Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

Les fichiers partagés : une vraie nécessité

Publié le
Publié le
Réagir 1 réaction
1 632
Evaluer cet article

Dans la nouvelle crise que la profession traverse, les outils de partage de mandats ont plus que jamais leur utilité. Décryptage.

photo : fichier partagés

A la faveur de la Covid-19, les outils de fichiers partagés affichent une croissance insolente pour le plus grand plaisir des agences immobilières qui les utilisent. Comme si le coronavirus avait soudainement fait prendre conscience aux professionnels des vertus de la coopération et de l’intercabinet. Ainsi, depuis le début du déconfinement, les demandes d’intégration affluent au Fichier AMEPI. L’application Lici, lancée il y a trois ans, réalise 200 % de croissance par an. Et en un an, le petit dernier, Interkab, intégré dans Hektor de La Boîte Immo, s’est imposé comme une évidence. Quant à Bernard Cadeau, past président du réseau Orpi France, il présentera au RENT de novembre 2020 une nouvelle plateforme destinée à fédérer les fichiers existants : Partage +.

« Le partage fait partie de nos vies »

Alors  les mentalités vis-à-vis du partage de mandats ont-elles changé ? Les agents immobiliers ont-ils compris que, pour pérenniser leur entreprise, ils devaient travailler main dans la main ? « Le partage de mandats, c’est le sens de l’histoire, cela répondà la demande des clients, explique Bernard Cadeau. Les mentalités ont changé mais il nous reste encore deux marches à franchir. » Et Rudy Cohen, l’un des fondateurs de Lici, de renchérir : «Facebook,
Instagram… aujourd’hui, le partage fait partie de nos vies. Et les nouveaux acteurs de l’immobilier, les millenniaux, qui sont nés avec un portable et Facebook, ont cet esprit de partage. Pour eux, faire du business ensemble est une évidence. ».

Une évidence d’autant plus d’actualité que la Covid-19 est passée par là et qu’en temps de crise, l’intercabinet a toujours été une nécessité pour les agents immobiliers. Cela leur permet de gagner la confiance des vendeurs, de rentrer du mandat exclusif, d’élargir le spectre de leur business en faisant des ventes complémentaires, voire interrégionales, et aussi d’accompagner leurs clients dans leur mobilité. « Durant deux mois, l’immobilier s’est arrêté, explique Olivier Alonso, président de l’AMEPI. Les agents en fichiers partagés ont eu la chance de pouvoir repartirdès le 11 mai avec des mandats exclusifs sur une plateforme commune et ne se sont pas retrouvés dénudés et à sec comme d’autres.»  Zoom sur les principaux outils à votre disposition.

Le Fichier AMEPI : pour partager les mandats exclusifs

Mettre à disposition de tous les agents immobiliers indépendants ou en réseau un outil créé par la profession pour la profession et permettre aux agents immobiliers d’apprécier la force de l’union : telle est l’ambition d’Olivier Alonso et Cédric Lavaud, récemment élus président et vice-président du Fichier AMEPI. L’association, dont le conseil d’administration rassemble notamment les syndicats nationaux immobiliers (Fnaim, SNPI, Unis) ainsi que les réseaux immobiliers  majeurs (L’Adresse, Century 21, Cimm Immobilier, ERA, Guy Hoquet, Laforêt, Nestenn, Orpi), permet à 4 100 agences membres (soit 22 000 utilisateurs) de partager plus de 46 000 mandats exclusifs. Adhérer au  Fichier AMEPI coûte 99 euros par mois (44 euros pour la deuxième agence). A ce prix-là, vous avez accès à l’ensemble des services (applications, extranet, aide juridique, animateurs-formateurs régionaux) pour aider à mettre en place l’outil.

