Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

« Le Président Macron en veut-il à la profession ? », Henry BUZY-CAZEAUX, Président de l’IMSI

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
431
Evaluer cet article

Depuis son arrivée au pouvoir, Emmanuel Macron a multiplié les signes de désamour, voire de mépris, vis-à-vis du logement.

photo : Henry Buzy Cazaux

Il est temps de regarder les choses en face et d’appeler un chat un chat : la communauté immobilière éprouve le  sentiment inédit que le chef de l’État français ne l’aime pas. Certes, de mémoire de femme ou d’homme du secteur, les rapports entre l’exécutif et les acteurs du logement n’ont pas toujours été roses. Pour autant, Si le sujet était indifférent à Nicolas Sarkozy, François Hollande s’y intéressait. Jacques Chirac ou François Mitterrand ont, eux, marqué pour ce dossier une attention réelle, avec quelques grandes lois votées sous leur règne… et parfois moins  de bienveillance.

L’immobilier ne crée pas de richesses

Avec notre nouveau Président, rien de semblable, mais l’impression d’un vrai rejet ou d’une suspicion. Un désamour  quoi qu’il en soit. Il y a d’abord eu des mots, révélateurs d’une pensée peu affectueuse pour l’immobilier : la « rente » est encore dans tous les esprits, et d’ailleurs Emmanuel Macron n’a pas repris son mot. Pis : lorsqu’il a parlé récemment de réorienter l’épargne des ménages déposée sur le Livret A vers l’entreprise, il a accrédité la thèse que l’immobilier se fait sans création de richesse et sans entreprise. À côté des mots, les actes. Le très discriminant IFI (impôt sur la fortune immobilière) a bel et bien vu le jour. Les aides au secteur, prêt à taux zéro ou encore Pinel, ont été jugées inutiles à force d’être récupérées par les producteurs cupides qui augmentent leurs prix à due proportion. Les investisseurs ? Sans doute des gens aisés et étrangers aux préoccupations de rendement puisque capables de baisser les loyers exigés du montant de la réduction des APL. Les négociateurs qui leur vendent des produits de défiscalisation ? Des parasites dont la loi de finances a jugé urgent de plafonner les honoraires, augmentatifs du prix des biens. Les bailleurs HLM ? Un réseau d’un autre temps accroché à ses privilèges et sans souci de sa performance sociale.

 

« Investisseurs, négociateurs, bailleurs sociaux… les acteurs du logement se sentent les mal-aimés du Président de la République. »

 

Inquiétudes sur le projet de loi Élan

Dans le projet de loi Elan, ou plutôt dans l’étude d’impact qui y est jointe, on lit encore des traces de cette étrange mésestime : le bail type numérique ? La France en a besoin parce que les administrateurs de biens ne sont pas capables d’adopter un logiciel unique – sic. La réforme de la copropriété ? À côté de raisons élevées et respectables,  on découvre que le gouvernement est mu par des intentions peu amènes envers les syndics : il est question de permettre aux copropriétés de se passer d’eux plus aisément, notamment en favorisant l’intervention de professionnels du chiffre pour établir et certifier les comptes, le nerf de la guerre. Enfin, le Conseil national de la  transaction et de la gestion immobilières, que les agents immobiliers et les gestionnaires comme le public attendaient renforcé, devient un ectoplasme vain et sans pouvoir.

Ignorance ou inconscience ?

Un faisceau de preuves, voilà comment des enquêteurs policiers nommeraient ces signaux envoyés à la communauté immobilière par le Président Macron depuis sa prise de fonction. Pourquoi ? Quelle est l’origine de ce regard ? Une cicatrice ontologique ? Le Président aurait-il eu une mauvaise expérience immobilière ? Le dégoût culturel d’un grand banquier qui ne jure que par l’argent qui circule ? L’ignorance ou l’inconscience de ce qu’est vraiment l’immobilier ? Ou peut-être toutes ces raisons additionnées ? En tous cas, ni les familles utilisatrices du logement ni les professionnels à leur service ne vivront plus longtemps heureux dans ce contexte singulier. En citoyen, en acteur de la formation de la relève, en amoureux de l’immobilier, j’aimerais parler de cela avec notre Président. Si seulement on pouvait, simplement, avoir avec lui un échange clarificateur, pour dépasser ce malaise, tout irait mieux.

Si seulement…

Henry Buzy Cazaux

Après avoir conseillé Pierre Méhaignerie, ministre de l'équipement et du logement, Henry Buzy-Cazaux a occupé des fonctions de responsabilité dans des entreprises immobilières de premier plan, FONCIA, Tagerim ou encore le Crédit Immobilier de France, mais également au sein des organisations professionnelles du secteur. Ancien délégué général de la FNAIM, il a aussi été administrateur de plusieurs autres syndicats immobiliers. Il a été chargé de mission auprès du président du Conseil de l'immobilier de l'Etat.

Il mène depuis toujours une action engagée pour la formation aux métiers de l'immobilier: président d'honneur de l'Ecole supérieure des professions immobilières, cofondateur de l'Institut des villes, du territoire et de l'immobilier du Groupe ESSEC, il est aujourd'hui président fondateur de l'Institut du Management des Services Immobiliers, centre de prospective et d'enseignement.

Il est enfin membre du conseil scientifique de l'observatoire immobilier des notaires et président du groupe "Immobilier, logement et ville durable" du Forum pour la gestion des villes et des collectivités locales et territoriales.

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Du même auteur

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne