TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

6 Défis pour bien recruter

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
660
Evaluer cet article

Vous recrutez ? Antoine Mesnard identifi e vos défi s pour attirer les talents dans un marché de l’emploi favorable aux candidats.

photo : journal de l'agence 6 défis pour bien recruter

Le marché de l’emploi immobilier s’accélère ! Si 95 % des employeurs du secteur ont des difficultés à recruter, les
candidats bénéficient d’une  belle cote d’attractivité : 82 % d’entre eux affirment avoir été « chassés » lors du dernier  semestre. Cette tendance devrait durer puisque 78 % des dirigeants ont l’intention d’embaucher dans les prochaines  années. De fait, l’équilibre est nettement en faveur des candidats qui ont plus que jamais la possibilité de choisir leur
employeur. Pour les recruteurs, cela signifie qu’il va falloir jouer des coudes. À l’appui des chiffres de sa récente  étude, Antoine Mesnard, président fondateur de Recrutimmo, identifie les principaux défi s que les acteurs  immobiliers vont devoir relever.

Professionnaliser son recrutement

« Par définition, les professionnels de l’immobilier ne sont pas experts en recrutement ; ils méconnaissent les  processus et les bonnes pratiques RH » prévient M. Mesnard. « Le tout premier défi qui s’impose à eux est donc de  professionnaliser leur recrutement car cette compétence devient essentielle. Concrètement, leur technique de  recrutement doit se rapprocher de celle qu’ils maîtrisent déjà pour l’acquisition de leurs clients : toucher, attirer, closer et fidéliser. »

Investir dans la captation de candidats

« En effet, ce n’est plus aux candidats de retenir l’attention des recruteurs mais l’inverse. Il faut donc être prêt à  investir du temps et de l’argent dans la captation des candidats. Aujourd’hui, 75 % des employeurs consacrent un faible budget à leur recrutement et la moitié utilisent le bouche à oreille comme outil principal. Mais les candidats  eux, effectuent leurs recherches en majorité sur les jobboards et sites professionnels payants. C’est là que l’on peut les  rencontrer en se montrant ouvert aux profils variés en reconversion.

«Le recrutement doit se rapprocher de la technique d’acquisition des clients : toucher, attirer, closer et fidéliser. », Antoine Mesnard, président fondateur de Recrutimmo

Booster son image

Qui plus est, 92 % des candidats se renseignent sur une agence avant de postuler. « C’est dire l’importance de soigner son image de marque, notamment sur Internet, à commencer via une page d’entreprise. Cela implique de  communiquer  activement ses valeurs, ses atouts en termes d’expérience employé, d’ambiance de travail, son offre de  formation et ses initiatives d’animation sociale. Les professionnels ne sont plus seulement en quête de missions  gratifiantes,  mais aussi d’épanouissement au travail. Il faut donc bâtir une marque employeur forte et sympathique,  au risque de voir les talents partir chez les concurrents. »

Augmenter sa réactivité

Capter les candidats, c’est aussi se montrer réactif. De ce côté, les bonnes intentions des recruteurs ne sont pas  toujours mises en pratique. « Les managers sont conscients qu’ils doivent se montrer plus dynamiques dans leurs  échanges avec les candidats. Il est vrai que c’est un rythme soutenu à tenir mais un simple message laissé sur une boîte vocale ne suffit plus ; il faut doubler ses prises de contact par mail, par texto, sans oublier d’être souriant et enthousiaste si l’on veut être rappelé.»

Fidéliser les talents

Autre défi : la fidélisation des talents dans un secteur où le turn-over est historiquement haut. « Le recrutement ne  s’arrête pas à la signature du contrat. Trop d’employeurs sous-estiment l’impact d’un beau parcours  d’intégration et de progression pour que leurs recrues se projettent à long terme avec eux. Mon conseil : montrer que la personne est attendue en soignant sa trousse d’arrivée (bureau, ordinateur, carte de visite, etc) et qu’elle fait  pleinement partie de l’équipe (accueil, présentation et accompagnement).»

Pérenniser les statuts

Enfin, le statut des professionnels de l’immobilier reste en débat. 49 % des recruteurs ne proposent que des statuts  d’indépendants tandis que 86 % des candidats privilégient les CDI. Comment l’expliquer ? « Beaucoup  d’employeurs partent du principe que leurs collaborateurs ne seront pas amenés à rester. Mais les statuts précaires  leur coûtent cher et freinent le sentiment d’appartenance des employés. Il est donc temps d’adopter une  démarche plus constructive, de croire pleinement à ses embauches et créer toutes les conditions de réussite de ses  talents ! »

Ne manquez pas aussi
A lire également

Alix Fieux

Journaliste de passion et juriste de formation, Alix Fieux aime aller à la rencontre des acteurs de l'immobilier pour découvrir les initiatives originales des agences et des entreprises qui renouvellent le secteur. Son deuxième sujet favori ? L’essor d’une nouvelle génération de ressources humaines qui concerne également les professionnels de la pierre, pour comprendre comment mieux recruter, manager et fidéliser leurs talents !
Auparavant, elle a également travaillé en tant que journaliste et responsable éditoriale pour différents médias et marques sur des sujets d'actualité variés.

FNAIM

Du même auteur

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Ma Gestion Locative

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne