Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

« IAD, l’entrepreneuriat ouvert à tous », Roland Tripard Président d’IAD

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
1 557
Evaluer cet article

Le modèle, combinant dématérialisation de l’agence et marketing de réseau, a séduit 7 000 conseillers en dix ans.

photo : roland tripard

JDA : Quel bilan dressez-vous à l’occasion des dix ans d’IAD ?

Roland Tripard : Nous sommes fiers de la puissance de notre réseau de mandataires à domicile qui s’est imposé comme l’un des leaders du marché de l’immobilier. Grâce à notre modèle de rupture, combinant digitalisation de l’agence immobilière et marketing de réseau, nous avons accompagné plus de 174 000 projets en une décennie. Nous avons réinventé le métier d’agent immobilier.

JDA : Comment réagissez-vous à la protection du titre d’agent immobilier institué désormais par la loi Élan ?

R. T. : Pour nous, c’est un non-sujet. Chez IAD, nous avons des conseillers immobiliers. Conformément à la loi déjà en vigueur depuis plusieurs années, aucun ne se targue d’être agent immobilier et cela n’a jamais posé le moindre problème. Ce que la loi vient de changer, ce sont la nature et le montant des sanctions en cas de problème. Ce jargon, de toutes façons, c’est le cadet des soucis de l’acquéreur. Ce que le client recherche avant tout, c’est un professionnel réactif, compétent, qui s’occupe de lui, qui l’accompagne dans la négociation. Peu importe qu’il se présente comme négociateur immobilier, conseiller immobilier, consultant immobilier ou agent immobilier, et qu’il soit porteur d’une carte ou d’une délégation de carte.

JDA : Comment se porte IAD aujourd’hui ?

R. T. : Avec plus de 25 000 compromis et un chiffre d’affaires de 154 millions d’euros pour le groupe à la fin de l’exercice fiscal (au 30 juin 2018), nous affichons une croissance de  plus de 40 % en un an. Fin juin 2019, nous devrions affi cher un chiffre d’affaires de plus de 200 millions d’euros avec davantage de conseillers qui rentrent des mandats de qualité, avec un taux de transformation qui progresse. Cette dynamique permet à l’entreprise d’investir toujours plus dans la technologie pour proposer à ses conseillers et aux clients finaux une expérience utilisateur totalement adaptée à leurs besoins.

JDA : Quels sont les recettes du succès ?

R. T. : Elles tiennent beaucoup à nos valeurs d’entrepreneuriat et de flexibilité. IAD, c’est une machine à rebondir, un véritable ascenseur social qui permet à 7 000 conseillers en France d’entreprendre. La richesse du réseau se reflète dans la diversité des profils des conseillers. Chacun peut s’épanouir en développant sa propre entreprise, mais aussi son organisation commerciale, en bénéficiant de l’accompagnement constant du réseau. Chaque nouveau conseiller est accompagné par un parcours de formation gratuit qui mixe e-learning et formation en présentiel.

JDA : Vos conseillers immobiliers gagnent-ils bien leur vie ?

R. T. : Ils ne seraient pas aussi nombreux à travailler avec nous s’ils n’y trouvaient pas leur compte. Nous avons de 350 à 400 nouveaux arrivants chaque mois et le nombre total de conseillers dans le réseau double tous les deux ans environ. Et 16 % conservent une double activité, le temps de voir si cela va marcher. Dans une entreprise en forte croissance comme la nôtre, il faut rapporter le chiffre d’affaires 2018 (154 millions d’euros) aux effectifs moyens de l’année écoulée (5 000 conseillers) et non aux effectifs actuels pour approcher la réalité. Et il faut tenir compte du temps initial de formation et de construction d’un portefeuille de mandats pendant lequel le conseiller ne produit pas encore de chiffre d’affaires. Cela donne un chiffre d’affaires moyen encaissé d’environ 31000 euros par conseiller.

JDA : Quels sont vos axes de développement ?

R. T. : Poursuivre notre croissance et gagner des parts de marché en offrant l’opportunité IAD à un nombre  croissant d’entrepreneurs en puissance. Nous devrions dépasser les 20 000 conseillers d’ici quatre à cinq ans. Pour cela, nous renforçons sans cesse nos cursus de formation, nous investissons pour développer la notoriété de notre marque, désormais bien implantée sur l’ensemble du territoire, et nous enrichissons notre palette de services proposés (conciergerie, avis de valeur, avis clients, community management…). Nous lançons le mois prochain Mylocalads, un outil de gestion de campagnes publicitaires de proximité sur AdWords et Facebook adaptable aux besoins de chacun de nos conseillers.

JDA : Et l’international ?

R. T. : Nous avons gagné notre pari au Portugal. En deux ans, nous y avons constitué un réseau de 650 conseillers, dont 40 % ont des parrains ou des grands-parrains en France. Cette année, nous nous sommes ouverts à l’Espagne où nous comptons d’ores et déjà 100 conseillers. Depuis le printemps, nous sommes aussi en Italie avec 40 conseillers. Et nous devrions bientôt nous installer dans de nouveaux pays européens, comme l’Allemagne, la Belgique ou l’Irlande.

 

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Du même auteur

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne