Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

« Baromètre LPI-SeLoger: Ralentissement de la baisse des prix dans l’ancien », Michel Mouillart, Professeur d’Economie à l’Université Paris Ouest

Publié le
Publié le
Réagir 1 réaction
1 397
Evaluer cet article
photo : Michel Mouillart, Professeur d'Economie à l'Université Paris Ouest

 

 

Porte-parole du baromètre LPI-SeLoger, Michel Mouillart, Professeur d’Economie à l’Université Paris Ouest dévoile les dernières tendances des marchés immobiliers.

Ralentissement de la baisse des prix dans l’ancien

Comme chaque année,après la poussée observée pendant l’été, les prix des logements anciens retrouvent plus de calme. La hausse des prix signés constatée pour les appartements et pour les maisons dès avril cède maintenant la place au recul saisonnier : un peu plus rapide pour les maisons (-1,6% sur 3 mois) qui connaissent habituellement une amplitude de variation des prix plus forte (tant à la hausse qu’à la baisse) que pour les appartements (-0,8% sur 3 mois).

Sur un an, les prix des logements anciens restent en recul (-0,1%), même si le rythme auquel les prix reculent ne cesse de ralentir depuis le début de l’année : il était de -0,5% en décembre 2013.

Ce sont les prix des maisons (-0,7% sur un an) qui tirent l’indice global vers le bas, alors qu’en 2013 ils avaient encore doucement progressé (+0,1%).

Pour leur part, les prix des appartements ont mieux rebondi depuis le printemps : avec une hausse encore légère sur un an (+0,2%) certes, mais rompant avec la tendance récessive observée jusqu’alors (-0,9% en 2013, après -1% en 2012).

Poursuite de la baisse des prix dans le neuf

Dans l’ensemble, les prix des logements neufs restent orientés à la baisse (-0,8% sur un an). Ce sont les prix des appartements qui tirent l’indice global vers le bas : leur recul s’est même accéléré au cours des derniers mois et la baisse est maintenant de 1,2% sur un an.

Par contre, les prix des maisons progressent toujours ‘+0,9% sur un an), même si le rythme de progression ralentit fortement depuis le début de l’année.

Des évolutions différentes, d’une ville à l’autre

 

La remontée des prix des appartements anciens se confirme dans près de la moitié des villes de plus de 150 000 habitants. Sur un an, la hausse des prix est maintenant la plus soutenue sur Bordeaux, Nice ou Reims avec une progression de 3 à 4%. Elle se situe sur un rythme moyen de l’ordre de 2% sur Lyon, Paris et Toulouse. Elle est toujours plus lente sur Rennes.

En revanche, les prix des appartements poursuivent leur décrue dans nombre de grandes villes. C’est le cas sur Marseille où le mouvement de baisse des prix n’a pas été freiné par le rebond saisonnier du marché qui s’est constaté durant l’été dans beaucoup d’autres villes, telles Lyon ou Paris par exemple.©LeFildeL’immo/BazikPress

 

Du même auteur

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Sur le même thème

Vos réactions

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Le journal trimestriel

    Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

    Consulter en ligne