Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

Ce que Bloctel change pour les agences immobilières

Publié le
Publié le
Réagir 1 réaction
2 333
Evaluer cet article

Désormais, démarcher les vendeurs qui ont mis un bien en vente sur un site d’annonces pour particuliers peut coûter cher.

photo : bloctel-journal-de-lagence

Depuis le 1er juin, Bloctel, la liste d’opposition au démarchage téléphonique mise en place par le gouvernement, est opérationnelle. Désormais, les particuliers peuvent en effet y inscrire jusqu’à huit numéros de téléphone, fixes ou mobiles. C’est simple et gratuit. Il suffit de se rendre sur le site www.bloctel.gouv.fr . Cela veut dire qu’il est dorénavant interdit à toute entreprise de prospection commerciale de démarcher les consommateurs inscrits sur la liste.

Alors, qu’est-ce que cette disposition, issue de la  loi Consommation du 17 mars 2014, change pour les agences immobilières habituées à prospecter au téléphone et « chasser » les vendeurs qui passent des annonces sur des sites spécialisés (PAP, Leboncoin…) ? En réalité, beaucoup de chose. Téléphoner à un vendeur sans avoir vérifié au préalable si son numéro est inscrit sur www.bloctel.gouv.fr peut coûter cher. Jusqu’à 75 000 euros d’amende. Bien sûr, encore faut-il qu’il porte plainte…

Mise à disposition de fichiers « expurgés »

Comment ça marche pour le professionnel ? Préalablement à toute campagne de démarchage téléphonique puis au moins mensuellement, si la campagne est supérieure à 30 jours, ou avant la mise à disposition à d’autres professionnels d’un fichier de prospection commerciale, chaque professionnel doit saisir Opposetel, l’entreprise chargée, par délégation de service public, de gérer Bloctel. Pour cela, il doit souscrire un abonnement annuel qui coûte cher et n’est pas du tout adapté aux méthodes de travail d’une agence immobilière, qui n’a besoin de vérifier que quelques numéros au coup par coup et rapidement.

bloctel-2-journal-de-lagenceJugez plutôt : les frais d’inscription s’élèvent à 250 euros HT, les frais d’utilisation du service à 300 euros HT. Auxquels il faut ajouter différents forfaits : 150 euros HT, c’est le prix d’un abonnement d’un an pour faire vérifier deux fichiers comprenant 3 000 lignes maximum ; 700 euros HT, c’est le prix pour six vérifications de fichiers comprenant 10 000 lignes maximum ; 6 000 euros HT, tel est le prix d’un abonnement pour 70 sollicitations (fichiers soumis de 25 000 lignes maximum).

Les sociétés de piges immobilières, la solution ?

Jean-Christophe Ankaoua, fondateur de DirectAnnonces, une société fondée en 1999 installée à Paris et qui emploie une quinzaine de personnes, le pense : « Chez DirectAnnonces, pour 52 euros HT/mois, nos clients reçoivent toute l’année les annonces de leur secteur, ou pour 68 euros/par mois, celles de leur département. Mais le gros avantage, c’est qu’en plus, l’intégralité de nos fichiers est contrôlée par la société Opposetel, gestionnaire de la liste Bloctel, explique-t-il.

Alors faites le calcul ! Dans chaque annonce, nous mentionnons si le numéro de téléphone est autorisé pour le démarchage téléphonique. « Nous signalons clairement à notre client si oui ou non il peut contacter le vendeur. Sans compter que lorsque nous repérons une annonce, nous adressons un message au propriétaire pour l’informer de notre démarche, de façon à respecter la loi informatique et liberté. Tout est en règle ! ».

A lire également

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Du même auteur

Sur le même thème

Vos réactions

  • Par Anonyme, il y a 3 années

    Votre démonstration ne me semble pas valide car vous oubliez 2 éléments essentielles
    – « est interdite la location ou la vente de fichiers contenant des données téléphoniques et comportant les coordonnées d’un ou plusieurs consommateurs inscrits sur la liste d’opposition au démarchage téléphonique. »
    – « En cas de location ou de vente d’un fichier contenant des données téléphoniques d’un professionnel à un autre, chacun d’entre eux doit saisir en son nom le service Bloctel. »
    (FAQ pro – question °1 du site Bloctel).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne