La première étape de l’entretien d’embauche consiste à se présenter brièvement au recruteur. Vous avez donc 2 ou 3 minutes pour convaincre, pour séduire. Alors comment faire ? Et surtout comment être efficace ? Explication.

photo : fotolia_71131803_subscription_monthly_m

La première chose que les recruteurs demandent aux candidats lors d’un entretien d’embauche, c’est de se présenter brièvement. Et cette « phase d’introduction » est essentielle. Tout se joue souvent à cet instant, durant les 2 ou 3 premières minutes. Inutile pour autant de vous décomposer. Pire, de chercher vos mots ou de bafouiller. Ce n’est pas une question piège. A condition de vous y être préparé.

Soyez naturel

Pour ne pas « louper » votre présentation, soignez-la. Ce qu’attendent de vous les recruteurs ? Une personne sûre d’elle, une voix claire, un discours concis. Pour vous préparer, jetez deux ou trois jours avant l’entretien vos idées sur une feuille de papier puis développez-les à haute voix, plusieurs fois. Placez-vous devant un miroir, bien droit, et tâchez d’avoir l’air dynamique. Et pour cause, rappelez-vous : la 1ère impression est souvent celle que l’on retient. Pas question donc d’être raide, figé … Attention, préparer ne veut pas dire apprendre par cœur. Si vous donnez le sentiment de réciter votre texte, vous manquerez de naturel et cela passera aux yeux du recruteur pour un manque de confiance en vous. Regardez le recruteur dans les yeux. Et lancez-vous. Le discours doit sortir tout seul.

Dressez votre auto-portrait

Il ne s’agit pas ici de développer votre CV. Non, le recruteur attend que vous exposiez vos compétences, vos motivations et que vous livriez votre parcours professionnel en plusieurs étapes. Alors, ne vous éparpillez pas. Faites le tri et éliminez vos expériences qui ne collent pas avec le profil du poste.

A ce stade de l’entretien, ne parlez pas de vous. Ce sont bien de vos réalisations professionnelles dont il s’agit. Pas de vos qualités et de vos défauts. A la fin de votre speech, votre interlocuteur doit penser qu’il a eu raison de vous faire venir et doit avoir envie d’en savoir plus.

N’en faites pas trop

Les jeunes diplômés tombent souvent dans le panneau : pour avoir l’air d’être les meilleurs, ils en font trop et agacent le recruteur.

Qui suis-je, d’où je viens et où vais-je ?

Pour vous préparer, vous devez vous poser ces 3 questions. Elles vous aideront à recentrer votre discours sur ce qui est vraiment important. Pour vous aider, voici une liste des éléments à communiquer au recruteur :

  • Vos nom et prénom
  • Votre âge
  • Votre situation personnelle
  • Un résumé de votre formation
  • Quelques précisions sur vos débuts dans la vie active
  • Vos expériences professionnelles les plus marquantes
  • Votre poste actuel
  • La raison pour laquelle vous avez répondu à cette annonce
  • Ce que vous pouvez apporter à l’entreprise

Projetez-vous dans le poste que vous convoitez

Beaucoup de candidats focalisés sur leurs expériences passées oublient de conclure sur les raisons qui les ont poussés à postuler. C’est important de vous arrêter un instant sur ce point car, que cherche à savoir le recruteur ? Si vous avez les qualités requises pour le poste et si vous pouvez apporter un plus à l’entreprise. S’il en a le sentiment, il cherchera à en savoir davantage.

Olivia Delage/byBazikPress

Cet article vous a été :
Newsletterinscrivez-vous dès maintenant

Je m'abonne

VOIR LES NEWSLETTERS

Réagissez
Réagir
0
réaction
Dans la même rubrique
Soyez le premier à réagir sur cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *