Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

Moral immobilier : mais qu’est-ce qui pousse les candidats à l’acquisition à devenir propriétaires ?

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
1 440
Evaluer cet article

Quelles motivations déclenchent l’intention d’acheter son logement ? Est-ce que les dispositifs d’aide à l’achat 2015 apportent les réponses attendues par les candidats qui se lancent dans une première acquisition ? L’Observatoire du Moral Immobilier analyse la perception de ces intentionnistes qui envisagent de passer à l’acte pour une première acquisition en 2015 afin de mettre en exergue les facteurs déclencheurs d’un retour des primoaccédants sur le marché immobilier.

photo : Fotolia_69521126_Subscription_Monthly_M

D’après la 15ème vague de l’Observatoire du Moral Immobilier, pilotée par le portail d’annonces immobilières Logic Immo.com en collaboration avec TNS Sofres, 48% des futurs acquéreurs* achètent pour la première fois. Un chiffre légèrement en hausse (+3 points par rapport à 2014) mais loin de satisfaire les milliers de locataires bloqués dans leur location faute de moyens.

 L’envie de devenir propriétaire

73% des intentionnistes en quête d’une première acquisition pensent que c’est le bon moment pour acheter. Parmi les éléments déclencheurs ils citent pour l’essentiel le souhait de commencer à se constituer un patrimoine en devenant propriétaire (72%) et l’attractivité des taux d’emprunt (49%).

Le primo accédant type ? Un jeune ménage en quête d’une maison à moins de 200 000 €

Le profil du primoaccédant correspond pour l’essentiel à un acquéreur âgé de moins de 35 ans (70%) qui recherche principalement une maison (56%) dans un budget n’excédant pas 200 000 € (63%). « Le budget limité à 200 000 € est une contrainte mais de nombreux biens partout en France rentrent dans cette enveloppe. Sur notre portail, Logic-Immo.com, le nombre d’annonces dont les biens sont affichés à moins de 200 000 € représente 51% du total du site et sur le segment neuf, ce volume est de 46%. Un large choix qui devrait satisfaire ces candidats à l’acquisition en voie de franchir le pas d’un premier achat», complète Cyril Janin, Directeur Général de Logic-Immo.com. Par ailleurs, si 49% des primo-accédants se montrent prêts à engager d’importants travaux sur le bien à acheter ils n’excluent pas de s’orienter sur un projet dans le neuf. En effet, 39% hésitent entre le neuf et l’ancien (soit 10 points de plus que chez les secundo-accédants).

 

Le pouvoir d’achat 

30% des futurs acquéreurs primo-accédants ont connu une amélioration de leur situation financière personnelle au cours des 6 derniers mois. Or, d’après l’Observatoire du Moral Immobilier, le profil du primo-accédant correspond à une personne active pour l’essentiel mais disposant de revenus modérés (45% de CSP). La hausse de leur pouvoir d’achat est ainsi un facteur clé de l’envie d’accéder à la propriété.

Des solutions de financement attractives

88% des candidats à l’acquisition primo-accédants prévoient de souscrire un prêt immobilier et ils sont 73% à considérer que les taux d’intérêt sont aujourd’hui attractifs. « L’engouement pour les taux est plus nuancé chez les primo-accédants avec 10 points de moins que chez les secundo-accédants. Ce ressenti peut s’expliquer par le fait que les dossiers d’emprunt sont plus filtrés chez les CSP», explique Cyril Janin, Directeur Général de Logic-Immo.com et porte-parole de l’Observatoire du Moral Immobilier.

La facilité d’emprunt

28% des futurs acquéreurs primo-accédants estiment que les prêts immobiliers sont aujourd’hui faciles à obtenir, 32% pensent qu’au contraire, ils sont difficiles à décrocher et la majorité (40%) n’a pas un avis tranché sur le sujet. « Notre étude porte sur des intentionnistes en recherche active qui se trouvent en amont du process de financement qui sera déclenché une fois le bien trouvé. L’obtention du prêt leur paraît plus facile que pour les secundo-accédants où ils ne sont que 20% à estimer qu’il est aisé d’obtenir un prêt immobilier. Ceci pourrait s’expliquer en partie par le fait que certaines aides à l’accession à la propriété leur sont réservées telles que le PTZ+ par exemple», complète Cyril Janin, Directeur Général de Logic-Immo.com.

Une maîtrise de l’enveloppe globale des coûts du projet d’achat

49% des primo-accédants se disent prêts à s’engager dans d’importants travaux de rénovation** si l’offre est intéressante (à noter qu’ils ne sont que 43% à partager ce sentiment parmi les secundo-accédants). Toutefois, pour les primo-accédants réfractaires aux biens à rénover, leur position s’explique essentiellement par la crainte que le montant des travaux dépasse le budget initialement prévu (64%). ©byBazikPress©Fotolia.com

 

*Enquête réalisée auprès de 1294 personnes ayant un projet d’acquisition d’un logement d’ici à 1 an interrogées en janvier 2015. Sur cette base, 623 personnes étaient primo-accédants. Echantillon représentatif redressé à partir des données de cadrage TNS Sofres.** Travaux de rénovation : extension, modernisation, assainissement, etc…

 

Du même auteur

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne