Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

Class Action : rien ne va plus entre Foncia et l’UFC Que Choisir !

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
881
Evaluer cet article
Les faits

L’UFC-Que Choisir vient d’assigner  Foncia devant les tribunaux. L’enjeu  ? « Indemniser 318 000 locataires ayant indûment payé un service d’avis d’échéance à 2,30 € par mois (soit 27,6 € par an) alors que la loi du 6 juillet 1989 sur les rapports locatif prévoir l’interdiction de faire supporter au locataire des frais de relance ou d’expédition de la quittance », précise l’UFC-Que Choisir.  Selon l’association de consommateurs, 44 millions doivent être reversées aux locataires.

La réponse de Foncia

Foncia rappelle qu’au regard de la loi, si la facturation de quittance de loyers était interdite depuis 2009, la facturation d’un service optionnel proposé aux locataires dit « avis d’échéance » n’était pas interdite dans la période visée par l’action.  Pour preuve, 66 % des locataires de Foncia avaient fait le choix de ne pas souscrire à ce service  facultatif et n’ont bien évidemment pas été facturés.

Le Tribunal de grande instance de Paris s’est prononcé en décembre 2013, uniquement sur la  confusion qui pouvait exister, le cas échéant, entre la quittance de loyer et l’avis d’échéance qui  étaient envoyés en même temps.  Contrairement aux informations publiées, le Tribunal n’a en aucun cas déclaré illicite la facturation de l’envoi de l’avis d’échéance.  La loi ALUR votée en 2014, donc publiée après les faits évoqués par l’UFC, a clarifié la règle en la  matière et Foncia se conforme strictement à cette nouvelle réglementation.  Au-delà des montants incohérents des demandes d’indemnisation avancés par l’UFC, Foncia s’étonne  de l’action initiée le1er octobre par l’UFC alors que la cour d’appel, saisie de cette décision de première  instance de décembre 2013, ne s’est toujours pas prononcée.  Foncia a toujours appelé l’UFC au dialogue et regrette vivement qu’elle ait refusé de siéger au Conseil National de la Transaction et Gestion Immobilière, instance mise en place par la loi ALUR avec pour vocation de favoriser le dialogue et la concertation avec les consommateurs.  Le Groupe Foncia se réserve la possibilité d’engager des poursuites judiciaires à l’encontre de l’UFC  Que Choisir en raison du préjudice porté au travail de ses 7500 collaborateurs.

Foncia est confiant dans la justice concernant ces deux actions engagées par l’UFC. ©LeFildeL’immo/BazikPress

Du même auteur

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne