Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

« La vente immobilière dans un futur proche », Hervé Parent fondateur du salon RENT-Real Estate & New Technologies

Publié le
Publié le
Réagir 13 réactions
5 108
Evaluer cet article

La révolution numérique est inéluctable. Demain sera différent, et il est clair qu’il faut anticiper l’exercice de la profession.

photo : la vente immobiliere dans l'avenir

Dessiner une image prospective de la profession immobilière et comprendre comment s’y préparer est un exercice qui éclaire la route vers le futur. D’autres secteurs ont déjà entamé leur mutation. L’industrie automobile, par exemple, s’est forgée un consensus sur la voiture : électrique, autonome et partagée. Ce consensus, validé par la quasi-totalité des constructeurs, permet au secteur de piloter sa recherche et développement, et de diminuer les risques liés aux très lourds investissements nécessaires. Ce bref article est une première esquisse vers ce que pourrait être la transaction immobilière dans dix ans.

Le ciblage des vendeurs

L’agent immobilier développe sa notoriété avec de la publicité, du boîtage,  une vitrine, et attend que le vendeur pousse sa porte. Demain, c’est l’analyse des données qui permettra de savoir qui veut vendre, quel bien, etc. Celui qui maîtrisera la data tiendra le mandat de vente. Google Amazon et Facebook auront le monopole de ces données. La capacité à les acquérir et les exploiter sera le facteur clé de succès majeur des agents immobiliers.

L’estimation du prix

C’était hier le monopole de l’agent immobilier qui avance un prix après une visite du bien et en se référant à son expérience personnelle. Demain, le prix sera fondé, d’une part, sur un argus reposant sur des données publiques fiables, exhaustives et admises par tous et, d’autre part, sur une analyse du bien (via des photos) par des intelligences artificielles. Le rôle de l’agent sera alors d’expliquer ce qu’il faut faire pour vendre plus vite ou plus cher…

La publicité du bien

En une génération, la profession est passée de l’annonce immobilière de trois lignes dans la PQR à l’annonce publicitaire sur Internet comportant photos, vidéos, plans, visites 3D, configurateurs, etc. Cette évolution va se poursuivre, et les annonces devront provoquer des émotions, et non des raisons, qui déclenchent le coup de coeur. Les agents immobiliers changeront de métier pour devenir des véritables professionnels du marketing digital.

L’organisation des visites

La visite du bien par l’acheteur se fera entièrement de façon digitale. Personne ne se déplacera alors que tout est sur Internet. C’est déjà le cas pour les ventes en Vefa. Éventuellement, une visite et une seule aura lieu pour vérifier que la réalité est conforme au virtuel. Cette perspective conduit à une évolution structurante pour la profession : la quasi disparition des négociateurs qui passent en moyenne 80 % de leur temps en visites inutiles.

Le formalisme de la vente

Les documents contractuels et leur préparation passent encore en totalité par le papier et par des signatures à l’agence ou chez le notaire. On envoie encore des lettres recommandées ! La lourdeur de ces processus ralentit la transaction et coûte cher. La technologie blockchain de stockage de données numériques sécurisées et décentralisées, qui devrait se généraliser d’ici cinq à dix ans, va sécuriser, accélérer, simplifier et diminuer les coûts des processus liés à la vente immobilière. L’industrie immobilière aurait intérêt à s’entendre sur une blockchain commune à la profession.

100% de parts de marché

Ces perspectives qui bousculent les méthodes de travail actuelles ont une qualité indéniable : elles sont hors d’atteintes du particulier et entraîneront la disparition de ventes entre particuliers.

 

Hervé Parent

Hervé Parent est consultant spécialiste du marketing immobilier.

Il a fondé en 2013, puis développé RENT- Real Estate & New Technologies, le salon des innovations et des nouvelles technologies pour l’immobilier.

Président de 2003 à 2013 de la Fédération française de l’Internet immobilier - FF2i et aujourd’hui associé de PBA – Property Business Accelerator société de conseils en innovation digitales pour l’immobilier

Diplômé HEC, Hervé Parent a dirigé le marketing de grandes sociétés de services immobiliers telles que Bourdais et Bazin. Depuis 1998, gérant du cabinet HP Conseils, il réalise de nombreuses missions dans le secteur de l’immobilier et plus particulièrement de l’Internet pour l’immobilier.

Conférencier, formateur et auteur de l’ouvrage « Le marketing de l’immobilier », Dunod.

Du même auteur

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Sur le même thème

Vos réactions

  • L’agence de papa disparaîtra peu à peu dans l’avenir.
    Les acquéreurs sérieux recherchent par internet et LEBONCOIN est le support de référence. Très facile et commode à consulter. Qui ne connait pas ce site ?…Les visites accompagnées par l’agent se feront de moins en moins. Elles seront organisées directement entre le vendeur et l’acquéreur en puissance. Les honoraires de 4 à 6 % sont de moins en moins admis et ne devraient pas dépasser les 2 %. Avec les moyens numériques et des transactions parfaitement organisées, les agents y gagneraient plus d’argent et plus logiquement.
    Une activité qui est appréciée par les acquéreurs en puissance est celui de Chasseur Immobilier. Car, combien d’agences ne donnent pas suite aux demandes des acquéreurs…Déçus par ce comportement et ce manque de considération.
    Bonne lecture –
    Bien cordialement à tous.

  • Par Nadège, il y a 3 mois

    Bonjour,
    plusieurs sujets sont développés dans cet article, mais pas celui de l’évolution des honoraires des agents immobiliers qui sont jugés excessifs par 72% des sondés dans un récent sondage de Opinion Way.
    Comment zapper ce sujet alors que c’est le point de friction n° 1 des vendeurs envers les professionnels ?
    Alors, on continue de faire semblant de considérer que c’est un non-sujet ?
    Tant que les professionnels se mettront la tête sous le sable, il y aura toujours plus de mandats simples et de ventes de particuliers à particuliers.

  • Par BAS, il y a 4 mois

    Bonjour,
    Bravo M MONTHORIN, votre analyse est parfaite, je la valide 100%.

    Claude BAS

  • Par Baschon, il y a 4 mois

    Bonjour,
    D’accord pour faire preuve de modernisme et d’adaptabilité à un nouveau monde, mais pas au prix du grand n’importe quoi.
    Je trouve votre proposition très restrictive en terme de territoire. De quoi va dépendre une bonne vente en premier lieu, de son prix au marché. Merci à la data pour renforcer les estimations aléatoires. Prenons un exemple très simple: Je vends ma maison en ruralité et par la data des sites d’estimation je devrais vendre ma maison 130000 euros au dessus du prix affiché aujourd’hui. D’accord avec l’intervention sur la nécessité d’un oeil humain pour tenir compte des éléments de pathologie et des l’analyse du bien dans son ensemble .
    Il n’y a pas de visites inutiles , il faut prendre son temps pour réaliser cette démarche parfois d’une vie. Notre métier est aussi de pouvoir proposer un bien à nos acquéreurs qui n’étaient pas forcément dans leurs critères principaux, parce que nous les amenons à se projeter avec un oeil plus professionnel. Nous devons les accompagner dans leur démarche et en suivre leur évolution et non pas faire des visites touristique de biens parce que c’est dans notre portefeuille et que sur un malentendu cela pourrait matcher.
    Les agents immobilier professionnels du marketing digital …..
    Dans marketing digital , il y a marketing qui est une véritable démarche intellectuelle prospective qui demande l’assimilation de certaines informations spécifiques au monde de la communication. Soit vous êtes professionnel de l’immobilier , soit vous êtes professionnel du marketing. Mais si il existe aujourd’hui des écoles en immobilier et des écoles de marketing c’est bien pour une raison. Il ne s’agit pas d’être à moitié cela puis à moitié autre chose. Ce qui explique aujourd’hui que le professionnalisme à disparu de ce beau métier de l’immobilier.
    En ce qui concerne les ventes de particulier , elles ne sont pas gênantes pour ceux qui sont de vrais professionnels. Elles le deviennent quand on laisse libre court à des dérives sur un secteur. il est temps que les agents immobilier reprennent la main par des discours cohérents, rassurants, juridiques , et continuent de faire ce qu’ils savent faire le mieux être à l’écoute de deux projets pour qu’ils se rencontrent ( vendeurs- acquéreurs) et non pas faire une course aux amis sur internet et aux nombres de réponses reçues, qui les incitent à rester devant leur ordinateurs en pyjama au lieu d’aller à la rencontre du monde.
    Bien à vous

  • Par AgentMandataire.fr, il y a 4 mois

    ça me rappelle quand j’étais enfant, on disait qu’en l’an 2000 les voitures n’auront plus de roues et voleront dans l’espace … CQFD !
    M. Parent, pour qui j’ai le plus grand respect, avec de tels arguments, prêche pour sa paroisse (Realnewtech / salon RENT) … et c’est de bonne guerre d’ailleurs  😉

  • Par MONTHORIN, il y a 4 mois

    D’accord avec beaucoup de choses dans votre article, mais absolument pas d’accord concernant votre analyse sur « les visites inutiles ».
    L’achat d’un bien immobilier ne ressemble pas à l’achat d’une baguette de pain… et la visite des acheteurs de plusieurs biens est indispensable pour se rendre compte sur place des espaces, de l’organisation, de la situation du bien, et de son état. Rien ne remplacera cela, et je doute fort du succès des visites virtuelles. C’est bien, cela fait du chiffre pour les entreprises digitales, mais ce n’est pas un facteur clé de réussite. L’agent immobilier apporte un service, et la proximité de terrain est indispensable. Un agent immobilier qui a 30 ans de métier. Bien à vous

  • Par BAS, il y a 4 mois

    Bonjour,

    Je vois que vous n’avez pas publié ma réaction, je trouve que vous avez grand tort.
    Je sais depuis longtemps que tous les supports journalistiques sont en fait des républiques bananières, tout se fait entre potes.
    Cordialement
    Claude BAS

  • Par carmen baggio, il y a 4 mois

    meilleur agent, nous l’avons testé et abandonné, ce site nous a submergé de demandes d’estimation de biens invendables.

  • Par carmen baggio, il y a 4 mois

    c’est exact, on le constate que l’on passe beaucoup de temps en visite inutile, malgré l’envoi de pièces jointes, malgré toutes les précisions qu’on leur apporte, les clients ne vont pas donner suite favorablement.

  • Par BAS, il y a 4 mois

    Bonjour,
    Je suis stupéfait par cette vision qui ne corrobore absolument pas avec l’attitude des clients. Ce monde là, on voudrait nous faire croire qu’il sera réaliste demain. Vive la modernité, mais je m’insurge contre tous ceux qui promettent que ce monde là passera par des algorithmes. Comment envisagez vous que des acquéreurs achètent uniquement sur de la visite virtuelle. Toutes ces bonnes paroles n’ont de sens que pour ceux qui en tireront profits. (Suivez mon regard ) y compris dans la réaction de LETAILLEUR ( c’est qui?) qui vente meilleurs agents au passage. Les experts immobiliers vont se retourner dans les tribunaux pour expliquer que la règle n’est pas adaptée à leur connaissance mais à un algorithme. Je maintiens, au risque de passer pour un vieux ringard que les chèvres devront toujours manger de l’herbe, qu’il faudra les traire et qu’il faudra un bon paysan pour faire avec du bon lait, du bon fromage.
    je ferai savoir dans le prochain ImmoBas ma pensée profonde sur cette lecture que je n’approuve pas ce matin sur le journal de l’agence. L’auteur ayant fait HEC, je ne suis pas surpris.
    Claude BAS ImmoBas

  • Par Trapeau, il y a 4 mois

    bon article 

  • Par Le ny, il y a 4 mois

    Vos perspectives font froid dans le dos et déshumanisent notre noble métier. Je suis professionnel depuis 1999 et préférerais avant l’aire internet mon metier, je fausse développer  mes photos argentiques et discutait avec le photographe, je téléphonais avec ma carte france telecom dans la cabine publique du village lorsque je ne trouvais pas la maison de mon client, et les clients venaient me voir en attendant leur tour. Et enfin mes honoraires étaient en pourcentage plus élevés que aujourd’hui  cherchons l’erreur ? 

  • Par LETAILLEUR, il y a 4 mois

    Bonjour Hervé,

    Article très intéressant et visionnaire, correspondant notamment à une partie de la présentation lors du Salon Rent de l’intervention de Sébastien de Lafond.
    Concernant le passage sur l’Estimation, en complément de DVF(données publiques très intéressantes, que nous avons intégrées immédiatement dans notre algorithme) qui datent des 5 dernières années et au mieux des 8 derniers mois.
    J’ajoute l’absence de photos dans les données publiques, il est donc complémentaire d’y ajouter les biens vendus des Agents ( comme sur notre site avec les données de + de 12000 AI et notre équipe de Data Scientist pour traiter de la donnée brute).
    Enfin pour anticiper sur les GAFAM et répondre au bouleversement de ce marché, profitons des opportunités offertes par une plateforme comme Meilleurs Agents (tiers de confiance du particulier, condition aujourd’hui sine qua non pour l’aider à choisir le bon professionnel et vendre son bien au bon prix.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne