Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

Le marché immobilier marque la pause

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
1 222
Evaluer cet article

La pause du marché se confirme selon MeilleursAgents qui vient de publier la 96ème édition de son baromètre mensuel des prix de l’immobilier résidentiel à Paris, en Île-de- France et dans les dix et cinquante plus grandes villes de France.

photo : Fotolia_163780824_Subscription_Monthly_M

Pas de hausse des taux d’intérêts à moyen terme, incertitudes sur la fiscalité immobilière, avenir de l’encadrement des loyers à Paris… autant de signaux adressés aux acheteurs et aux investisseurs qui prennent leur temps pour se lancer dans un projet immobilier. Analyse de MeilleursAgents.com.

Les prix à la baisse en Ile-de-France…

En octobre, la pause de la demande oriente légèrement les prix à la baisse en région parisienne. Dans la capitale, les prix moyens ont baissé de -0,1 % en octobre (-0,2 % pour les petites surfaces, studios et deux-pièces), alors que les trois-pièces et plus restaient stables. Une tendance qui s’observe partout en Ile-de-France : en moyenne, -0,3 % en petite couronne et -0,1% en grande couronne.

…et à la hausse en province

À l’exception de Marseille (-0,8 %), Strasbourg (-0,5 %) et Lille (-0,2 %), les prix des grandes villes de province restent plutôt orientés à la hausse : +0,2 % à Toulouse, +0,4 % à Montpellier, +0, 6 % à Nantes, +0,7 % à Lyon, +0,9 % à Nice et +1,4 % à Bordeaux. Bordeaux, qui sur un an, fait figure d’exception. En effet, l’augmentation des prix y a atteint +16,9 % ! Le prix moyen du mètre carré dans l’ancien s’établit ainsi à 3 600 euros et peut atteindre 5 400 euros. Cette inflation galopante est indiscutablement due à des investisseurs très actifs qui, à eux seuls, génèrent 35 % des nouvelles acquisitions, constate MeilleursAgents.com, atttirés par la ville et sa région de plus en plus attractives. Dernière innovation en date, l’ouverture de la ligne à grande vitesse qui place désormais Bordeaux à 2 heures de la capitale. Même si, note MeilleursAgents.com, les Parisiens ne représentent pas la majorité des investisseurs à Bordeaux.

L’encadrement des loyers en question ?

On peut se le demander, au vu de la décision du tribunal administratif de Lille d’annuler l’encadrement des loyers mis en place par Martine Aubry depuis le 1er février 2017. Saisie notamment par l’Union nationale de la propriété immobilière (UNPI) du Nord, le tribunal administratif a estimé que l’encadrement des loyers, fixé par un arrêté du préfet du Nord, « ne pouvait pas être appliqué dans la seule commune de Lille » et aurait dû concerner « l’ensemble de l’agglomération lilloise ».

Et Paris ? Selon MeilleursAgents.com, le gouvernement devrait faire appel de cette décision et maintenir l’encadrement des loyers à Paris. Mais quelle est la situation dans la capitale après deux ans d’encadrement ? MeilleursAgents.com constate que la disposition n’est pas totalement respectée dans la capitale et rien ne permet aujourd’hui de mesurer son efficacité et son impact sur les loyers. « Nous constatons encore aujourd’hui que près d’un tiers des nouvelles annonces de biens à louer affichent toujours des prix supérieurs à ceux autorisés. À l’évidence, 30 % des appartements parisiens ne peuvent pas tous présenter des caractéristiques exceptionnelles pour justifier ces écarts », explique Sébastien de Lafond.

©byBazikPress© rh2010 – Fotolia.com

Du même auteur

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne