Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

« Encadrement des loyers : ou l’arroseur arrosé. », Bernard Cadeau

Publié le
Publié le
Réagir 4 réactions
2 408
Evaluer cet article

Ou dit autrement, comment une idée, spontanément et intuitivement bonne et généreuse se retourne, à terme, contre celles et ceux qu’elle était censée protéger !

photo : bernard cadeau journal de l'agence

Mais, revenons à la genèse de ce concept : les prix des loyers sont trop élevés dans les grandes agglomérations, alors une seule solution s’impose, c’est l’encadrement de ces loyers ! CQFD .

Dorénavant, l’état donne son feu vert aux communes qui le demandent et ce sont sept zones qui sont concernées, dont Paris, Bordeaux et Lyon pour ne citer qu’elles.

Cette belle construction intellectuelle, sans doute murie dans la quiétude de bureaux officiels, fort éloignés des réalités, pourrait s’entendre à deux conditions : un exact équilibre entre offre et demande de logements d’une part et je dirais surtout si nous étions dans une économie administrée par la puissance publique propriétaire de l’ensemble du parc locatif. Dans cette hypothèse, au pays des rêves, on pourrait y croire et donc approuver cette autorégulation des prix !

Mais ce serait ignorer la réalité et a minima deux points fondamentaux.

Tout d’abord, il faut rappeler que la pression sur les prix des loyers en zones dites tendues résulte d’un déséquilibre structurel historique entre offre et demande de logements. Dit autrement, il n’y a pas assez de logements face à une demande toujours plus forte.

Rappelons ensuite que nous sommes dans une économie de marché, et que, malgré les efforts importants du logement social pour élargir le parc, le plus important potentiel réside dans l’investissement privé, guidé par une seule boussole :la confiance.

Les investisseurs institutionnels reviennent sur le marché (et c’est très bien) car ils ont confiance dans ce marché. Ils devront toutefois démontrer leur volonté d’y rester durablement.

La confiance, c’est l’alpha et l’Omega des particuliers qui aiment la pierre, qui y croient et qu’y sont prêts à investir leurs économies et prendre le risque financier comme tout investisseur. Or quelle perspective leur offrir si quelques mois ou années après leur acquisition (calculée sur 10 à 15 ans ou plus), l’encadrement des loyers tombent comme une sanction à leur égard, comme s’ils étaient responsables du déséquilibre de marché ?

Il y a une injustice flagrante à leur égard : ils ont contribué (un peu) à résorber le déficit de logements, sont considérés comme responsables du niveau des prix et sanctionnés ! Pas étonnant d’avoir remarqué l’afflux de propositions de loyers meublés de courte durée (suivez mon regard) qui assèchent encore plus le marché de la location longue durée.

Si trop de signaux négatifs leurs sont adressés, ne soyons pas surpris que ces bailleurs privés, modestes pour la plupart, se détournent de cet investissement, réalisé,ne l’oublions pas, de leur propre volonté.

La boucle sera alors malheureusement bouclée : moins d’investisseurs égale moins de logements et moins de logements égale toujours plus de pression sur les prix. C’est perdant perdant ! Nous ne pouvons accepter ce jeu à somme nulle ! Attaquons-nous aux causes profondes plutôt qu’aux conséquences, et mettons en œuvre les solutions propices à un rééquilibrage de l’offre et de la demande ! Nous sommes là au cœur du sujet logement de la prochaine Présidentielle.

A lire également

Bernard Cadeau

Bernard Cadeau a débuté une carrière d’agent immobilier en 1979 en achetant une agence membre du réseau Orpi. Après avoir occupé différentes fonctions locales et nationales, il a dirigé Orpi France durant 18 ans dont 12 en qualité de président national.
Au cours de ces années, il s’est attaché à faire progresser la notoriété de la marque Orpi, sa performance commerciale, l’élargissement des métiers ainsi que son influence médiatique.
Homme de projets et de convictions, il s’est toujours attaché à raisonner globalement et dans l’intérêt de la profession. Il est ainsi Co fondateur du système de partage de mandats AMEPI, du portail Bien ici ;il a siégé au CNTGI .
Passionné par les sujets économiques, politiques et sociétaux, il intervient dans de nombreux débats ; il est le référent logement de l’Institut Sapiens.
Il est reconnu comme l’un des spécialistes du logement et de l’immobilier en France.
Il est également chroniqueur et conseil.
Il est enfin, à ce jour, Délégué général de Partage+, association dont l’ambition est de fédérer l’ensemble des systèmes de partage de mandats exclusifs ainsi que tous les professionnels qui ne partagent pas encore leurs mandats.

Du même auteur

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Sur le même thème

Vos réactions

  • Par BRIZ, il y a 4 jours

    Un article qui dépeint la réalité avec à la fois, une très grande cohérence et une bonne dose de logique. Cette appréciation des choses rend donc inutile in fine l’encadrement des loyers. Nous le constaterons très probablement lorsqu’un bilan sera fait à moyen terme sur le sujet.

  • Par Rémy NERRIERE, il y a 5 jours

    attention il y a quelques petites contradictions et ce n’est pas aussi simple : les particuliers qui investissent dans la pierre via notamment le Pinel sont contraints de louer à des loyers encore plus bas que le plafonnement ; donc la pression sur eux existait bien avant cette réforme. Il y aurait d’ailleurs beaucoup à dire sur le prix au m2 pratiqué dans le neuf par les promoteurs. Les contraintes actuelles visent plutôt des propriétaires fonciers en place depuis plus de 15 ans, qui en effet pourraient faire le choix de ne plus louer en résidence principale…

  • Par Claude, il y a 6 jours

    Je partage pleinement ces arguments mais toutes personnes qui réfléchi un peu ne pourrait que les partager . Alors pourquoi nos politiques s’obstinent à vouloir mettre en place ce plafonnement sans chercher à construire pour résoudre réellement le problème ?

  • Par Nart, il y a 10 jours

    Bernard President 
    Bernard President !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne