Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

Arthurimmocom va s’implanter en Belgique et en Suisse

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
286
Evaluer cet article

Pour ses 10 ans, Arthurimmo.com débute son développement international. Interview de Sébastien Brisé, directeur général adjoint.

photo : arthurimmo agence

JDA : Comment le réseau Arthurimmo.com évolue-t-il ?

Sébastien Brisé : Le réseau dépasse désormais le cap des 1 000 collaborateurs en comptant les adhérents, les commerciaux, le personnel  du siège… Il dénombrera bientôt 300 implantations en France. Nos agences immobilières ne maillent pas encore tout le  territoire français. Mais notre objectif n’est pas d’en ouvrir coûte que coûte. Nous raisonnons plutôt en fonction des opportunités et de  l’intérêt du marché immobilier local. Au-delà de 450 agences, nous fermerons l’accès à notre réseau en France. La seule option pour  nous rejoindre sera alors d’acheter une agence existante. Cette stratégie assurera à nos licenciés d’avoir une zone de chalandise suffisamment vaste pour permettre de belles rentabilités.

JDA : Qu’est-ce qui, selon vous, attire les futurs licenciés ?

S. B. : Ce qui les attire, c’est notre positionnement de licence de marque, qui constitue une alternative à la franchise traditionnelle et aux  réseaux de mandataires. Pour nous rejoindre, il n’y a ni droit d’entrée ni royaltie à verser. Ce qui ne nous empêche pas d’être sélectifs sur les professionnels qui veulent s’adosser à notre réseau. Ces derniers apprécient également la possibilité d’acquérir une double compétence en tant qu’agent immobilier et expert immobilier. Enfin, notre réseau laisse beaucoup d’indépendance à ses licenciés, que nous considérons comme des chefs d’entreprises à part entière. Cela signifie que notre approche est assez consultative avec eux et toujours bienveillante. Nous proposons des services et des solutions digitales qu’ils sont libres de consommer ou non. Nous  avons par exemple lancé un système de parrainage de biens en ligne, qui connaît un succès grandissant et qui est accessible sans  cotisation supplémentaire.

JDA : Comment avez-vous soutenu vos agences pendant la crise sanitaire ?

S. B. : Certaines de nos agences se sont retrouvées en difficulté à cause de la crise et nous les avons soutenues financièrement, via une  procédure interne bien déterminée. En plus d’investir dans une campagne TV sur TF1 afin de booster leur notoriété juste  avant la sortie  du 2e confinement, nous leur avons proposé des prises en charges forfaitaires totales ou partielles qui comprenaient, par  exemple, des packs d’annonces pour diffuser leurs biens sur les portails. Heureusement, le marché immobilier s’est plutôt bien porté pendant la crise.  Après beaucoup d’attentisme lors du premier confinement, les acheteurs se sont montrés actifs. Nous avons toutefois dû affronter une
pénurie de biens, liée à l’interruption des projets de déménagement de bon nombre de propriétaires.

JDA : Quels projets souhaitez-vous mener ces prochains mois ?

S. B. : D’ici 2022, nous aimerions implanter le réseau en Suisse et en Belgique dans la mesure où leurs marchés immobiliers ressemblent  beaucoup au nôtre. Pour l’instant, nous visons uniquement des pays francophones car nous ne sommes pas prêts à aller en Espagne ou au Portugal, par exemple. L’un de nos projets est également de développer notre offre « Prestige by Arthurimmo.com », suite à une demande  forte de la part de nos adhérents qui souhaitent mieux répondre aux attentes de leurs clients CSP++. Nous visons l’ouverture de 30  agences spécialisées dans le luxe, notamment à Paris, Chambéry, Fontainebleau, Montpellier… Certaines sont déjà ouvertes et d’autres ouvriront en fin d’année.

Du même auteur

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne