Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

ACHETER, un rêve à tout prix , par Perla Serfaty-Garzon, sociologue psychologue

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
97
Evaluer cet article
photo : Sans titre14

Enfin maître en son royaume !

Les voies qui mènent à l’acquisition d’un bien immobilier devraient être sans mystère. Elles devraient être rationnelles, fondées sur une bonne analyse de son budget, sur un tout aussi bon espoir quant à son avenir professionnel et financier, et s’inscrire dans une vision relativement stable de sa vie privée. Pas question d’acheter pour un jour se  retrouver dans la situation de compromettre la rentabilité de cet investissement majeur et qui engage à long, très long terme. Mais le nouveau propriétaire  est heureux ! Enfin chez soi ! Libre d’abattre des cloisons ou de peindre la cuisine en rouge, libre de se laisser aller à une fantaisie jardinière… Et les enfants pourront chacun avoir leur chambre. Et on pourra recevoir les parents pour le week-end.

Le cœur a ses raisons que la raison…

Et pourtant la part de l’irrationnel est grande dans l’acquisition. L’histoire intime de chacun joue un rôle dans l’achat, en particulier d’une maison. L’un a un coup de coeur pour un appartement très ensoleillé qui lui rappelle une enfance méditerranéenne, sans prendre la peine de s’attarder sur une distribution intérieure inadaptée au mode de vie de sa famille. L’autre a souffert de voir la maison familiale campagnarde vendue et, sans trop s’interroger sur ses raisons, poursuit le rêve d’une maison et d’un verger dans une lointaine banlieue, quitte à doubler le temps de ses déplacements quotidiens. Un troisième est poussé par sa soif de statut social dans l’acquisition d’un domaine qui impressionnera famille et amis, au risque de lourdes charges financières.

Un projet de vie avant tout

Dans ces histoires d’amour, il n’y a pas d’ombres telle la perspective de la perte de son emploi ou de son conjoint. Elles gomment pour un temps les tracas du déménagement, des réaménagements et de l’entretien. Elles ne laissent pas de place à la prise de conscience des contradictions de la liberté nouvellement acquise. La liberté d’être chez soi est inséparable des solides fils à la  patte que représentent le crédit immobilier, les permis de construire et de modifier sa  maison, et les coûts d’entretien, sans compter la perte de la mobilité résidentielle. Mais voilà : le rêve de devenir  propriétaire est bien ancré et la majorité d’entre nous continue à le poursuivre. C’est qu’il semble donner au projet de vie familiale un poids et un sérieux supplémentaires. Justement parce qu’il exige des efforts et la prise de risques.

Du même auteur

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne