amélioration de son indicateur des ventes.

photo : Alexandra François-Cuxac, Présidente de la FPI

Depuis la fin d’année 2014, les conditions exceptionnellement favorables du marché ont renforcé l’attrait des ménages investisseurs pour la pierre. Mais cette embellie ne s’observe pas pour les accédants à la propriété. Et surtout, le regain de la demande pour les logements neufs laisse entrevoir des tensions sur l’offre si   le nombre de nouveaux projets n’est pas suffisant.

Des ventes de logements neufs en hausse de 23,1% au premier trimestre 2015

L’Observatoire de la FPI enregistre une nouvelle hausse des ventes qui atteint +23,1 % au 2ème trimestre 2015 avec un total de 30 764 logements réservés.

«Le redémarrage de l’activité est encourageant mais incertain. Les mesures mises en place par le Gouvernement depuis le 29 août 2014 ont contribué au redémarrage. Il importe maintenant que le Gouvernement, par une relance de l’accession, une action résolue sur les délais et la suppression des obstacles à la construction, consolide cette reprise», Alexandra François‐Cuxac, Présidente de la FPI.

Comme au 1er trimestre, cette embellie de l’activité commerciale est portée par les ventes aux investisseurs alors que les ventes en accession peinent à décoller malgré les conditions exceptionnellement favorables du marché, que les ventes en résidences services  diminuent encore (‐3,3%) et que les ventes en bloc reculent de  ‐23,1% par rapport à la même période de 2014. Du coté de l’offre, le rythme des mises en ventes progresse moins vite que les ventes (+14,6%) et n’empêche pas le recul du niveau de l’offre disponible (‐1,4%).

Dans ces conditions, le 1er semestre 2015 se conclut sur une hausse des ventes de +19,3%, tirée par l’adhésion des investisseurs pour le dispositif Pinel mais entravée par la langueur des accédants. Bien que les résultats commerciaux soient encourageants, l’offre nouvelle de logements ne progresse cependant que de +15,0% par rapport au 1er semestre 2014.

5 points clés pour comprendre la situation du marché du neuf

Les investisseurs adhérent au dispositif  Pinel

Avec 24 749 ventes au 1er semestre 2015, la commercialisation aux investisseurs connaît une forte hausse (+66,2%) et représente 51% du total des ventes au détail du semestre  (40% au 1er semestre 2014).  Le dispositif Pinel, profitant des faibles taux d’intérêt, renforce l’intérêt des investisseurs pour la pierre. Pour autant, le volume des ventes à investisseurs retrouve un niveau comparable à celui de 2011.

L’accession à la propriété reste atone

L’accession enregistre une progression de +5% par apport au 1er semestre 2014, malgré des conditions de financements exceptionnellement favorables pour les acquéreurs.

Le rythme des mises en vente est insuffisant

L’offre nouvelle enregistre une hausse de +15,0% suite au regain du marché depuis la fin d’année 2014. La mise en commercialisation de nouveaux projets reste néanmoins largement contrainte par les difficultés à lancer de nouvelles opérations.

L’offre est en léger recul…

L’offre commerciale est en léger recul, avec moins de 92 500 logements disponibles à fin juin 2015, soit 12,7 mois de ventes. Le stock achevé, en augmentation (+2 410 logements),   représente 11% environ de l’offre de logements, soit un peu plus d’1 mois de commercialisation.

Les prix en légère hausse

Les prix sont très légèrement orientés à la hausse témoignant des tensions entre la demande et l’offre de logements. La situation est toutefois fortement contrastée selon les marchés locaux.

Cette reprise reste encore fragile

L’embellie de la demande, portée par le dispositif Pinel, ne doit pas cacher la fragilité globale du secteur : l’accession reste à la peine, tout comme les ventes de résidences avec services. Surtout, la reprise des mises en vente a lieu en comparaison avec un niveau 2014 exceptionnellement bas. Les difficultés structurelles du métier persistent : rareté des terrains constructibles à la vente, complexité excessive pour obtenir des autorisations de construire, recours abusifs, poids des normes et règlementations, instabilité juridique et fiscale…   ©byBazikPress

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Du même auteur

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne