Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

« Quel monde d’après pour la profession ?  » , Bernard Cadeau past-président d’Orpi

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
1 105
Evaluer cet article

N’en doutons pas, une fois encore, la profession saura faire preuve de résilience après la crise que nous venons de traverser.

photo : bernard cadeau journal de l'agence

Les records de 2019 évoqués dans ces colonnes en début d’année sont si loin ! Oublions ! Mais les défis demeurent.

Deux au moins appellent des commentaires : le digital et les prix ou, plus généralement, l’évolution du marché. Les crises ont en commun de confirmer des tendances et de pousser les acteurs à se réinventer, histoire que le jour d’après ne ressemble pas au jour d’avant. Agilité et réactivité sont de mise !

Pourquoi l’industrie immobilière échapperait elle à cette règle ? La réponse est « non », et c’est exactement ce qui vient de se produire. Il existe bel et bien une évidence digitale et numérique. Les professionnels qui ont pu garder le contact avec les clients, l’ont principalement fait grâce aux outils digitaux, les ventes en instance ont été authentifiées via la signature électronique et le partage sécurisé des documents et aussi grâce aux possibilités offertes par le télétravail, tant chez les  professionnels que chez les notaires. C’est bien une digitalisation des processus de vente et une dématérialisation de la transaction qui sont en marche. Certains l’ont déjà intégré dans leur action commerciale, d’autres y viendront rapidement.

Une évidence digitale et numérique

Les outils digitaux des professionnels, telles la visite virtuelle, l’estimation en ligne, la signature électronique, la géolocalisation – et la liste est longue – ne sont plus depuis longtemps des gadgets pour early adopters, mais constituent bel et bien des atouts majeurs pour le professionnel. Ce sont des accélérateurs de solutions, facteurs de productivité, au service d’une meilleure expérience client.

N’oublions pas que, dans le même temps, les attentes de nos clients ont évolué ; ils exigent un parcours fluide, sans perte de temps, dans une transparence et une indépendance totales. Nous nous devons de nous adapter à ces nouveaux usages. Les millennials sont tous digital natives : nés avec Internet, ils l’utilisent en permanence. Dans les cinq années à venir, ils représenteront 70 % de nos clients !

« Les crises ont en commun de confirmer des tendances et de pousser les acteurs à se réinventer »

S’il nous fallait un dernier élément de preuve de cette évidence digitale et numérique, tournons-nous vers les très nombreuses start-up qui entendent proposer des solutions à nos clients : elles reposent exclusivement sur des modèles nouveaux, et certaines se positionnent en réelles concurrentes. Pour autant, et c’est fondamental, tous ces outils ne trouvent leur quintessence que dans leur utilisation par l’homme. L’humain doit rester et restera au centre de la relation entre ses clients. Gagner en rapidité, en souplesse, en création de valeur, en gain d’énergie, oui bien sûr, mais dématérialiser totalement la transaction : non bien sûr ! Qui accepterait aujourd’hui d’acheter sa résidence principale au vu d’une vidéo (aussi belle soit-elle) sans visiter physiquement le bien ?

Interrogations sur l’évolution du marché

Le second sujet, les prix, est sans doute plus diffi cile à cerner, et il faut faire preuve d’une grande humilité face aux nombreuses questions encore sans réponse. Crise ou pas, une correction était nécessaire, car le pouvoir d’achat réel de nos clients n’aurait pas suivi l’augmentation du marché. La crise va certainement accentuer ce phénomène, mais ce ne sera pas uniforme.

Rappelons que les projets immobiliers n’ont pas disparu durant ces deux mois de confinement. La très grande majorité est seulement décalée et les premiers jours du déconfinement ont marqué l’intérêt aigu des clients pour leurs projets ; y aurait-il transformation concrète et massive en acquisitions ? Il est prématuré de répondre.

Parmi les nombreuses questions sans réponse, citons : le marché de l’emploi et le nombre de chômeurs, le comportement des épargnants (très nombreux ) ; vont-ils utiliser cette épargne ou bien la conserver en prévision d’un futur incertain ? Les banques, très sollicitées pour les entreprises, auront-elles un regard bienveillant et volontaire sur les demandes de crédit des particuliers ? Comment rebondir dans un marché de vendeurs qui va sans doute muter vers un marché d’acquéreurs ? Quand pouvons-nous espérer un retour à une activité «normale»  ?

« Les projets immobiliers n’ont pas disparu pendant le confinement »

Mais les nouvelles habitudes de vie et de travail vont peut-être redessiner une nouvelle géographie des marchés,  autour d’une nouvelle qualité de vie, comme les villes moyennes bien desservies à proximité raisonnable des grandes métropoles ou les résidences secondaires qui incarnent le rêve de la maison à la campagne avec jardin et pourraient se muer en résidences principales via le télétravail. Se profile ainsi une redéfinition des territoires dont il est encore trop tôt pour apprécier l’impact sur les prix mais qui pèsera sur les marchés.

La pierre, valeur refuge

Une constante pour conclure sur une note optimiste et réaliste à la fois : une fois encore l’immobilier et le logement ont démontré leur résilience et leur valeur refuge ; celles et ceux qui ne croient plus à la bourse et aux placements financiers ont toujours confiance dans la pierre quoi qu’on en dise. Actif tangible et non délocalisable, le logement n’a pas fini de séduire !

 

A lire également

Bernard Cadeau

Bernard Cadeau a débuté une carrière d’agent immobilier en 1979 en achetant une agence membre du réseau Orpi. Après avoir occupé différentes fonctions locales et nationales, il a dirigé Orpi France durant 18 ans dont 12 en qualité de président national.
Au cours de ces années, il s’est attaché à faire progresser la notoriété de la marque Orpi, sa performance commerciale, l’élargissement des métiers ainsi que son influence médiatique.
Homme de projets et de convictions, il s’est toujours attaché à raisonner globalement et dans l’intérêt de la profession. Il est ainsi Co fondateur du système de partage de mandats AMEPI, du portail Bien ici ;il a siégé au CNTGI .
Passionné par les sujets économiques, politiques et sociétaux, il intervient dans de nombreux débats ; il est le référent logement de l’Institut Sapiens.
Il est reconnu comme l’un des spécialistes du logement et de l’immobilier en France.
Il est également chroniqueur et conseil.
Il est enfin, à ce jour, Délégué général de Partage+, association dont l’ambition est de fédérer l’ensemble des systèmes de partage de mandats exclusifs ainsi que tous les professionnels qui ne partagent pas encore leurs mandats.

Du même auteur

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne