Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

Graziella Mattei est à la fois agent et chasseur immobilier !

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
649
Evaluer cet article

Agent immobilier, Graziella Mattei a fondé une agence 2.0 tout en coiffant la casquette de chasseur pour proposer une nouvelle vision du métier. Retour sur le projet d’une jeune femme passionnée d’immobilier.

photo : image2

Graziella Mattei a baigné depuis qu’elle est petite dans l’immobilier. À la fin des années 80, ses parents ont construit la première résidence étudiante privée à Corte. Aujourd’hui, elle a repris le flambeau et s’occupe du patrimoine familial mais, pour cette jeune femme dynamique, passionnée d’immobilier et à la tête bien vissée sur les épaules, il n’était pas question de se contenter que de cela. Après un BTS Professions Immobilières, un Bachelor et un Master 1 en droit immobilier, elle a ouvert, l’année dernière, à 24 ans, une agence 2.0, près de Corte, en Corse, son île natale, et coiffé la casquette de chasseur immobilier. De quoi lui permettre de travailler sur toute la Corse et d’être à la fois au service des vendeurs et des acheteurs.

Se démarquer de la concurrence avec un concept innovant

« Je voulais proposer un concept innovant avec une vision de l’immobilier plus moderne, explique-t-elle. Cette double casquette me donne la possibilité de me démarquer et de travailler en inter-cabinet avec les autres agences. Il y a beaucoup d’agences immobilières sur l’île mais très peu de professionnels proposent de la recherche personnalisée pour les acquéreurs. C’est une façon de travailler différente et c’est encore peu développé. »

Aujourd’hui, Graziella Mattei passe donc une partie de son temps à gérer l’activé de transaction, de chez elle, dans son village du Niolu, une région de Corse, située au centre de l’île, à quelques kilomètres de Corte et, le reste du temps, elle sillonne l’île pour dénicher la perle rare pour ses clients acquéreurs qui lui ont confié un mandat de recherche. « Ce sont deux activités complémentaires : comme l’agent immobilier, le chasseur est soumis à la Loi du 2 janvier 1970 et à son décret d’application du 20 juillet 1972, dite « Loi Hoguet », précise-t- elle. Pour exercer, le chasseur immobilier doit être titulaire de la même carte professionnelle que l’agent immobilier. Entre nous, mener une recherche immobilière, c’est un vrai challenge et c’est très plaisant… »

Une agence 2.0 : pour être encore plus proche de ses clients

Si Graziella a fait le choix de ne pas avoir d’agence physique pour travailler sur l’ensemble de l’île, elle reste néanmoins très disponible pour ses clients puisqu’elle a également choisi de ne pas avoir de portable professionnel, uniquement un numéro personnel, pour être tout le temps joignable, et pouvoir ainsi créer ainsi une relation de confiance et rassurer ses clients. « Une agence immobilière 2.0 peut faire peur, justifie-t-elle. Au début, les clients s’interrogent. Pour eux, le concept est un peu flou : est-ce que je suis un agent commercial ? L’agence est-elle virtuelle ? Est-ce qu’ils vont rencontrer quelqu’un ? » Très vite, la jeune femme leur explique qu’elle est agent immobilier avec la carte professionnelle et la formation qui va avec et qu’elle a fait le choix d’exercer ce métier différemment, sur un plus large secteur, et de travailler aussi bien pour les acheteurs que pour les vendeurs… « Dès lors, les clients sont vite séduits par le fait de n’avoir qu’un seul interlocuteur, se réjouit-elle. C’est convivial puisqu’on se rencontre dans un salon de thé. Ils comprennent qu’ils auront affaire à une personne très disponible pour les accompagner dans leur projet.»

Les insulaires ont donc du mal à acheter

Etre chasseur immobilier permet aussi à Graziella Mattei d’apporter un peu d’aide aux insulaires qui souhaitent acheter leur résidence principale. Ceux qui souhaitent faire un investissement locatif font rarement appel à un chasseur. En effet, en Corse, les prix de l’immobilier sont assez élevés (une moyenne de 4000 € le m² pour un appartement à Calvi par exemple), de fait, dans certaines régions, les insulaires ont donc du mal à accéder à la propriété. « Une recherche immobilière prend du temps, conclut la jeune femme. Les acheteurs sont souvent très stressés car ils ont peur de passer à côté d’une bonne affaire, du bien qui leur correspond. C’est donc un coup de pouce pour eux. Je leur propose une sélection de biens qui peuvent leur correspondre en fonction du cahier des charges qu’on définit en amont, il y a beaucoup d’échanges et cela ne leur coûte pas plus cher puisque je n’applique pas de frais supplémentaire pour la recherche, je partage simplement la commission avec l’agence en charge de la vente du bien. Si les clients n’achètent pas un des biens que je leur propose, ils ne me doivent aucune commission.»

Olivia Delage / By BazikPress

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Du même auteur

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne