Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

Lise Bernard enquête sur les agents immobiliers.

Publié le
Publié le
Réagir 4 réactions
1 771
Evaluer cet article

Lise Bernard, sociologue au CNRS, nous plonge dans un univers fantasmé qui en dit long aussi sur la société française.

photo : lise bernard

Même si le métier peut être rémunérateur, les agents immobiliers ne roulent pas tous en Ferrari. Leurs revenus incertains sont déterminés par leurs ventes et les interactions qu’ils réussissent à établir avec leur clients. Un ouvrage passionnant à mettre entre les mains de tous les professionnels.

Extraits des pages 193, 216 et 217. La précarité en col blanc par Lise Bernard

Si des savoir-faire techniques, juridiques ainsi qu’une connaissance des prix de l’immobilier et de la vie d’un quartier sont nécessaires pour s’en sortir dans le métier, ils ne sont pas suffisants : les compétences liées au fait que les agents immobiliers interagissent avec une clientèle occupent aussi une place essentielle. Les directeurs d’agence cherchent d’ailleurs des négociateurs qui soient « à l’écoute », qui aient « le sens du relationnel », « une excellente présentation », ou encore qui « aiment le contact ». […]

En formation, les négociateurs apprennent des techniques de vente à adopter en fonction du type de clients qui se présente à eux. Face à un client qu’ils perçoivent comme « orgueilleux », on leur conseille par exemple de faire de l’anti-vente » : en lui affirmant que le logement en question est au-dessus de ses moyens, ils devraient le pousser à l’achat. Mais, pour « cerner » leurs clients et gagner leur confiance, ils s’appuient surtout sur leurs expériences professionnelles antérieures.

Le travail quotidien dans une agence immobilière les conduit à rencontrer de nombreux clients et apparaît, de ce fait, comme un lieu d’observation et d’apprentissage. Avec le temps, ils repèrent des régularités et dégagent des typologies qui leur permettent d’associer rapidement un client à un « style ». Leur expérience les conduit à relever, à partir des informations dont ils disposent, des tendances qu’ils utilisent par la suite pour mettre rapidement en relation un vendeur et un acquéreur.

Comme d’autres travailleurs du tertiaire, ils développent un savoir profane, un savoir ordinaire, qui peut prendre la forme d’une connaissance sociale fine. Ce savoir-faire ne s’apprend pas à l’école. Il s’agit d’un savoir pratique, peu intellectualisé qui se constitue en grande partie sur le tas. Les mots que les agents immobiliers utilisent à son égard sont révélateurs : ils déclarent « sentir », parlent de « flair », de « pif », d’« instinct » (« ça ne se commande pas », « ça se sent »).

Ce savoir-faire repose sur des intuitions et des ressentis. Les agents immobiliers ont ainsi l’habitude, en recevant un client, de déduire des éléments divers à partir de ce qu’il « dégage ». Ils sont sensibles à la gestuelle, à la démarche, aux manières de parler (aux mots utilisés, aux intonations), aux accessoires (bijoux, lunettes, etc.), à la coiffure, aux mains et aux ongles de leurs interlocuteurs, comme à la façon dont ces derniers leur disent bonjour. Ils prêtent également attention aux vêtements de leurs clients et se font, à partir de ces observations, une idée du type de logements qui pourrait leur plaire.

Lise Bernard

A lire également

Ariane Artinian

Après des études à Dauphine et à Sciences Po, elle opte pour le journalisme. Après avoir piloté les dossiers immobiliers de magazine grand-publics tels Capital ou Challenges, elle fonde BazikPress, agence de production de contenu éditorial spécialisée dans l'information pratique et dans l'immobilier. Elle dirige aujourd'hui la rédaction du Journal de l'Agence.

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Du même auteur

Sur le même thème

Vos réactions

  • Par Sebastien, il y a 10 mois

    J’exerce le métier depuis 13 ans et viens de lire le livre dont est tiré cet extrait. C’est instructif et passionnant.

  • Par Martine, il y a 10 mois

    Très intéressant. Un livre à lire.

  • Par Brochery Nicolas, il y a 10 mois

    Bonsoir,
    Cet article est interressant, ce n’est pas l’habit qui fait le moine mais la façon de le porter.

  • Par Belveze, il y a 10 mois

    Les termes utilisés dans cet article ne correspondent absolument pas à la réalité de ce métier ! Je ne me retrouve en rien. Des mots « légers », retenez que juger un client à sa garde robe ou sa voiture ne révèle pas ses besoins. Justement ! Venez faire un stage d’apprentissage dans une agence indépendante et sérieuse, vous saurez rectifier en un tour de mots votre post.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne