Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

Immobilier : quels les sont les nouveaux critères des acquéreurs en cette rentrée 2021 ?

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
4 700
Evaluer cet article

Alors que l’appétence des Français pour l’immobilier ne s’est jamais démentie au cours de la crise sanitaire, leurs attentes ne sont plus les mêmes. Focus sur la dernière enquête du Groupe SeLoger pour savoir ce que recherchent désormais les acquéreurs.

photo : Man working remotely in countryside

Après trois confinements, les maisons ont, plus que jamais, le vent en poupe ! Selon un ensemble d’études réalisées par OpinionWay pour SeLoger auprès de 3 000 particuliers ayant pris rendez-vous avec un agent immobilier, plus de la moitié des acquéreurs recherche une maison, tandis que les appartements n’attirent désormais qu’un acquéreur sur quatre« Les maisons sont particulièrement prisées par les 35-49 ans et les foyers concernés par le télétravail. C’est également davantage le cas des Franciliens qui cherchent une nouvelle résidence principale pour quitter l’Île-de-France. La recherche de maison concerne 70 % d’entre eux », indique Caroline de Gantès, Country Manager Director de SeLoger. Ceux qui ne peuvent prétendre à l’achat d’une maison avec jardin, se tournent vers les appartements avec un balcon ou une terrasse. Dans tous les cas, 94 % des acquéreurs de résidence principale désirent un espace extérieur.

Les petites villes privilégiées

Autre enseignement de l’enquête : les acheteurs se détournent progressivement des grandes villes.  Un tiers des acheteurs recherchent un bien dans une ville de moins de 20 000 habitants, soit trois fois plus qu’il y a un an, et près d’un acquéreur sur cinq recherche en zone rurale, soit quatre fois plus qu’il y a un an. A noter tout de même que 9 acheteurs sur 10 comptent rester dans la même région que celle dans laquelle ils habitent actuellement, exceptés les Franciliens qui semblent, quant à eux, moins attachés à leur région. « Aujourd’hui, les ménages, qui quittent les grandes métropoles, ont entre 30 et 45 ans, conservent leur emploi et veulent que leurs enfants fassent de bonnes études. Ils s’installent donc le long du réseau SNCF pour être à 1 heure d’une métropole et portent une attention particulière à la connexion internet de leur logement », décrypte le sociologue Jean Viard.

Une pièce en plus pour le télétravail

Travail à la maison oblige, les acquéreurs souhaitent une pièce supplémentaire pour y installer leur bureau ! Parmi les acheteurs intéressés par les biens anciens ou qui hésitent entre le neuf et l’ancien, 81 % sont d’ailleurs prêts à effectuer des travaux. Ce qui les motive : la possibilité de pouvoir aménager leur logement comme ils le souhaitent, mais également l’opportunité de payer leur logement moins cher, sans pour autant faire de concession sur la localisation. Néanmoins, les acquéreurs semblent avoir les moyens de leurs ambitions. Et l’optimisme règne ! 24 % des acquéreurs et 21 % des vendeurs estiment ainsi que leur pouvoir d’achat va s’améliorer d’ici la fin de l’année. 53 % des acquéreurs et 56 % des vendeurs misent, quant à eux, sur une stabilité. Il s’agit du plus haut niveau jamais enregistré depuis le début de la crise sanitaire, celui étant respectivement à 11 % et 8 % en avril 2020. Preuve que les acheteurs et vendeurs ont confiance en leur capacité de mener leur projet immobilier à bien en cette rentrée 2021…

 

 

 

Du même auteur

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne