Offrir des avantages à des parrains vous mettant en relation avec des filleuls susceptibles de vendre un bien est excellente technique pour capter des mandats… Etienne Petit, associé fondateur de Modelo Doc rappelle les règles du jeu.

photo : Fotolia_86495211_Subscription_Monthly_M

Une offre promotionnelle ancienne, mais encore très souvent utilisée pour faire entrer du mandat : vous demandez à un client, le « parrain », de vous communiquer les coordonnées d’une personne, le « filleul », susceptible de vouloir vendre ou louer un bien et si l’affaire se fait, ce parrain et, éventuellement, son filleul recevront un avantage. Sur le plan juridique, le fait d’initier une opération de parrainage est autorisé tant que la pratique demeure loyale. En d’autres termes, il ne faut pas que votre promotion devienne trompeuse par action (vous affirmez une chose fausse) ou par omission (vous omettez de dire une chose importante). « Pour éviter ces écueils, il est impératif de vous poser les questions suivantes », rappelle Etienne Petit, associé fondateur de MODELO DOC.

Pur en savoir plus rendez-vous sur  MODELO ou contact@modelo.fr

Qui sera le « parrain » ?

A vous de décider : un client de l’agence immobilière , un ancien client, un tiers dans le cadre d’une opération de boîtage, par exemple, etc.

Qui sera le « filleul » ?

Une personne susceptible de vous confier la vente ou la location d’un bien lui appartenant.

Quelle contrepartie ?

A vous de choisir la nature de l’avantage que vous avez décidé d’attribuer au « parrain » : un smartphone, une tablette, un dîner au restaurant, etc. Idem pour l’avantage éventuellement consenti au « filleul ».

Quelle(s) condition(s) ?

A vous de choisir et de déterminer précisément l’évènement qui va déclencher l’attribution de la contrepartie : la conclusion d’un mandat de vente ou de location, exclusif ou non, la réalisation effective de la transaction, etc.

Quelle durée ?

Il est toujours préférable de fixer une date de fin. Ensuite, libre à vous de retenir une période plus ou moins longue.

A savoir : pour la CNIL, le filleul doit connaître l’identité du parrain et les informations concernant le filleul ne peuvent être utilisées qu’une seule fois sauf s’il accepte expressément de recevoir de nouvelles offres.

Une fois que vous aurez apporté une réponse à ces questions, à vous de les reprendre sur vos supports de communication (affichettes, encarts presse, flyers, etc.) en veillant à ce que votre message soit bien dépourvu de toute ambigüité.

N’oubliez pas les mentions légales

Et pensez à mentionner sur ces mêmes supports vos mentions légales d’identification, à savoir votre dénomination sociale, votre forme sociale et votre capital social, votre numéro RCS suivie du nom de la ville où se trouve le greffe où elle est immatriculée.

Exemple : « Vous connaissez une personne qui cherche à vendre son appartement.  Présentez-la-nous et si elle nous confie sa vente dans le cadre d’un mandat exclusif, nous vous offrons un smartphone.

Offre valable du 15 au 31 octobre inclus – ACIMMO, SARL au capital de 15 000 €, RCS Tours n° 34543245 »

Etienne Petit © Bacho Foto – Fotolia.com

Cet article vous a été :
Newsletterinscrivez-vous dès maintenant

Je m'abonne

VOIR LES NEWSLETTERS

Réagissez
Réagir
0
réaction
Dans la même rubrique
Soyez le premier à réagir sur cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *