Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

« Nos collaborateurs sont nos premiers clients », Yann Jéhanno, président de Laforêt

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
947
Evaluer cet article

Entretien avec un président de réseau immobilier optimiste, qui voit ses franchisés progresser dans tous les domaines.

photo : dossier laforet
JDA : Quel a été l’impact de la crise sanitaire sur votre activité ?

Yann Jéhanno : Depuis plusieurs mois, nous traversons une période inédite. En mars, si le confinement a contraint nos agences à fermer leurs portes au public, elles sont restées joignables grâce aux permanences téléphoniques et à nos réseaux sociaux.

A partir du 11 mai, nous avons pu accueillir de nouveau nos clients et les agendas se sont vite remplis. En moins d’une semaine, nous avions presque retrouvé notre activité habituelle. Depuis, nous enregistrons une forte accélération. Aux projets qui avaient été reportés sont venus s’ajouter ceux qui sont nés durant le confinement. En juin et en juillet 2020, nos volumes de vente sont supérieurs de plus de 10 % à ceux de l’année dernière. En parallèle, les activités de location et d’administration de biens connaissent une croissance spectaculaire qui nous permet d’envisager la fin d’année avec optimisme et nous conforte dans notre stratégie de diversification.

JDA : Comment avez-vous traversé la période de confinement ?

Y. J. : Du 17 mars au 11 mai, nous avons déployé plusieurs plans d’actions commerciales incluant des volets destinés aux vendeurs, aux acquéreurs, aux bailleurs, aux locataires, aux avis clients, aux réseaux sociaux… A la  reprise, pour rassurer nos clients et les collaborateurs de nos agences, nous nous sommes appuyés sur notre propre guide de préconisations sanitaires, validé par le leader mondial de la certification, ainsi que sur un manuel interne qui détaille les méthodes et processus métiers à mettre en oeuvre dans ce contexte si particulier.

Nous avons redoublé d’efforts en matière de formation et de coaching avec plus de 250 webinaires et 80 classes virtuelles organisés sur la période. Au total, ce sont 1 500 membres du réseau Laforêt qui en ont bénéficié. Tout cela a été rendu possible par la politique de digitalisation que nous menons depuis quatre ans et qui comprend notamment une plateforme de formation digitale, une solution dématérialisée d’imprimés juridiques, l’estimation en ligne, la signature et la lettre recommandée électronique ou encore les groupes WhatsApp et la solution de visioconférence Zoom.

JDA : Comment vos franchisés ont-ils vécu la situation ?

Y. J. : Depuis notre création en 1991, ce n’est pas la première crise à laquelle nos franchisés sont confrontés. Nous les  avons assistés pour organiser leurs équipes, pour recourir aux dispositifs proposés par l’État et pour accompagner leurs clients. Nous avons également apporté notre soutien financier par le report des redevances et les efforts de nos fournisseurs référencés. Comme tous les chefs d’entreprises, nos franchisés ont eu à coeur de mettre à l’abri leurs collaborateurs et leurs sociétés. Nous avons aussi activé la « ligne directe Laforêt ». Un seul numéro de téléphone et un e-mail unique derrière lesquels se trouve une équipe d’experts capables de traiter les questions juridiques, comptables et commerciales.

JDA : Comment vos agents immobiliers peuvent-ils rattraper ces mois d’inactivité ?

Y. J. : Tout d’abord, en ne limitant pas la phase de rebond à l’année 2020. Il est d’ores et déjà indispensable de se projeter en 2021. Ensuite, en apportant un soin particulier aux collaborateurs en place. L’agence Laforêt est un lieu où l’on prend plaisir à venir travailler. Les trophées Happy At Work en 2019 et Meilleur employeur de France en 2020 démontrent que nous disposons de tous les outils pour accompagner les débutants comme les confirmés, pour encourager la progression et reconnaître la performance. Sans négliger la consolidation des équipes grâce à  notre CVthèque qui reçoit chaque année plus de 30 000 candidatures. Enfin, en profitant de la visibilité et des contacts issus de notre site Laforêt.com dont le trafic va de record en record avec plus de 1 500 000 visites chaque mois et de nos réseaux sociaux qui comptent désormais plus de 160 000 abonnés.

 

JDA : Quels conseils leur donnez-vous pour les mois qui viennent ?

Y. J. : Accélérer le pas dans tous les domaines. La satisfaction client est au coeur de nos préoccupations, il est donc essentiel de continuer à l’améliorer. Dans ce domaine, nous pouvons nous appuyer sur l’Enquête de satisfaction clients Laforêt qui recueille chaque année les avis de plus de 40 000 clients et prospects à différentes étapes de la relation afin d’évaluer chaque agence et chaque collaborateur. Deuxièmement, mieux s’organiser, gagner du temps, partir à la conquête de nouveaux clients et de nouvelles parts de marché. Cela passe nécessairement par le recours aux outils digitaux mais également par les incontournables de la profession : le Fichier AMEPI et Bien’ici, dont nous sommes respectivement administrateur et cofondateur. Troisièmement, assurer la montée en  compétences des équipes, aussi bien sur le savoir-faire commercial et juridique que sur le savoir- être.

JDA : Où en est le développement du réseau ?

Y. J. : Nous avons recruté une cinquantaine de nouveaux franchisés au premier semestre 2020. Certains d’entre eux créeront de nouvelles agences, d’autres reprendront celles de franchisés qui souhaitent partir à la retraite. Ce dynamisme est dû en partie à notre parcours de développement totalement digitalisé. La signature électronique, ça marche aussi pour le contrat de franchise, et nos webinaires hebdomadaires « Laforêt en live » ont rapidement trouvé leur public. Depuis la sortie du confinement, le nombre de candidats à la franchise a explosé. Les créateurs  et repreneurs d’agences sont encore plus motivés qu’auparavant.

JDA : Pourquoi rejoindre la franchise Laforêt ?

Y. J. : Rejoindre Laforêt, c’est rejoindre l’une des marques françaises les plus connues, tous secteurs confondus. Un pionnier de l’immobilier depuis vingt-neuf ans, régulièrement récompensé pour faire bouger les lignes. Rejoindre Laforêt, c’est rejoindre un réseau soucieux de chaque agence et de chaque collaborateur. Ce sont nos premiers clients, nous les aidons à progresser et leur offrons une multitude d’opportunités. Parce que notre ADN est porté sur la formation, la montée en compétences et l’ascenseur social.

Enfin, rejoindre Laforêt, c’est rejoindre un leader qui s’appuie sur un actionnaire solide et présent dans  l’immobilier depuis trente ans : Arche.

 

 

JDA : Quelles sont les opportunités au sein du réseau ?

Y. J. : Plus que jamais, nous souhaitons nous rapprocher de nos clients partout en France. Afin de parfaire notre maillage, nous proposons près de 400 opportunités d’implantations, aussi bien en gagnant les préfectures où nous ne sommes pas encore installés (Ajaccio, Chartres, Mont-de-Marsan, Nîmes…), qu’en accoissant significativement notre présence dans les métropoles de plus de 400 000 habitants où nous sommes déjà implantés comme Bordeaux, Nantes, Nice, Strasbourg ou Toulouse. Et si notre développement à l’international est momentanément suspendu du fait du contexte sanitaire, nous entendons poursuivre notre essor en outre-mer (Nouvelle Calédonie et Réunion).

JDA : Quel est le profil de vos franchisés ?

Y. J. : Désormais, nous accueillons davantage de professionnels de l’immobilier que de candidats en reconversion. D’une part, ce sont des agences immobilières indépendantes qui souhaitent profiter de notre notoriété, accéder à nos méthodes éprouvées et accélérer leur développement. Nous leur réservons d’ailleurs des conditions financières préférentielles. D’autre part, les négociateurs immobiliers et managers d’agence sont nombreux à nous solliciter  pour créer ou reprendre une entreprise. Ces derniers sont très intéressés par notre formation Visa Manager Laforêt qui délivre un diplôme débloquant toutes les cartes professionnelles. Phénomène plus récent, beaucoup de mandataires immobiliers, en proie à l’isolement, nous contactent pour implanter leur propre agence immobilière physique et accroître leur ancrage local.

Ariane Artinian

Après des études à Dauphine et à Sciences Po, elle opte pour le journalisme. Après avoir piloté les dossiers immobiliers de magazine grand-publics tels Capital ou Challenges, elle fonde BazikPress, agence de production de contenu éditorial spécialisée dans l'information pratique et dans l'immobilier. Elle dirige aujourd'hui la rédaction du Journal de l'Agence.

Du même auteur

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne