Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

Les visites immobilières restent interdites et les bailleurs sont invités à faire preuve de compréhension

Publié le
Publié le
Réagir 11 réactions
54 223
Evaluer cet article

Lors d’une conférence de presse consacrée à la crise sanitaire, le premier Ministre Jean Castex a reconduit les mesures de confinement actuelle tandis que Bruno Le Maire, ministre de l’Economie a précisé les règles sur l’abandon des loyers de novembre pour les bailleurs.

photo : Jean Castex

Le premier ministre Jean Castex a précisé le maintien des mesures de confinement actuelle. Rien ne change à priori pour les professionnels de immobilier qui n’ont toujours pas l’autorisation de faire visiter les biens qu’ils ont en portefeuille, à la vente ou à la location.

Bruno Le Maire, Ministre de l’Economie a pris la parole pour rappeller que les commerçants fermés administrativement ont le droit à une aide allant jusqu’à 10 000 euros du fonds de solidarité, l’activité partielle, l’exonération des charges sociales et le report du remboursement des prêts garantis par l’Etat.

« Je veillerai donc personnellement que chaque commerçant fermé puisse se déclarer sur le site impots.gouv.fr dès début décembre afin de bénéficier de l’aide du fonds de solidarité dans les premiers jours de décembre », a précisé le ministre.

Un dispositif de soutien pour les loyers des commerçants

« Nous mettrons en place dans le budget 2021 un crédit d’impôt de 50% du montant du loyer abandonné pour tous les bailleurs qui renoncent le loyer du mois de novembre pour les entreprises qui ont jusqu’à 250 salariés’, a indiqué Bruno Le Maire.

Le Ministre invite par conséquent tous les bailleurs, petits et grands, à annuler le loyer du mois de novembre et à bénéficier de ce crédit d’impôt de 50%.

« Un petit bailleur qui renonce à un loyer de 600 euros touchera 300 euros de crédit d’impôt, explique Bruno Le Maire. C’est préférable plutôt que d’être confronté à un impayé de son locataire.

Un grand bailleur qui renonce à un loyer de 5 000 euros touchera un crédit d’impôt de 2 500 euros.

Pour les entreprises de 250 salariés à 5 000 salariés, ce dispositif s’appliquera également mais dans la limite des 2/3 du montant du loyer. Cela signifie qu’un bailleur qui renonce au loyer d’un grand magasin de 12 000 euros aura un crédit d’impôt de 4 000 euros soit 1/3.

Du même auteur

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Sur le même thème

Vos réactions

  • Par Marie-Françoise, il y a 20 jours

    Bonjour,

    J’ai une agence immobilière qui ne fait que de la transaction. Je ne peux pas faire de visite et je n’ai pas le droit de vendre sans avoir fait au moins une visite, car le client acquéreur doit bénéficier de toute l’information nécessaire pour acheter, la visite fait partie de l’information. Si je signe un compromis en trouvant un client naïf, je risque des procès derrière. Mais je n’ai pas le droit aux aides du gouvernement de 10.000€!!!! On se moque des professionnels. Et bien les particuliers vendez en direct et supportez les mêmes risques juridiques que nous mais sans nos connaissances juridiques, faîtes comme à la télé et agissez sans assurances. Ce n’est pas pour rien, que les titulaire d’une carte d’agent immobilier sont diplômés d’une licence en droit. Bonne chance.

  • Par Christian, il y a 21 jours

    Bien on annule le loyer de notre locataire dans le local commercial sur novembre que je loue, et je récupère comment les 50% promis, quelle est la démarche ? Personne n’en parle, il serait plus simple que l’état nous le verse directement non ? Et pour les 2 autres mois de loyer impayé du 1er confinement on en parle…

  • Par Kiki33, il y a 22 jours

    Comment peut on juger de la réelle situation financière de son locataire et décider de faire en plus des aides conséquentes du gouvernement,la gratuité des loyers? Certes bon nombre d’entre eux sont réellement en difficulté d’autres ont une très mauvaise année comme bon nombre d’entreprises ont pu connaître durant leur activité. Il faudrait leur imposer de fournir des justificatifs au minimum.Rien ne sert de déshabiller Pierre pour habiller Paul. « Les profiteurs » ont de beaux jours devant eux…. Beaucoup de bailleurs vivent de leur loyer, ont des emprunts et des charges aussi surtout en fin d’année ! On est dans l’arbitraire le plus total! Une fois de plus , non content de payer des impôts, des taxes en tout genre pour tout et n’importe quoi…il faut « encore  » mettre la main au porte-feuille ! Qu’est ce que nos politiques font personnellement eux!??? Merde à la fin….

  • Par Martine Torres, il y a 22 jours

    Inadmissible! Visites interdites alors on fait comment lorsqu’on a vendu sa maison ???? Et que l’on doit déménager ??? On va où ? On fait quoi de nos meubles ?

  • Par Potvin, il y a 22 jours

    J’ai vendu ma maison juste avant le confinement j’ai une date début février pour signer chez le notaire donc comment je fait pour aller acheté ma nouvelle maison vue que les visites son interdire comment je fait ? Car les délais de notaire son de 3mois donc si y a un deconfinement en janvier je suis à la rue avec mes meubles et animaux début février pendant 2 mois ??

  • Par Thomas Beasain, il y a 23 jours

    Complètement à côté de ses pompes durex oupss pardon castex il est pas au courant que une visite dans une agence c’est 2 personnes la personne qui visite et celui ou celle qui fait visiter la plupart du temps. Le masque peut être porté tout le temps chaqu un peu avoir un petit flacon de gel sur soi et on peut ouvrir toute les fenêtres le temps de la visite, comme le même principe que moi.

  • Par DELEGLISE IMMOBILIER, il y a 23 jours

    Incompréhension .. le mot est faible. Les particuliers continuent leurs visites en direct en se mettant hors la loi (mais sans contrôle)… La situation sera peut être débloquée quand Berçy réalisera que l’état a besoin des transactions pour son budget: les frais de notaires sont avant tout des taxes..et les honoraires agence incluent 20% de TVA.

  • Par Ranou, il y a 23 jours

    Les bailleurs sociaux peuvent ils egalement supprimer le loyer de décembre… Comment doit proceder le locataire. Merci

  • Par cadiou, il y a 23 jours

    mr lemaire est bien gentil ;; je suis proprietaire ;de murs commerciaux ;; j ai un emprunt  contracte aupres d une banque ;; la banque ne m’offre pas une mensualité gratuite ; s’est il pose la question de connaittre la situation financieres des bailleurs ,, ,?  SI c’est dans la possibilité de le faire ;; et des tensions qu’il va mettre entre certains bailleurs et locataires ;qu il assume  ; pourquoi dans ce cas le gouvernement ne prends pas en charge le mois de loyer ;; c est au gouvernement d’assumer ,, vraiment pas sain comme situation ;;

  • Par VANPOUILLE, il y a 23 jours

    Cette mesure est très bien. Mais quand est-il pour les particuliers bailleurs ?
    A aucun moment, il n’a été question de les aider !

    Je loue 2 chambres meublées dans une petite maison (90 m²) à des gens de passage Je dois faire appel à un comptable pour le bilan annuel (obligatoire soit dit en passant), assurer l’immeuble, payer les taxes foncière et habitation (700 € + 900 €), entretenir la chaudière …ect. Depuis le début de la crise j’ai eu 6 annulations de réservations et près de 5 mois d’absentéisme à ce jour. Il est injuste de nous taxer sur ces impôts. D’autant que j’ai un encours immobilier sur ce bien. Egalement, je détiens une maison en bord de mer à 135 km de mon domicile. Je vais régler les taxes foncière et habitation soit 1.489 € env. alors que j’ai pas pu en profiter pendant le 1er confinement : 3 mois et le second car je ne suis pas au chômage partiel : 1 mois de plus au minimum ! Pourquoi dois-t-on payer pour un bien dont on ne peut pas profiter ?
    Il serait logique de calculer la taxe sur les résidence secondaires au prorata temporis de son utilisation. Tout au moins pour cette année. Ceux sont toujours les mêmes qui paient. La classe moyenne ! mais je reconnais que la baisse de la TH sur la résidence principale a été appréciée.

  • Par Daniel Iribarren, il y a 23 jours

    Les jours passent et rien ne se passe. Le chômage partiel pour les salariés est une chose, mais les gérants non salariés et les agents commerciaux des petites structures de transaction sont les grandes victimes de cette fermeture administrative déguisée.
    Dans l’attente d’une hypothétique autorisation de visites, c’est sur la reconnaissance par le gouvernement de la fermeture administrative de nos agences qu’il faut travailler avant qu’il ne soit trop tard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne