Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

Malgré la crise sanitaire, l’immobilier de prestige se porte bien

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
1 096
Evaluer cet article

Il est des secteurs qui ne connaissent pas la crise… En France, c’est le cas du marché immobilier du luxe qui affiche une santé insolente malgré l’absence de la clientèle étrangère. C’est ce que démontre la dernier Baromètre de Belles Demeures réalisé en mai dernier avec OpinionWay. Tour d’horizon des principaux enseignements à retenir.

photo : Château, Médoc, Bordeaux, viticole, parc, jardin, riche

« L’immobilier de prestige français sort grand gagnant de cette pandémie dans la mesure où tous les indicateurs sont au vert pour ce marché de tous les extrêmes et de toutes les folies », explique Séverine Amate, porte-parole de Belles Demeures. A travers cette étude réalisée en partenariat avec OpinionWay, le portail spécialiste de la recherche immobilière de prestige a souhaité confronter les aspirations des vendeurs et celles des futurs acheteurs qui animent ce marché de niche. Et force est de constater que l’heure est plus que jamais à l’optimisme avec des porteurs de projets toujours plus confiants. Alors qu’ils étaient 67 % en 2019, ils sont ainsi désormais 83 % en 2021 à exprimer leur confiance malgré la pandémie.

Une stabilité des prix

48 % des acquéreurs pensent que la situation économique en France s’améliorera dans les 6 prochains mois. Un taux quatre fois plus important qu’en juin 2020 (12 %), mais surtout, bien plus élevé qu’en juin 2019 (36 %). Ils voient ainsi la pierre française comme une valeur refuge et contrairement au marché résidentiel classique où la flambée se généralise, les prix dans l’immobilier de prestige restent stables : + 1 % sur un an avec 8 871€/m² en moyenne en France selon les prix affichés dans les annonces publiées par Belles Demeures. « En moyenne, un bien luxe “trouve” son nouveau propriétaire en 110 jours (contre 136 en 2020) pour un budget de 1,52 millions d’euros », précise Séverine Amate. Face à cet élan d’optimisme, 64 % des sondés pensent que c’est le bon moment pour acheter contre seulement 38 % en juin 2020. Plus de la moitié des sondés (58 %) comptent ainsi sauter le pas d’ici 12 mois.

Du côté des vendeurs, trois quarts d’entre eux prévoient de vendre leur bien de prestige dans les 12 prochains mois, et 79 % se disent confiants concernant l’aboutissement de leur projet immobilier. A noter tout de même un risque de décalage à venir entre l’offre et la demande. Ainsi si 40 % des sondés sont prêts à céder leur appartement, seulement 9 % souhaitent se séparer de leur manoir ou château, tandis que 27 % des acheteurs se projettent sur un appartement et 20 % sur un château ou un manoir.

Paris et sa région ont toujours la cote

Selon l’étude de Belles Demeures, l’Ile de France arrive toujours en tête des territoires les plus recherchés. Cette dernière concentrait ainsi 30 % des recherches sur le portail immobilier à la fin du mois de juin. « Même si Paris reste courtisée, il est à noter que les investisseurs reportent leurs recherches en province, en particulier la Côte Atlantique, le Sud-Est et le Sud-Ouest », souligne la porte-parole de Belles Demeures. La montée en puissance de certains territoires s’explique ainsi par la volonté des porteurs de projet de changer de vie (38 %). « La Bretagne et l’Aquitaine tirent leur épingle du jeu en cette période de pandémie et voient leurs volumes de consultations des annonces se multiplier par trois », note pour sa part Solange Roblot, chef de marché Belles Demeures.

L’aspiration à un nouveau mode de vie et le développement du télétravail pourraient ainsi prochainement bouleverser le marché de l’immobilier de prestige.

Du même auteur

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne