TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

Enchères immobilières en ligne : pourquoi elles attirent

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
586
Evaluer cet article

Dans un contexte immobilier tendu marqué par une élévation des taux de crédits, le marché des enchères immobilières offre des perspectives intéressantes, tant pour les vendeurs que pour les acheteurs. Le point sur les différents types d’enchères en France avec 36h-immo.

photo : Handshake after good cooperation, Consultation between a male lawyer and businessman customer, tax and the company of real estate concept.with Virtual Diagram business Icon.

Moins de 1 % des transactions immobilières en France sont réalisées aujourd’hui par ce biais. Pourtant, on peut y trouver une diversité de biens allant des plus classiques, aux plus atypiques. Mais si l’on peut réaliser des économies considérables sur le prix du bien, il est important de bien comprendre les démarches et procédures nécessaires à la transaction, en fonction du type d’enchère concerné.

Pourquoi les enchères attirent-elles acheteurs et vendeurs ?

Les enchères immobilières présentent de nombreuses opportunités de vente et d’achat. Pour les vendeurs, qui peuvent être des particuliers, des collectivités locales, voire même l’État, il s’agit d’une méthode pour écouler rapidement son stock ou son patrimoine. Cette rapidité s’explique par des mises à prix attractives, offrant des décotes allant de 10 % à 30 % par raport au prix du marché. Pour les acheteurs, cette réduction significative, combinée à une concurrence tempérée par la hausse des taux de crédit, créée des conditions favorables pour l’acquisition de biens à des prix competitifs.

Les quatre différents types d’enchères en France

  • Les enchères chez le notaire sont les plus courantes. Elles offrent une procédure simplifiée et accessible parfois en ligne ou par téléphone. Elles visent une vente rapide de biens, en général sans héritiers ou vendus par l’État. L’acheteur doit consigner un chèque correspondant à 20 % du prix de départ du bien convoité au début de la vente, et s’il remporte l’enchère, il dispose de 45 jours pour s’acquitter du solde. Les études notariales publient l’annonce 3 à 4 semaines avant la vente dans la presse et dans les offices. Le notaire prévoit des journées de visite pour que les particuliers découvrent le bien.
  • Ensuite, il y a les enchères domaniales. Elles sont organisées par l’administration fiscale, les trésoreries ou les mairies départementales. Les biens appartiennent à l’État et sont souvent atypiques, comme par exemple des hangars, des anciennes casernes, ou des gares. Les enchérisseurs doivent disposer d’un chèque de consignation de 5% pour les mises à prix supérieurs à 7 500€. Si l’offre est acceptée par le Tribunal Judiciaire, l’acheteur dispose de 6 mois pour régler le prix total du bien.
  • Les enchères immobilières judiciaires se déroulent dans des tribunaux et sont généralement composées de biens issus de saisies, de mises en liquidation diverses, ou de divorce. Pour participer, il faut mandater un avocat et lui remettre un chèque de consignation de 10% du prix de départ du bien. Cet acompte sera restitué si finalement, l’enchérisseur ne remporte pas la vente.
  • Les ventes interactives permettent aux notaires, agents immobiliers et autres professionnels de proposer des biens exclusifs sur une période définie. Elles introduisent une flexibilité et une modernité dans le processus. Les enchères se font en ligne, dans une salle des ventes digitale. « C’est une vente aux enchères sans les contraintes et la plupart du temps, cela permet de débloquer des situations. Cette solution permet aussi de capter un maximum d’acquéreurs, explique François-Xavier Duny, CEO de la plateforme pionnière de ventes interactives : 36h-immo.com. Dans 70% des cas, la vente est conclue et le délai de vente moyen est de 28 jours. »

Comprendre les implications d’une vente aux enchères

Attention toutefois, si on peut réaliser des économies importantes sur le prix d’achat, les ventes réalisées dans le cadre des enchères ne disposent d’aucune clause suspensive. Une fois la transaction adjugée, on est dans l’obligation d’honorer le règlement du prix de vente. Il est donc essentiel d’assurer son financement avant de se projeter sur une quelconque offre.

Les ventes interactives permettent plus de souplesse. « Non seulement le vendeur n’est pas tenu de vendre, mais l’acheteur dispose d’un droit de rétractation classique », explique Baptiste Duny, Managing Director de 36h-immo. « C’est pour cela que la solution des ventes interactives séduit autant actuellement : il n’y a aucune obligation ».

Les ventes interactives, bien qu’elles représentent actuellement une toute petite portion des transactions immobilières au niveau national, pourraient très vite séduire un grand nombre d’acheteurs, surtout dans un contexte où le marché connait une chute des transactions.


A lire également
Attik images
Du même auteur
Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Sur le même thème
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne Abonnez-vous
Découvrez nos formules d'abonnement