Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

La plateforme de location de bureaux Hub-Grade dresse le portrait de l’immobilier flexible

Publié le
Publié le
Réagir 1 réaction
218
Evaluer cet article

Fort des données agrégées sur sa plateforme depuis 2015,l Hub-Grade a réalisé une enquête pour dévoiler le visage de l’immobilier flexible. Type d’espace plébiscité, superficie, loyer, durée de location, profil des locataires…

photo : AdobeStock_207775546

Le contraste est saisissant et sans ambiguïté : les personnes nées entre 1980 et 1999 sont les premières clientes de l’immobilier flexible : elles représentent 84% du panel, contre 8% des gens nés avant 1965 et 8% de ceux nés entre 1965 et 1979 (la génération X).

La Génération Y : le client type de l’immobilier flexible

Environ 1/3 des locataires sont des entrepreneurs; 68% sont des salariés de petites structures ou filiales de grands
groupes. Les profils sont répartis ainsi pour les salariés : 23% sont des ingénieurs ou des travailleurs évoluant
dans le milieu de l’audit et du conseil. Le reste se partage entre les commerciaux (16%) et, à parts égales, (15%) entre les développeurs web/ Data Scientists/ Product Owners et les autres profils (Coaching, services à la personne, RH, IT, développement durable).

Les entreprises de moins de 3 ans légèrement plus enclines à louer des espaces flexibles

Les entreprises de moins de 3 ans sont des adeptes de l’immobilier flexible. Elles représentent plus de la moitié du panel. Les structures SAS/SASU sont en tête des loueurs (42%) suivies par les SARL, toutefois bien moins nombreuses (à hauteur de 25,5%). Les associations Loi 1901 représentent le plus petit effectif.

Le bureau fermé : le choix le plus fréquent

Le bureau fermé est l’espace le plus plébiscité par les entreprises, à hauteur de 83%. 11,5% louent uniquement des postes de travail (un bureau dans un open-space) et seulement 5,5% choisissent le bureau indépendant, totalement consacré à l’entreprise.

Les loyers parisiens : presque 4 fois plus chers que la moyenne française

Les locataires restent près de 8 mois dans un espace flexible de 45,5 m2 pouvant accueillir 6 postes de travail. Des écarts de prix considérables ont été constatés entre les loyers parisiens et les loyers lyonnais : dans la Capitale, les tarifs atteignent une moyenne de 3250 euros par mois alors qu’à Lyon, ils sont de l’ordre de 940 euros par mois. La ville de Lyon est d’ailleurs représentative des tarifs appliqués en moyenne à l’échelle nationale (938 euros par mois exactement).

« L’immobilier flexible est la réponse actuelle la plus efficace aux besoins des petites et moyennes entreprises qui ne cessent d’évoluer et de se structurer. Il leur permet aussi d’avoir accès à des espaces pour développer leur activité, même si elles n’ont pas les reins assez solides pour supporter le lourd tribu du 3/6/9. Mais au-delà du clair besoin économique, l’immobilier flexible répond aux nouveaux usages : nouvelle organisation au travail, digitalisation des méthodes et des échanges, fin du management pyramidal tel qu’on l’entendait dans les années 80 et démocratisation du travail… Si bien que dans 5 ans, les baux 3/6/9 pour les surfaces de moins de 1000 m2 ne seront clairement plus la norme » déclare Brieuc Oger, CEO de Hub-Grade.

Méthodologie : Les données ont été récoltées à partir de la totalité des contrats signés et en cours depuis la création de la plateforme Hub-Grade en 2015. Cette enquête a également été complétée par les données
recueillies dans tous les espaces de colocation d’entreprises Focus appartenant à Hub-Grade (6 espaces ouverts à Lyon et à Paris en 2018 – représentant un total de 4000m2)

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Du même auteur

Sur le même thème

Vos réactions

  • Par Jean-Baptiste Leroux, il y a 5 jours

    Bonjour, je suis fondateur d’une start-up et nous utilisons le système de location de bureaux flexibles depuis nos débuts. Effectivement je confirme que les entreprises de moins de 3 ans utilisent beaucoup ce système. Lorsque nous nous installons en espace de co-working par exemple, nous sommes généralement entourés d’autres start-ups. Et comme vous le dites, il est vrai que la génération Y est particulièrement représentée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne