Magazine immobilier Journal de l'Agence
TOUTE L'INFORMATION PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DE L'IMMOBILIER

La formation en alternance, une auberge espagnole

Publié le
Publié le
Réagir 0 réaction
1 224
Evaluer cet article

Dans notre secteur, les entreprises ont encore un comportement paradoxal : elles veulent toutes des salariés formés en milieu entrepreneurial, « prêts à l’emploi », si possible à leurs méthodes, mais pas formés chez elles !

Les premières formations initiales aux métiers de l’immobilier sont apparues dans les années 1970. Il est à noter que ce sont les organisations professionnelles qui ont été à l’origine de la création des principales écoles de l’immobilier. Le  détail compte : les écoles ont été conçues comme des lieux de transmission de savoirs et de savoir-faire.

Les cours par correspondance lancés par la Fnaim  en 1965, l’École supérieure des professions immobilières, fondée en 1972, l’Institut supérieur de l’immobilier créé à Toulouse dans les années 1990, l’ICH, dans le giron du conservatoire national des arts et métiers, l’École supérieure de l’immobilier, branche de formation de la Fnaim ouverte il y une dizaine d’années, ou encore l’Imsi, créée par l’auteur de ce propos en 1999 : derrière toutes ces initiatives, on retrouve la même volonté de préparer des talents immédiatement opérationnels pour l’entreprise.

Président de l’Institut du management des services immobiliers Groups IGS, université professionnelle

Président de l’Institut du management des services immobiliers Groups IGS, université professionnelle

Pourtant, former les femmes et les hommes de l’immobilier peut encore se faire selon deux modalités, dont l’une les rend plus opérationnels encore que l’autre : l’alternance, le moyen le plus efficace de former aux métiers qui sont une somme de bons gestes,davantage qu’une somme de connaissances. C’est tellement vrai que la plupart des établissements s’y sont mis, quand  ils ne pas sont nés sous ce sceau, comme l’Imsi. Seulement voilà : la formation en alternance est un dispositif dans lequel l’entreprise prend sa part à la formation. Le principe : un séquençage de périodes d’enseignement à l’école et de périodes dans l’entreprise. Les rythmes varient, mais la logique est unique.

L’apprenant a le double statut d’étudiant et de salarié. D’ailleurs, pour tout ce qui peut lui arriver dans l’entreprise ou dans le lien avec l’entreprise, l’école ne fait qu’acter et n’intervient pas : la maladie doit être justifiée par un arrêt de travail, le retard sera justifié auprès du tuteur cadre de l’entreprise d’accueil, et l’évaluation du stage signée du tuteur sera prise argent comptant par l’école. À ce stade, vous m’autoriserez un reproche collectif. Dans notre secteur, les entreprises ont encore un comportement paradoxal : elles veulent toutes des salariés formés en milieu entrepreneurial, « prêts à l’emploi », si possible à leurs méthodes, mais pas formés chez elles ! J’entends les mêmes objections  chaque année : « Je n’ai pas le temps de m’occuper d’un novice », « Je n’ai pas les moyens », « J’ai déjà un stagiaire », « Mon agence est trop petite »… Je ne dis pas que ces motifs soient fallacieux. Je dis qu’il faut les dépasser. La formation en alternance est une  auberge espagnole : on y trouve ce qu’on y apporte.  Au demeurant, mon reproche, bienveillant, s’adresse à tous les types d’agences et de cabinets. Aussi bien aux enseignes de premier plan qu’aux cabinets familiaux ou artisanaux. L’alternance est une conviction. On l’a ou on ne l’a pas. Je rappellerai deux arguments essentiels : un jeune en alternance constitue une main-d’oeuvre à bon compte (en moyenne de l’ordre de 70 % du smic avec des charges allégées), adaptable aux méthodes de l’entreprise. En outre, l’accueil en stage est la meilleure manière de pré-recruter  sans risque d’erreur quant au choix du collaborateur. L’univers de la formation professionnelle immobilière est  aujourd’hui solide et de qualité. Il ne peut remplir efficacement sa mission sans le concours de l’entreprise immobilière.  en quelque sorte : « Aide-toi, le  Ciel t’aidera »… J’assume.

Henry Buzy Cazaux

Après avoir conseillé Pierre Méhaignerie, ministre de l'équipement et du logement, Henry Buzy-Cazaux a occupé des fonctions de responsabilité dans des entreprises immobilières de premier plan, FONCIA, Tagerim ou encore le Crédit Immobilier de France, mais également au sein des organisations professionnelles du secteur. Ancien délégué général de la FNAIM, il a aussi été administrateur de plusieurs autres syndicats immobiliers. Il a été chargé de mission auprès du président du Conseil de l'immobilier de l'Etat.

Il mène depuis toujours une action engagée pour la formation aux métiers de l'immobilier: président d'honneur de l'Ecole supérieure des professions immobilières, cofondateur de l'Institut des villes, du territoire et de l'immobilier du Groupe ESSEC, il est aujourd'hui président fondateur de l'Institut du Management des Services Immobiliers, centre de prospective et d'enseignement.

Il est enfin membre du conseil scientifique de l'observatoire immobilier des notaires et président du groupe "Immobilier, logement et ville durable" du Forum pour la gestion des villes et des collectivités locales et territoriales.

Du même auteur

Newsletter

Recevez l'essentiel de l'actualité immobilière sélectionné par la rédaction.

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le journal trimestriel

Vous souhaitez consulter notre dernier magazine ou l'une de nos éditions précédentes ?

Consulter en ligne