Lici : pour une utilisation à la carte

Lancée il y a trois ans, l’appli Lici (et son site Internet) a conquis son public représenté par l’ensemble des  professionnels ticarte T (agents immobiliers, mandataires, notaires, chasseurs d’appartement…) afin de capter l’offre la plus large possible. Sur l’appli, le professionnel partage ce qu’il veut quand il veut et au taux de commission qu’il souhaite. Il n’a aucune obligation. « Lorsque nous avons lancé Lici, il n’existait aucune solution permettant de partager mandats exclusifs et mandats simples avec n’importe quel autre confrère, qu’il vienne d’un réseau, qu’il possède tel ou tel logiciel… explique Rudy Cohen. L’objectif de Lici, c’était de fluidifi er le marché et centraliser l’information pour accélérer les process. » Aujourd’hui, Lici est utilisé par 12 000 professionnels qui se partagent 70 000 mandats.

Pour l’utiliser, il suffit de télécharger l’application gratuite. Vous pouvez poster et partager vos biens en vente sans débourser un centime. Seules les options sont payantes. À noter : sur Lici, vous pouvez aussi poster vos recherches immobilières.

Interkab : pour les utilisateurs d’Hektor

Interkab a été lancé en fin d’année dernière. Sa particularité ? Il est réservé aux 7 000 agences qui utilisent Hektor. L’outil intégré au logiciel de La Boîte Immo est mis gratuitement à disposition de ses utilisateurs. En un an, Interkab regroupe plus de 700 000 mandats actifs, simples ou exclusifs. « Les vertus de l’intercabinet ne sont plus à démontrer, explique Olivier Bugette, fondateur de La Boîte Immo. Nos clients nous ont donné envie de construire cette plateforme car ils avaient exprimé une vraie volonté de travailler ensemble. Le potentiel que l’on offre à nos clients avec cet outil n’a pas d’équivalent sur le marché ! »

La Boîte Immo n’impose rien à ses clients. L’outil est flexible. Le professionnel n’est pas obligé de travailler avec toutes les agences. Il accepte ou non la demande de délégation d’une agence sur l’un de ses mandats. « C’est cette liberté et cette transparence qui plaisent à nos clients », souligne Olivier Bugette.

Partage + : pour fédérer les utilisateurs de fichiers partagés

La plateforme Partage + sera officiellement lancée en novembre . Gratuite, ouverte à l’international, elle permettra à tous les professionnels de l’immobilier (exception faite des notaires) de partager leurs mandats exclusifs tout en choisissant le taux de partage de la commission. L’objectif ? Fédérer les utilisateurs de fi chiers et encourager les autres à se lancer. « J’ai trois mots : expérience, conviction et certitude, précise Bernard Cadeau. L’expérience, je l’ai, je suis agent immobilier depuis plus de quarante ans ; mes convictions, elles se sont forgées au fur et à mesure ; mes certitudes ? c’est clairement qu’il faut partager les mandats exclusifs puisque c’est utile pour l’agent  immobilier  mais surtout pour le client ! »

Sur Partage +, seuls les mandats exclusifs peuvent être partagés, car Bernard Cadeau en est convaincu : le marché doit évoluer progressivement vers 100 % d’exclusivité : « S’il bénéficie d’un service de qualité et du partage, le client signera un mandat exclusif. », conclut-il.

Du même auteur

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Sur le même thème

Vos réactions

  • Par BAS, il y a 28 jours

    Bonjour,

    Comme d’habitude, je réagis sur ces informations qui une fois encore sont de l’entre soi. Partager son travail, ses mandats exclusifs et demain ses mandats simples et après demain faire le travail pour ses concurrents ou confrères. Tout ceci n’est pas sérieux. Au sein de notre Groupe, une de nos agences y a laissé son entreprise et une autre ayant quitté le réseau est au plus mal.
    Alors Mesdames et Messieurs, continuez de brader votre travail et celui de vos collaborateurs, de diminuer votre CA et de disparaitre corps et âme.
    Ce n’est qu’un avis et ose comme d’habitude à mettre mon nom au de cette réaction.
    Claude BAS
    Président de Groupe CCBAS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne