TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

Quel budget pour gagner deux lettres sur le DPE ?

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
15 407
Evaluer cet article

À l’issue de 120 projets de travaux de rénovation énergétique qu’elle a accompagnés, l’agence en ligne Imodirect en a retenu des chiffres repères afin de savoir quels gestes de rénovation et quels coûts afférents permettent à un bien de gagner deux lettres de DPE. Des moyennes utiles à avoir en tête afin de guider au mieux les propriétaires dans leur projet de rénovation énergétique !

photo : handsome young man installing a bay window in a new house construction site

En moyenne 2,3 gestes nécessaires pour gagner 2 lettres sur le DPE

L’étude menée sur 120 appartements d’une superficie moyenne de 26 m2 révèle la nécessité de réaliser en moyenne entre 2 et 3 gestes de rénovation (2,3 pour être précis) pour pouvoir réaliser un saut de 2 classes énergie sur le DPE. Dans le détail, 47 % des dossiers étudiés nécessitent 2 gestes pour gagner 2 lettres de DPE, 24 % n’en ont besoin que d’un seul et 12 % de 3. « S’agissant de rénovations de biens locatifs, les propriétaires bailleurs ne cherchent pas à rénover globalement leur logement, mais à assurer la légalité et la pérennité de la mise en location tout en garantissant un certain confort aux locataires », souligne Arnaud Hacquart, président-fondateur d’Imodirect.

Pour réaliser les travaux requis, les propriétaires doivent engager en moyenne 9 940 € TTC, avec un montant d’aides moyen de 3 157 € TTC.

« Jusqu’à présent, il fallait gagner 2 classes du DPE ou réaliser 2 postes de travaux pour obtenir MaPrimeRénov’ », rappelle Arnaud Hacquart « Mais l’assouplissement des conditions d’octroi de MaPrimeRénov, formalisé par un arrêté et un décret publiés le 22 mars, permet d’accéder à l’aide d’Etat avec, sauf exception, un mono-geste sur la période allant du 15 mai au 31 décembre 2024, de quoi réduire les coûts tout en mettant en place des rénovations performantes », ajoute-t-il.

Les analyses d’Imodirect montrent d’ailleurs que le coût moyen d’un geste est de 4 121 € TTC sans aide, mais redescend à 2 812 € TTC avec les aides MaPRimeRénov’ et CEE (certificats d’économies d’énergie).

À lire aussi : Plan d’économies : quel impact pour MaPrimeRénov ?

Double-vitrage et robinets thermostatiques

Les gestes les plus courants relevés par Imodirect sont : la pose de robinets thermostatiques (59 %) et de fenêtres double-vitrage (53 %), suivi de l’isolation par l’intérieur (47 %). L’isolation des combles n’intervient que dans 6 % des dossiers et l’installation d’une VMC à double flux dans 18 % des cas : « Notre analyse reprend les aides conseillées au propriétaire-bailleur afin de gagner 2 lettres de DPE, elle n’inclut donc que les gestes proposés dans ce cadre », précise Arnaud Hacquart.

Les gestes les plus courants ne sont pas forcément les plus coûteux. Dans le cadre d’une rénovation englobant les 7 gestes répertoriés par Imodirect, l’installation de robinets thermostatiques ne représente que 15 % du budget, tandis que la pose de fenêtres double-vitrage et l’isolation par l’intérieur atteignent respectivement 38 % et 25 % du budget d’une rénovation énergétique.

Des chiffres utiles à avoir en tête afin de guider au mieux les propriétaires dans leur projet de rénovation énergétique !

À lire aussi : Quels sont les prix moyens des passoires thermiques ?

Pour aller plus loin : Passoires thermiques : comment le DPE influence-t-il le marché immobilier ?

 

A lire également
Ne manquez pas aussi
Attik images
Du même auteur
Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Sur le même thème
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne Abonnez-vous