Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

Le marché immobilier des commerces fragilisé : comment y remédier ?

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
920
Evaluer cet article

La RICS nous livre son analyse du marché de l’immobilier d’entreprise au 1er trimestre 2019, à travers les résultats de son baromètre international.

photo : 175c1c86-f409-41e2-9475-11c644304dd3

Les résultats du baromètre international de la RICS du premier trimestre 2019 confirment la solide dynamique du marché de l’immobilier d’entreprise en France et dans les autres marchés de l’Eurozone, particulièrement en matière d’investissements. Seul le segment du commerce présente aujourd’hui une certaine fragilité et sa mue. Le colloque « Retail : l’avenir du centre-ville, c’est le commerce », organisé en avril dernier par la RICS, en partenariat avec le Procos et le CNCC, a permis d’esquisser des réponses susceptibles de remédier à cette situation préoccupante pour la cohésion des territoires en France.

L’étude de la RICS confirme la fragilité des biens commerciaux en France

Alors que l’étude RICS, première référence mondiale en matière de normes professionnelles dans le secteur du foncier, de l’immobilier et de la construction, révèle que la demande des utilisateurs et des investisseurs continue à augmenter fermement pour les bureaux et actifs industriels, les indicateurs demeurent plus contrastés pour le secteur du retail (une tendance observée depuis un an). En conséquence, l’offre disponible augmente légèrement pour les commerces, alors qu’elle se contracte pour le marché de l’immobilier d’entreprise dans son ensemble, tous secteurs confondus.

De même, la RICS anticipe en France une baisse de la valorisation et des loyers pour les emplacements secondaires dans les douze prochains mois et une moindre augmentation voire une baisse pour les commerces prime. A l’inverse, les perspectives de valorisation et de revenus locatifs pour les bureaux prime sont celles qui progressent le plus au cours de ce trimestre, tirant vers le haut le marché des bureaux secondaires dont les prévisions sont réévaluées à la hausse par rapport au trimestre précédent.

L’immobilier d’entreprise est aujourd’hui légèrement surévalué

Il convient enfin de noter que 80% des participants de l’étude estiment que le marché de l’immobilier d’entreprise est aujourd’hui légèrement surévalué par rapport aux fondamentaux économiques. Des tendances similaires au marché français de l’immobilier d’entreprise – dynamisme des segments de bureaux et actifs industriels et mue des commerces – sont également observées au niveau européen.

Selon Magali Marton, MRICS, Responsable du groupe Recherche immobilière de la RICS en France « Les actifs de commerce sont sans nul doute les plus questionnés par les investisseurs quant à leur pérennité : montée en puissance du e-commerce, transformation des espaces de ventes en show-room, des centres commerciaux en lieux de rencontres et d’amusement. Bien loin du retail bashing, c’est bien la mue de ces espaces de consommation qui en font aujourd’hui des actifs polymorphes mais toujours aussi porteurs de valeur intrinsèque. »

Selon Thierry Bonniol, MRICS et Directeur Associé Retail Transaction France de BNP Paribas Real Estate : « La consommation des ménages en France est résiliente : les ménages français sont parmi ceux qui consomment le plus en Europe. Toutefois, avec la montée en puissance du e-commerce, les enseignes adaptent leurs concepts de magasins, mais aussi leurs stratégies d’implantation et leurs développements. Aujourd’hui, les acteurs du Retail rivalisent d'ingéniosité pour répondre aux nouveaux enjeux en multipliant les points de contact au plus près du client, qu’ils soient physiques ou digitaux. La crise des Gilets jaunes a également eu des conséquences non négligeables, tant sur le plan de la fréquentation que du chiffre d’affaires. Ces éléments expliquent la relative faiblesse des performances du Retail. Néanmoins, le chiffre d’affaires du marché du commerce en France devrait continuer à croître en 2019. »

Des solutions : « retail : l’avenir du centre-ville, c’est le commerce »

Le colloque retail organisé le 18 avril dernier par la RICS en partenariat avec la Fédération Procos et le CNCC (Conseil National des Centres Commerciaux) a permis de susciter un débat constructif entre les professionnels de l’immobilier et du commerce. A travers des témoignages exemplaires et la valorisation de success stories (Franprix, Maxi Bazar, JD Sport, la ville de Troyes), un certain nombre de propositions ont été esquissées afin de favoriser une meilleure adaptation des enseignes à l’évolution des centres-villes et une nouvelle dynamique de la ville en faveur du développement du commerce. Elles pourraient nourrir le « Plan Action Cœur de Ville » lancé par le gouvernement, qui a prévu d’allouer 5 milliards d’euros au redéploiement de 222 villes moyennes françaises. Rollon Mouchel-Blaisot, Préfet et Directeur du programme national « Action Cœur de Ville », a contribué aux échanges lors de la seconde table ronde du colloque.

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Du même auteur

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne