TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

Le ministère envisage aussi des aides pour l’auto-rénovation

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
2 032
Evaluer cet article

L’auto-rénovation existe déjà, bien sûr, mais sans aide aucune. Pour favoriser la massification, le gouvernement songe à mettre la main à la poche pour aussi aider les particuliers qui rénovent leur maison. Rien n’est fait, mais les professionnels du bâtiment ne voit pas cette idée d’un très bon œil.

auto-rénovation

Et si l’auto-rénovation était aussi une solution ? Ce n’est pas nouveau. L’Anah (Agence nationale de l’habitat) avait déjà lancé quelques expérimentations sur le sujet au cours de la précédente décennie, elle a relancé l’idée au printemps par la voix de sa directrice générale. Et si l’auto-réhabilitation bénéficiait également des précieux subsides de l’État ? Dans Le Monde, en avril, Valérie Mancret-Taylor, y voyait une « une voie, un axe de travail vraiment pertinent et intéressant ».

Apparemment, côté ministère du Logement, on y semble plutôt favorable. La députée Marie-Christine Dalloz (Les Républicain, Jura) avait interpellé le gouvernement en relayant les inquiétudes des professionnels du bâtiment, la réponse ministérielle tombée début octobre n’est pas de nature à la rassurer. Au contraire, le ministère loue les avantages de cette auto-réhabilitation qui pourrait « contribuer à la massification des travaux de rénovation et l’atteinte des objectifs nationaux ambitieux ».

Auto-rénovation vertueuse pour le ministère…

L’intérêt le plus évident est que l’auto-réhabilitation coûte moins cher, « en particulier dans le contexte actuel d’inflation des prix des travaux et des matériaux ». Autrement dit, c’est peut-être une solution pour lever le frein financier sur lequel butte souvent la rénovation des ménages. Deuzio, l’auto-réhabilitation aidée serait aussi une réponse pour lancer rapidement des travaux « notamment dans certains territoires en tension sur l’offre de professionnels du bâtiment ».

Enfin, les propriétaires seraient d’autant plus attentifs à la qualité des travaux, qu’ils sont directement concernés par l’impact sur leur facture énergétique. Côté DPE, cela ne changerait rien, puisque depuis 2021, les diagnostiqueurs prennent déjà en compte les travaux effectués par des particuliers, à condition qu’ils aient les factures d’achat de matériaux.

Bref, le ministère n’y voit que du bon à première vue. Bien sûr, les particuliers bricoleurs ne bénéficieraient pas de MaPrimeRénov’ conditionnée par la détention du label RGE, mais un soutien financier de l’État n’est pas exclu. Le ministère fixe toutefois des conditions, cette auto-rénovation devra être un minimum encadrée : « Le Gouvernement juge donc pertinent de s’intéresser au phénomène d’auto-rénovation, et en particulier à celui de l’auto-rénovation accompagnée (ARA), correspondant aux rénovations réalisées par le propriétaire lui-même, accompagné et conseillé par un professionnel du bâtiment, souvent en lien avec une association spécialisée. »

À lire aussi : Crise du logement : le gouvernement multiplie les pistes de mesures correctives

… source de dérives pour les professionnels du bâtiment

A éplucher la réponse ministérielle, on se dit même que le gouvernement prête à cette auto-réhabilitation, davantage qu’un simple « intérêt ». Un travail est d’ailleurs mené pour lever les « obstacles actuels au développement de l’ARA : le manque de cadre juridique, le contrôle de la qualité des travaux, le manque d’offres de formation des professionnels, ainsi que l’éventuelle ouverture de certaines aides financières à destination de cette pratique ».

Si la mesure réjouira sans doute les magasins de bricolage, en revanche, du côté des professionnels du bâtiment, la pilule ne passe pas. On y voit une forme de concurrence déloyale, et on alerte sur les dérives éventuelles comme le risque de travail dissimulé, et une promotion de « l’amateurisme dans un domaine où plus que jamais nous avons besoin de compétences acquises et mises régulièrement en pratique ».

Quant à savoir si les professionnels du bâtiment sauront répondre à la massification des rénovations énergétiques, avec plus de 200.000 emplois supplémentaires à créer d’ici 2030, la Fédération française du bâtiment se veut rassurante : « Avec 600.000 salariés intervenant dans les entreprises détentrices du label « RGE », le secteur du bâtiment saura s’adapter à la montée en puissance de ce marché de la rénovation énergétique », écrit-elle dans un communiqué.

Christophe Demay

Diplômé de Science Po, Christophe Demay est tombé dans la marmite du journalisme dès la fin des années 1990. Depuis 25 ans, il est passé par de nombreuses rédactions, d’abord dans la presse généraliste, puis dans la presse spécialisée, secteurs du bâtiment et de l’immobilier. Il a ainsi occupé le poste de rédacteur en chef de Dimag de 2015 à 2021. Co-fondateur du site infodiag.fr lancé fin 2021 et dédié à la transition environnementale du logement, il occupe aujourd’hui le poste de directeur de la rédaction.

Sujets de prédilection : #performance énergétique #diagnostic immobilier #polluants du bâtiment

A lire également
Ne manquez pas aussi
FNAIM
Du même auteur
Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Century 21
Sur le même thème
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne