Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

Henry Buzy-Cazaux : Pourquoi tant de haine !

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
410
Evaluer cet article

Je n’en reviens pas de voir la passion qui entoure l’examen par le Parlement du projet de loi de Frédéric Lefebvre sur la protection du consommateur, en ce qui concerne son volet logement. C’est en effet une authentique guerre qui s’est déclenchée, ou plutôt plusieurs.

photo :

 

Je n’en reviens pas de voir la passion qui entoure l’examen par le Parlement du projet de loi de Frédéric Lefebvre sur la  protection du consommateur, en ce qui concerne son volet logement. C’est en effet une authentique guerre qui s’est déclenchée, ou plutôt plusieurs.
D’abord, l’amertume de la Fnaim et de l’Unis envers le gouvernement qui, après leur avoir promis d’inscrire dans le  projet de loi les propositions du Livre blanc, les trahit et renvoie le chantier aux calendes grecques (la Grèce évoque décidément bien des douleurs ces temps-ci…). Pour autant, le gouvernement et l’Assemblée nationale font figurer dans le texte de multiples dispositions relatives aux agents immobiliers et aux administrateurs de biens, et pour tout dire de nouvelles contraintes et de nouvelles restrictions.  C’est une première guerre qui s’ouvre-là, dont les professions immobilières n’avaient pas besoin, entre leurs représentants et l’État.

Et je crains que la profession ne s’attache durablement une image revancharde, qui ne rend pas compte de son modernisme. Influe-t-on sur le gouvernement et sur le Parlement avec des pétitions et des pages dans la presse ? Avancera-t-on en vouant aux gémonies le secrétaire d’Etat à la consommation ? Est-on sûr qu’on puisse prendre l’opinion à témoin et qu’elle soit suffisamment en empathie avec les professionnels immobiliers ? A-t-on conscience que la plupart de ces sujets, eussent-ils bien sûr des conséquences sur le consommateur, ne sont pas des thèmes grand public ? Une seconde guerre oppose désormais  es réseaux de mandataires avec, à leur tête le leader Capifrance, au reste de la profession, que je qualifierai de traditionnel.

La querelle des anciens et des modernes revisitée en quelque sorte. L’inconvénient des guerres, au plan intellectuel, est d’ailleurs qu’elles conduisent au manichéisme: celui qui n’est pas de votre camp doit mourir, ou s’incliner. La profession traditionnelle, convaincue que les mandataires ont fait échec aux dispositions issues du Livre blanc, notamment en termes d’obligations de formation, les désigne à la vindicte : à eux le manque de sérieux, de professionnalisme, le risque pour le consommateur, l’opacité, la légèreté, alors que la vertu, la compétence, le service, la rigueur seraient exclusivement du  côté des professionnels traditionnels.  D’expérience, ce n’est pas si  simple. Au demeurant, quand 70 % des agents traditionnels recourent à des agents commerciaux, on  est conduit à nuancer le propos.

Président de l’Institut du management des services immobiliers Groups IGS, université professionnelle

À le nuancer  aussi sur le terrain qui m’est cher, celui de la  formation : l’émission Capital sur M6 a mon tré que le leader des réseaux de mandataires  accordait cinq jours de formation à tout agent  commercial qui le rejoignait. J’ai alors entendu  les pires critiques : « Comment, en cinq jours,  transformerait-on un vendeur d’électroménager en agent immobilier ? » Ah ! Si seulement  tous les négociateurs salariés suivaient cinq  jours de formation continue par an ! Attention  aux discours intégristes.  Pourtant, je discerne du positif dans ce chaos.  La profession réagit, bouge, se montre capable  de cohésion, et on n’avait pas assisté à cela depuis longtemps. Cette belle harmonie, encore  relative (la pétition contre le mandat exclusif a  recueilli 4 000 signatures pour 35 000 agents  immobiliers), laisse augurer de bonnes choses.  Parlons justement de formation. Dans le Livre  blanc des deux grandes fédérations, le choix  de rendre la formation continue obligatoire ou  encore celui de préférer les formations initiales  spécialisées aux généralistes figuraient à la  meilleure place. Comme bien sûr l’obligation  de formation pour les agents commerciaux.

C’est tout cela qui vole en éclats. L’édifice reposait d’ailleurs sur la création d’un conseil national des professions immobilières, dont la gouvernance eût été partagée entre les pouvoirs publics, les consommateurs et la profession.  Je fais une observation : la profession se trouve  de nouveau, sauf coup de théâtre, en cours  d’examen du texte au Sénat, face à une alternative. La liberté de faire, ou l’obligation,  voilà les deux solutions. En demandant aux pouvoirs publics de la contraindre, elle a implicitement avoué qu’elle ne savait pas d’elle- même se discipliner. Elle peut désormais, et elle doit, puisque la loi ne le fera pas à sa place, mettre le cap sans état d’âme sur la formation continue, délibérément.

Il en va ainsi de la formation initiale : le Livre blanc voulait rendre obligatoires les stages pour préparer les futurs  professionnels et favoriser les cycles en alternance… Seulement voilà : les jeunes ont bien du mal à trouver des entreprises qui veuillent  les accueillir. En quelque sorte, on veut des  jeunes opérationnels dès l’embauche, mais on n’est pas spontanément prêt à participer à l’effort de formation.  Vous savez, si vous êtes  assidu à mes « coups  de gueule », que j’avais appelé de mes vœux la  constitution d’un ordre. À quelles conditions  s’instituerait-il ? La première, on l’a oublié, serait que la profession décide de reprendre le pouvoir sur elle-même et de s’auto-administrer. Bien sûr, un ordre aurait la mission régalienne de piloter la formation, initiale comme continue.

La seconde condition pour qu’un ordre voie le jour serait que les pouvoirs publics l’acceptent et déposent un projet de loi : la profession, à l’inverse de se montrer partante pour s’autogérer, va sans cesse tirer la manche du législateur pour qu’il lui donne des  contraintes !  Je voudrais que ce douloureux épisode législatif mène la profession à une réflexion de  fond, et dans la cohésion, puisqu’elle en est  capable : entre le libéralisme (le moins possible d’obligations), le libéralisme contractuel  (l’ordre professionnel) et l’étatisme, qu’elle  fasse une option définitive.

L’impératif de formation et de compétence n’attendra pas, parce  que la valeur ajoutée professionnelle et le respect de l’opinion sont à ce prix, et que ces deux indicateurs me semblent au rouge. J’entends dire que les réseaux de mandataires, qu’on soupçonne d’avoir fait du lobbying contre les dispositions du Livre blanc qui les concernent, seraient en train de rédiger un code de déontologie et de se créer des obligations de formation. Si tel était le cas, ils démontreraient un esprit de responsabilité louable. Ils le feraient à la suite d’initiatives comparables de la Fnaim ou de l’Unis, ou encore de grands réseaux de franchise.

Et si la profession passait de la haine au dialogue et à l’accord sur l’essentiel, au-delà des anathèmes ? Si elle voyait une bonne fois pour toutes, en pleine crise mondiale grave, que l’ennemi est à l’extérieur ? L’ennemi, c’est l’argent qui vient à manquer cruellement dans les ménages, c’est la peur du lendemain qui tétanise tout le monde.  C’est la distribution des crédits qui se ralentit dangereusement. C’est, pour le logement, repère et repaire pour les  français, le besoin impérieux d’un marché intermédié et sécurisant,  de conseils avisés, d’accompagnement du particulier, alors que le taux de pénétration des  agents immobiliers stagne autour de 50 % et le recours au mandat exclusif autour de 10 %.  Ne pas se tromper de combat est un enjeu de  dignité.

Du même auteur

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne