Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

Estimation immobilière : Gérald Darmanin rend publique la base de données des prix détenue par l’Administration fiscale

Publié le
Publié le
Réagir 6 réactions
13 035
Evaluer cet article

Les données foncières des cinq dernières années sont désormais accessibles à tous en open data. C’est Gérald Darmanin, Ministre de l’Action et des Comptes publics qui vient de l’annoncer à l’occasion d’un hackathon à Bercy.

photo : AdobeStock_63793591-1

En application de la loi pour un Etat au service d’une société de confiance (ESSOC) portée et mise en œuvre par le Ministre de l’Action et des Comptes publics, la Direction générale des Finances publiques (DGFiP) a publié mercredi 24 avril l’intégralité des données foncières sur les 5 dernières années.

Ces données étaient jusqu’alors uniquement accessibles aux contribuables depuis leur espace authentifié sur impots.gouv.fr, de manière limitée (50 recherches sur 3 mois) et pour une utilisation fiscale. Elles seront désormais intégralement ouvertes et téléchargeables sur le site data.gouv.fr à l’adresse suivante : https://cadastre.data.gouv.fr/dvf

L’ouverture de cette base « Demande de valeur foncière » (DVF) permet de mettre à disposition de tous, l’ensemble des informations détenues par l’administration fiscale en la matière, notamment :

– le prix de vente et la date de transaction d’un bien bâti ou non bâti

– le descriptif du bien : nombre de pièces, surface, numéro du lot, etc.

– la géolocalisation, grâce à une interface dédiée exclusive : https://app.dvf.etalab.gouv.fr/

« La mise en ligne de ces données permettra d’améliorer considérablement la connaissance des prix sur le marché immobilier, au bénéfice des citoyens, des acteurs économiques du secteur comme des collectivités territoriales », a déclaré Gérald DARMANIN. 

Le Ministre a ensuite donné le départ d’une journée de « hackathon » organisée par la DGFiP en partenariat avec Etalab, au cours de laquelle les professionnels ont pu s’essayer à développer des projets innovants pour faciliter l’exploitation par le grand public des données de la base DVF.

Du même auteur

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Sur le même thème

Vos réactions

  • Par Agence sujet verbe complément, il y a 2 mois

    L’accès public à des données collectées avec de l’argent public est plus que légitime ! Ceci permettra de développer des services permettant l’accès de toutes et tous à l’information ce qui est une excellente chose.

  • Par baggio, il y a 3 mois

    Le logiciel ne semble pas permettre de trier par département, et télécharger tout n’est pas utile.

  • Par Immo Data, il y a 4 mois

    Si cela vous intéresse, nous avons réalisé un site pour visualiser facilement les résultats sur une carte et les filtrer selon de multiples critères.

  • Par DABO, il y a 5 mois

    Très intéressant.
    Mais il faut savoir que cette base de données ne contient pas de mutations en Haut-Rhin, Bas-Rhin, (régime spécial ALSACE-MOSELLE) Moselle et à Mayotte.

    Vraiment dommage !!!

  • Par BAS Claude, il y a 5 mois

    Bonjour,

    Dans un long article, j’ai publié avec ImmoBas ma vision sur ce point.
    Les portails continuent de scier la branche sur laquelle ils sont assis.
    Cela contribue à faire le terreau d’autres portails qui ont aujourd’hui une réelle profondeur en terme de retour clients. Quand on sait que 42% des appels via nos agences et collaborateurs sont perdus, en continuant dans cette voie, on va surement y gagner de ne plus travailler avec ceux qui, non content de nous prendre de l’argent ne tarderont pas à nous prendre directement nos propres clients.
    Le Bon Coin a du bon temps devant lui, au fond c’est tant mieux, nous aurons moins de fournisseurs pour plus d’expertise.
    Les clients, eux, auront juste une seule application pour disposer de tous les biens en ventes sur la planète.
    Claude BAS

  • Par Rémy NERRIERE, il y a 5 mois

    Les adresses des biens (numero de rue, rue, ville) sont présentes dans les résultats ce qui peut poser la question des données personnelles, les résultats pouvant être facilement rapportées à une personne (acquéreur ou vendeur). La base PATRIM ne contenait pas ces précisions. Est ce que tout à chacun acceptera que le prix d’acquisition ou de vente de son bien soit rendu ainsi public ?
    Rémy NERRIERE – formateur r.nerriere@immo-formation.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne